Google bannit le mot “Ethereum” des publicités AdWords

Trading du CoinTrading du Coin

Google et son service de publicité AdWords (devenu Google Ads) avaient fait partie du grand bannissement des publicités liées aux cryptomonnaies, initié par Facebook en mars 2018. Bien que, depuis, Google ait de nouveau autorisé les publicités pour les crypto-exchanges réglementés en septembre dernier, il semblerait que “Ethereum” soit un mot banni par la régie publicitaire.

Ethereum (ETH)

€ 111.990.03485611 BTC
Change
  • 1h
    0.57%
  • 24h
    2.62%
  • 7j
    7.51%
Rang
2
Market Cap
€ 11.75Md
Volume 24h
€ 2.10Md
Supply
104.90M /

Une startup bloquée dans la diffusion de ses publicités sur Google Ads

C’est le groupe de développeurs du projet crypto appelé Decenter qui a été dans les premiers à faire remarquer que les publicités contenant le mot Ethereum n’étaient plus diffusées par Google Ads.

Leur startup est spécialisée dans les audits de sécurité de smart contracts et ils ont remarqué au GAFA que des annonces comme « ethereum security audits » ou « ethereum development services » n’étaient plus admises, brusquement, depuis le 9 janvier.

La réponse laconique de Google a été de préciser que « les annonceurs peuvent promouvoir des exchanges de cryptomonnaies ciblant les États-Unis et le Japon [seulement]. Par conséquent, vous ne pourrez peut-être pas diffuser d’annonces ciblant d’autres pays ».

Une censure ciblant Ethereum

Fait étrange, l’équipe de Decenter précise que les annonces contenant des mots clés comme « ICO, Bitcoin, EOS, blockchain… » fonctionnent toujours correctement, mais pas “Ethereum”.

« Nous nous inquiétons du fait que Google cible Ethereum spécifiquement pour une raison quelconque, et souhaitions voir si notre communauté pourrait faire pression sur l’équipe de Google Ads pour qu’elle ajuste sa politique en matière de mots clés, ou au moins fournisse une explication raisonnable de ces réglementations discriminatoires » équipe de Decenter

Certaines rumeurs parlent des craintes du géant pour le hard fork Constantinople à venir sur Ethereum, qui pourraient générer des cas d’arnaques et d’abus, comme on avait pu en voir à l’époque de la folie des ICO (qui avait sans doute précipité le bannissement de début 2018).

PARTAGER
Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici