Corée du Sud : non, les exchanges cryptos ne sont pas encore interdits

3

Une question tourmente l’univers de la cryptomonnaie depuis plusieurs jours : la Corée du Sud aurait-elle déjà interdit le trading de bitcoin dans le pays ? La réponse de la « Maison Bleue » (l’équivalent sud-coréen de la Maison Blanche) est… « non ».

Le Cheong Wa Dae répond aux rumeurs d’interdiction

La Corée du Sud est connue pour sa « dure » répression envers le bitcoin et les cryptomonnaies. Le gouvernement sud-coréen a par exemple déjà interdit les monnaies numériques au niveau des banques, ainsi que la négociation de contrats à terme Bitcoin. Des rumeurs insinuent même depuis quelques jours que les régulateurs du pays auraient interdit le trading crypto.

Que les bitcoinneurs sud-coréens se rassurent, les transactions en cryptomonnaie ne sont pas encore interdites sur le territoire, du moins pour l’instant. En réalité, le projet de loi sur le sujet est encore en cours de préparation, et n’est donc pas encore appliqué.

C’est le bureau exécutif et résidence officielle du Président, Cheong Wa Dae (« Maison Bleue »), qui a tenu à mettre fin aux rumeurs d’interdiction via son secrétaire de presse Yoon Yang-chan.

Dans un communiqué officiel relayé par Yonhap news, on peut lire :

« Les remarques du ministre de la Justice, Park Sang-ki, concernant la fermeture des échanges de cryptomonnaie sont une des mesures préparées par le ministère de la Justice, mais elles ne sont pas finalisées et ne seront finalisées que par des discussions et un processus de coordination avec chaque ministère. »

Le trading est encore autorisé

Les rumeurs se sont amplifiées depuis l’annonce faite par le ministre de la Justice, Park Sang-ki, ce jeudi 11 janvier. Ce dernier a affirmé qu’une législation était en cours de préparation afin d’interdire les transactions cryptos à travers les exchanges. Cette intervention du ministre a eu l’effet d’une bombe sur le marché crypto, affectant au passage la valeur du bitcoin qui a connue une chute de 14% juste après l’annonce.

Par ailleurs, la « Maison Bleue » a reçu 1 000 pétitions publiques sur son site officiel en opposition à cette initiative du ministère de la Justice. Et c’est sans doute pour cela que le bureau du Président a fait cette annonce officielle, notamment dans le but d’apaiser le mécontentement de la population.

Quant au projet de loi, il devra être voté par la majorité des 297 membres de l’Assemblée nationale avant que l’interdiction ne soit effective. La bonne nouvelle pour les nombreux crypto-investisseurs locaux, c’est que la mise en place de ces lois pourrait prendre des mois, voire des années. Sachant en plus que le ministère sud-coréen des Finances s’oppose lui aussi à cette interdiction.

« Nous ne partageons pas les mêmes vues que le ministère de la Justice sur une éventuelle interdiction d’échange de cryptomonnaie » MSF

Recevez tous les matins un résumé de l’actualité des dernières 24h du monde des cryptomonnaies.

Abonnez-vous sur YouTube : Journalducoin
Ajoutez-nous sur Twitter : @lejournalducoin
Upvotez-nous sur Steemit : @Journalducoin
Suivez-nous sur Facebook : @lejournalducoin

Sources : CCN ; Cryptovest
Image : Lukasz Stefanski/Shutterstock.com

Pour soutenir le JDC, utilisez nos liens partenaires : Binance (un exchange décentralisé), Coinbase (10$ offerts), Changelly (pas d’inscription ni de vérification d’identité), Ledger Wallet (coffre fort crypto).