Impôt universel à 15 % pour les entreprises du G7, révolution fiscale ou poudre aux yeux ?

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance
pub

Des entreprises bientôt au même niveau – La mondialisation a offert bien des avantages aux particuliers comme aux entreprises. Pourtant, il existe des innovations dont on se passerait, à l’instar de l’évasion fiscale à grande échelle pratiquée par certaines multinationales. L’interconnexion des économies a notamment permis aux plus grands groupes de domicilier leurs filiales dans des paradis fiscaux et de faire transiter la majorité de leurs revenus par ces structures afin d’échapper à l’impôt. C’est précisément ce phénomène que le G7 souhaite entraver avec son projet d’impôt sur les sociétés universel.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-achat-Bitcoin-BTC-trop-tard.png.

Une imposition globale minimale obligatoire, pour une économie plus verte

Les ministres des Finances des 7 pays membres du G7 sont arrivés à un accord historique concernant la fiscalité internationale. Après 48 h de débats, les ministres se sont accordés sur 3 points :

  • Les entreprises doivent payer des impôts dans les pays où elles exercent une activité ;
  • Les pays doivent avoir un taux d’imposition minimum de 15 % afin d’éviter toute manœuvre visant à contrecarrer ce projet ;
  • Les pays doivent suivre l’exemple du Royaume-Uni en rendant obligatoire l’établissement de rapports sur le climat et en punissant sévèrement les atteintes à l’environnement.

Dans le système fiscal actuel, les entreprises payent des impôts exclusivement à l’endroit où sont domiciliés leurs sièges sociaux. Cela permet de domicilier toutes les activités qui génèrent des profits dans un paradis fiscal afin d’éviter l’impôt. Par conséquent, la division française d’un géant du web comprendra seulement des postes administratifs et les revenus publicitaires qui seront envoyés en Irlande afin de bénéficier de la fiscalité arrangeante de cette juridiction.

Avec le nouveau système, les revenus découlant d’une activité réalisée en France seront imposés en France. Toutefois, il existe quelques limitations à cette règle.

Une taxation généralisée, seulement pour les entreprises les plus rentables

Tout d’abord, seules les entreprises qui ont une marge bénéficiaire supérieure à 10 % pourront être taxées dans les pays où elles exercent une activité réelle sans disposer d’un siège social. Fondamentalement, cela signifie que seules les entreprises dont le résultat net (le bénéfice) est supérieur à 10 % du chiffre d’affaires sont concernées. Ensuite, seulement 20 % des bénéfices au-delà de la limite des 10 % de marges pourront être taxés.

Par ailleurs, cet ensemble de règles semble laisser la porte ouverte aux manigances comptables. Avec quelques charges d’investissement et distributions de dividendes bien placées, les géants du web sont parfaitement à même de contrôler leurs marges bénéficiaires afin de réduire le montant imposable.

Cette combinaison de règles a d’ores et déjà des effets pervers. Il est ainsi certain qu’Amazon échappera à cette nouvelle législation. En effet, ce système est conçu spécifiquement pour taxer les géants du web dont les profits dépassent généralement les 15 % du chiffre d’affaires. Or, la firme possède un positionnement hybride entre grande distribution et numérique. De ce fait, la marge bénéficiaire de l’entreprise est inférieure à 10 %. Le système est donc déjà erroné, à moins que l’omission d’Amazon soit intentionnelle.

La taxe universelle à 15% sur les profits des entreprises, une panacée ?

Enfin, le taux d’imposition global manque d’ambition. Les États-Unis, de tradition économique libérale, ont suggéré un taux aux alentours de 20 %, ce qui nous semblait parfaitement raisonnable. Toutefois, le taux mis en avant serait de 15 %, ce qui est insuffisant. En effet, l’Irlande, attire de nombreuses entreprises technologiques depuis une décennie à un taux d’impôt sur les sociétés de 12,5 %. Avec quelques réformes et subventions, le pays pourrait très bien contre-balancer l’effet de ce nouveau taux et demeurer attractif.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-SwissBorg-interets-ETH-Ethereum.png.

Auteur

Financier et juriste, je suis passionné par les cryptomonnaies depuis leur apparition sur le Deepweb. Fervent supporter du Bitcoin, je suis convaincu que les devises numériques joueront un rôle déterminant dans l'avenir de nos sociétés. Je m'intéresse tout particulièrement aux aspects financiers et législatifs des cryptomonnaies.

  1. Bruno C. dit :

    Bonjour, je lis avec intérêt vos actualités, mais je me demande pourquoi vous rester anonymes : Thomas G., Florent C. D’autres parts, j’ai lu avec attention l’article sur Zebitcoin de Florent C. présenté comme une plateforme pas chère. Pour un investissement de 1 000 euros (Sepa : 3,9% = 39 euros) + les frais de minage et Zebitcoin = 59 euros, soit un total de 98 euros. Quasi 10% du montant investi. Je trouve ça cher. Pas vous ? Bruno C. donc.

    • Thomas G. dit :

      Bonjour Bruno C !

      Lorsque j’ai commencé au Journal du Coin il y a 4 ans, je tenais à rester anonyme, nous ne savions pas encore à quelle sauce l’État français comptait nous manger.
      Bien que ma description ne contienne pas mon nom de famille, elle contient mon profil LinkedIn avec mon nom complet !

      Pour ce qui est de Zebitex, si ne m’abuse il n’y a pas de frais de dépôt SEPA et il ne semble pas que la platefrome applique des frais SEPA et des frais de minage, ce sont deux univers différents pour le moment. Cela étant toute plateforme qui facture 10 % de frais est très cher, selon moi, mais je ne pense pas que ce soit le cas de Zebitex.

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

*

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER