Sam Bankman-Fried, un escroc international ? Des témoignages gênants d’Ukraine et des Bahamas

Agent corrupteur planétaire. Le procès de Sam Bankman-Fried (SBF) pour le désastre FTX s’ouvre aux USA, et cela promet déjà d’être un festival de scandales invraisemblables. Le niveau de fraude et de corruption semble en tout cas bien d’échelle mondiale si l’on en croit de très dérangeants témoignages issus d’Ukraine et des Bahamas. Plongée en eaux (internationales) troubles.

10 milliards de dollars (des clients de FTX ?) pour solder la dette des Bahamas

Le procès pour de multiples accusations de fraude de Sam Bankman-Fried débute ce 4 octobre 2023. Mais avant même cela, le biographe de SBF, Michael Lewis, nous a déjà livré quelques révélations scandaleuses au sujet de l’ancien patron de FTX.

Selon son biographe, Sam Bankman-Fried aurait ainsi envisagé d’interférer avec les élections présidentielles US de 2024, en proposant à Donald Trump de ne pas s’y présenter en échange de 5 milliards de dollars. Michael Lewis nous a également révélé que SBF considère comme une simple « erreur d’arrondi » le fait que 8 milliards de dollars des clients de FTX aient été virés sur son fonds privé d’Alameda Research.

Et aujourd’hui, Sam Bankman-Fried semble une fois de plus nous prouver qu’il aime brasser et faire n’importe quoi avec les milliards des autres. Dans sa nouvelle biographie intitulée « Going Infinite : The Rise and Fall of a New Tycoon », Michael Lewis affirme ainsi que SBF a rencontré le Premier ministre des îles Bahamas (où était basé le groupe FTX). Il lui aurait alors proposé un chèque de plus de 10 milliards de dollars pour rembourser la dette du pays ! Par pure générosité, on l’imagine bien (pardon pour le sarcasme).

Sam Bankman-Fried prêt à graisser la patte des Bahamas à hauteur de 10 milliards de dollars.
Compte X (Twitter) @LeJournalDuCoin

>> Vous préférez garder vos cryptos à l’abri ? Choisissez un portefeuille Ledger (lien commercial) <<

Les avocats de Sam Bankman-Fried ne veulent surtout pas de ce témoin ukrainien

Ce très désagréable tour du monde des errances du patron de FTX (surtout pour ses clients) s’arrête ensuite en Ukraine. En effet, alors que le 30 septembre dernier les procureurs du Department of Justice (DoJ) des USA demandaient le témoignage d’un Ukrainien dans cette affaire (voir ci-dessous), la batterie d’avocats de SBF s’est empressée, dès ce 2 octobre, de demander au juge Lewis Kaplan de rejeter ce témoin de l’accusation.

« (…) L’un des témoins clients de FTX présente des circonstances uniques qui rendent les voyages internationaux pour témoigner encore plus problématiques. Il s’agit d’un jeune homme résidant en Ukraine (“FTX Customer-1”), qui a perdu une grande partie de ses économies qu’il avait confiées à FTX en 2022. (…) La loi ukrainienne actuelle interdit à ce client FTX-1 de quitter le pays en raison de la guerre en cours [ndlr : mobilisation massive avec interdiction pour les +18 ans de quitter le territoire]. (…) »

Extrait de la demande initiale des procureurs du DoJ des États-Unis

Malgré l’évidence de l’extrême difficulté (en fait, l’impossibilité) que ce jeune homme vienne témoigner en personne, le cabinet d’avocats mobilisé derrière Sam Bankman-Fried ne veut pas entendre parler de témoignage à distance (via Internet). Ces avocats très coûteux de SBF ne voudraient en effet surtout pas que ce client ukrainien ruiné par FTX puisse « susciter de la sympathie et de l’indignation au jury ».

Le pire, c’est que ce pauvre Ukrainien s’était fait prendre dans les filets de FTX en février 2022, au début du conflit avec la Russie, lorsque SBF a proposé 25 dollars de cryptomonnaies aux ukrainiens ayant un compte sur sa crypto-bourse. Un coup de com’ qui a dû causer beaucoup de dommages au sein des crypto-enthousiastes d’Ukraine à peine quelques mois plus tard (faillite de FTX en novembre 2022). Au moins, les clients de Sam Bankman-Fried ont échappé au remboursement, à leur frais, de la dette souveraine des Bahamas.

Pour dormir l’esprit tranquille, équipez-vous d’un wallet hardware sécurisé Ledger, il y en a pour toutes les bourses. Votre sécurité n’a pas de prix (lien commercial).

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.