US Department of Justice : deux individus liés à Crypto Capital accusés de “shadow banking”

Trading du CoinTrading du Coin

Après les récentes accusations qui ont touché Bitfinex, une autre affaire embarrassante vient compliquer la situation. L’exchange fait en effet partie des plateformes cryptos ayant fait indirectement appel à deux personnes, accusées aujourd’hui de shadow banking par la justice américaine.

Fraude bancaire et shadow bank

Cette fois, l’accusation vient d’un procureur du Department of Justice (DOJ), Geoffrey S. Berman, officiant dans le district sud de New York.

Un ressortissant de l’Arizona, Reginald Fowler, et une israélienne, Ravid Yosef, sont accusés d’avoir “dirigé une shadow bank qui aurait traité des centaines de millions de dollars de transactions non réglementées, pour le compte de nombreuses plateformes d’échange de cryptomonnaies”.

Ces accusations sont portées suite à un travail d’enquête du FBI et de l’IRS-CI (le service criminel du fisc américain). Rappelons que le shadow banking consiste à mettre en place des services bancaires parallèles volontairement cachés, et donc illégaux par nature.

Les deux individus ont utilisé des comptes en leur nom propre, mais aussi des comptes d’entreprise détenus par Global Trading Solutions LLC, pour ces activités qui se seraient étalées de février à octobre 2018.

Ils auraient conspiré pour induire en erreur des institutions financièresdont la banque HSBC USA– en leur faisant croire que l’argent devait servir à des transactions immobilières, alors qu’il servait en fait à fournir des services de paiement à des crypto-exchanges.

La fraude bancaire et les autres chefs d’accusation peuvent faire encourir jusqu’à 30 ans de prison aux deux accusés.

Crypto Capital impliqué ?

Problème, on peut voir le nom de Global Trading Solutions LLC apparaître comme dépositaire par exemple des fonds des clients de Bitfinex.

Et pour cause : la société Crypto Capital – actuellement citée dans un imbroglio concernant le Tether – est en lien avec la société des personnes accusées. Pour compliquer le tout, la société mère de Crypto Capital, enregistrée en Suisse, s’appelle “Global Trade Solutions AG” ; là où Global Trading Solutions LLC est elle immatriculée en Arizona : un vrai panier de crabes, qui éveille la curiosité de la justice américaine.

Il va falloir attendre que les brumes de ces enquêtes judiciaires s’éclaircissent pour avoir un tableau complet des implications réelles et non pas seulement supposées pour certains des acteurs de la cryptosphère. Affaire à suivre sur le Journal du Coin !

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Poster un Commentaire

avatar