Les services secrets US dénoncent les cryptos anonymes : Zcash contre-attaque

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance

Alors que les cryptomonnaies anonymes avaient déjà du souci à se faire au Japon, avec la décision du regroupement japonais d’exchanges, la JVCEA, de s’auto-réguler en ne proposant plus les cryptos anonymes sur leurs exchanges respectifs, voilà qu’une autre attaque est portée par les services secrets américains.

Témoignage à charge contre les cryptos, surtout si elles sont anonymes

C’est mercredi 20 juin, devant le Congrès américain, que Robert Novy, sous-directeur adjoint du Bureau des enquêtes des Services secrets US, a fait une déclaration relative aux fraudes et au blanchiment d'argent, notamment via les cryptomonnaies.

Dans ce témoignage repris par Forbes puis par Bitsonline, Robert Novy a déclaré que :

« La principale préoccupation des services secrets à ce sujet [fraude/blanchiment] est l'utilisation des monnaies numériques dans les systèmes criminels, qui compromettent l'intégrité des systèmes financiers et de paiement, leur utilisation en cas de fraude et leur utilisation générale comme moyen de blanchiment d'argent. »

Il précise ensuite que selon lui :

« Ces dernières années, les criminels ont de plus en plus utilisé les monnaies numériques pour faciliter les activités illicites sur Internet. Les monnaies numériques offrent un moyen efficace de transférer de grandes valeurs à l'échelle mondiale, à la fois pour des raisons légitimes et criminelles. Certains fournisseurs, échangeurs et utilisateurs de monnaies numériques tentent d'éviter les systèmes juridiques et réglementaires internationaux établis pour contrer les financements illicites. »

Vient ensuite le cas des cryptomonnaies permettant l’anonymat, et une recommandation de régulation :

« Nous devrions également envisager d'autres mesures législatives ou réglementaires pour résoudre les problèmes potentiels liés aux cryptomonnaies améliorées par l'anonymat, aux services destinés à masquer les transactions sur les blockchains. »

Zcash contre-argumente l’agent des services secrets

Quand on pense cryptos anonymes les premières qui viennent à l’esprit son Monero, Dash et Zcash. C’est du blog des concepteurs de cette dernière cryptomonnaie (ZEC) qu’est venue la première réaction, pour répondre à l’argumentaire de Robert Novy devant le Congrès US.

Ils commencent par rappeler dans leur publication que :

« La mission de l'entreprise Zcash est de donner à chacun plus de liberté et des opportunités économiques. À cette fin, la société a concentré ses efforts pour aider à construire et à soutenir Zcash, une monnaie numérique protégeant la vie privée (…) elle a été créé précisément pour protéger le droit à la vie privée des citoyens respectueux des lois et les protéger contre les préjudices causés par les mauvais acteurs ».

Ensuite, l’équipe de Zcash rappelle que, pour que la plateforme d’échange Gemini ait pu intégrer le ZEC à son offre, le NYDFS (Département des services financiers de New York), a dû passer – entre autres – un examen rigoureux sur les normes de lutte contre le blanchiment d'argent.

Ils finissent par appeler à une « approche mesurée et réfléchie » de toutes nouvelles réglementations/régulations, pour qu’elles soient réellement bénéfiques à tous.

Il ne restera plus qu’à trouver qu’elle sera le compromis qu’adopteront les législateurs américains entre le droit à la vie privée de ses citoyens, et la surveillance des activités illégales.

Sources : Blog.Z.Cash ; Forbes || Image from Shutterstock

Auteur

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

  1. cryptoamtometrader44 dit :

    « La principale préoccupation des services secrets à ce sujet [fraude/blanchiment] est l’utilisation des monnaies numériques dans les systèmes criminels, qui compromettent l’intégrité des systèmes financiers et de paiement, leur utilisation en cas de fraude et leur utilisation générale comme moyen de blanchiment d’argent. »”

    Il a été prouvé a de nombreuses reprises que HSBC ne s’est pas gênée pour intégére des milliards de $ de toutes les mafais du monde t particulièrement en ASIE… Qu’utilisaaient donc ces personnes : des billets de de banque tout aussi anonymes …ah bon, ils ne sont aps anonymes ? Mais le ait ça ? tout lde monde ? j’en doute et pas qu’un peu !

    T”faon, une chose est sure, s’ils se plaignent, c’est qu’ils ne savent pas les pénétrer, et ça c’est bon signe pour elle !

  2. cryptoamtometrader44 dit :

    “Certains fournisseurs, échangeurs et utilisateurs de monnaies numériques tentent d’éviter les systèmes juridiques et réglementaires internationaux établis pour contrer les financements illicites. »”

    Bah oui, comme les avocats fiscalistes que seules les 3 derniers déciles peuvent se payer pour continuer de ne pas payer leur contributions fiscales. C’est l’optimisation fiscale démocratisée qui finira par leur retomber dessus a ces castes.

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

*

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER