Lisk-LSK

Le modèle DPOS fonctionne-t-il ? Intrusion au sein du réseau Lisk

Trading du CoinTrading du Coin

Depuis toujours, l’être humain a cherché le meilleur moyen d’élire des représentants avec plus ou moins de difficultés. Et cette volonté n’a pas changé dans le monde des cryptomonnaies. Plusieurs mécanismes de consensus existent afin de permettre une meilleure sécurité du réseau. Le consensus à priori le plus démocratique serait le Delegated Proof of Stake – DPOS. Bien que ce modèle présente quelques similitudes avec le suffrage censitaire (au sens de la relation argent/vote), le DPOS permet aux détenteurs de cryptomonnaies de voter pour leurs représentants. Aujourd’hui, nous analyserons le modèle DPOS en nous basant sur le réseau Lisk, afin de voir quelles peuvent êtres les limites de ce système…

L’industrie de la cryptomonnaie a été témoin de l’émergence de nouveaux mécanismes de gouvernance pour les systèmes blockchain. Un de ces modèles de délégation est appelé le DPOS (Delegated Proof Of Stake). Ce nouveau modèle a été créé initialement pour pallier la contrainte “coût” du modèle POW (Proof Of Work), gourmand en électricité, pour définir les acteurs pouvant valider les blocs de transactions.

Malheureusement, le modèle DPOS souffre d’un grand nombre de problèmes tels que le problème de “cartel”, le FILO (First In Last Out), etc. Plongeons-nous dans le réseau Lisk, cette cryptomonnaie basée sur le modèle DPOS, et essayons d’identifier les dérives d’un tel modèle, les manières dont la communauté réagit, et comment celle-ci peut le faire de façon plus productive.

Le modèle DPOS

Pour mieux comprendre les dérives du DPOS (Delegated Proof Of Stake), nous devons nous pencher sur le fonctionnement de ce modèle. Basé sur la preuve de possession du jeton LSK, le DPOS Lisk autorise un détenteur de LSK à voter pour un ensemble de délégués à hauteur de ce qu’il possède. Si un détenteur possède 1000 lisks, son poids de vote sera de 1000 unités. Seuls les 101 premiers délégués sont autorisés à valider les blocs. Sur papier, le modèle est simple et équitable. Un délégué serait élu pour ses capacités à sécuriser le réseau Lisk ou pour ces bonnes actions aidant à la promotion du produit, en l’occurrence ici, le LSK. Mais la réalité est toute autre…

Un cartel

Par définition, un cartel est un regroupement de personnes ayant des intérêts économiques communs autour d’un projet commun et mettant en œuvre des actions ciblées pour atteindre ces objectifs.

Lisk souffre du problème de cartel. Un groupe de 54 membres (sur les 101 délégués ayant le pouvoir de valider les blocs) s’est créé dès la naissance du réseau Lisk. Ce groupe est une menace pour la stabilité du réseau, car il représente un groupe économique de plus de 50 % des délégués Lisk. Par conséquent, ce groupe pourrait refuser une mise à jour du réseau, ne pas valider certains blocs On pourrait comparer cette menace à une attaque de 51 % de mineurs sur le réseau Bitcoin.

Qui plus est, ce groupe accroît son pouvoir à chaque nouveau bloc forgé sur le réseau Lisk. En effet, lorsqu’un bloc de 25 transactions est validé, le délégué ayant effectué ce travail est récompensé de 4 LSK à l’heure actuelle. Étant donné que la position d’un délégué dépend du nombre total de votes, on se rend bien vite compte du problème que cela représente. Ce groupe de 54 délégués, ne partageant que 25 % de ces récompenses avec ses votants, accroît de 75 % sa position de délégué depuis le lancement du réseau Lisk (mai 2016).

Dilution partielle des récompenses

Un délégué reverse une partie de ses récompenses à ses votants. Étant donné que l’on peut voter avec des LSK, plus on en possède, plus notre poids de vote est imposant. Dès lors, l’allocation de ces votes, de ces tokens, est centralisée au sein d’un seul groupe : il devient impossible pour un outsider d’être considéré comme potentiel délégué actif.

Dans le monde réel, c’est comme si notre voix était proportionnelle à notre compte en banque et que ce compte en banque n’était alimenté que par la Banque Nationale. Pas étonnant que la Banque Nationale soit dès lors considérée comme vainqueur des élections et qu’il nous soit impossible de la détrôner tant qu’elle génère de l’argent sur son propre compte en banque. Impossible me dites-vous ? Dans le monde réel, oui. Sur le réseau Lisk, ce n’est pas le cas. Ce groupe s’appelle : Lisk Elite.

Crainte et pression du cartel

Malheureusement, le cartel Lisk Elite est très puissant. En effet, les 54 délégués composant ce groupe accumulent toujours plus de Lisk et donc de pouvoir de vote. Ce groupe dispose d’un tel pouvoir qu’il peut décider si oui ou non un nouveau délégué peut devenir membre du top 101 et valider les blocs.

Screenshot du site de monitoring Elite. On constate qu’ils demandent clairement de dé-voter deux délégués qui ne partagent plus avec eux, car refusant de verser la taxe Elite davantage.

Cette situation incite certains délégués à “vendre leur âme au diable” et à payer une certaine somme de Lisk récurrente pour obtenir le pouvoir de vote de ce groupe. L’effet est vraiment très pervers. Cette mécanique renforce le pouvoir de vote du cartel et réduit encore un peu plus les manœuvres d’actions des potentiels candidats.

Statistiques

Avant de passer au vif du sujet, à savoir comment enrayer cette situation de cartel, penchons-nous sur quelques chiffres :

  • Actuellement, le cartel Lisk Elite dispose de 54 délégués sur les 101 en position de valider les blocs ;
  • Chaque membre possède environ 45 millions de poids de vote ;
  • Chaque membre reverse 25 % de ses récompenses en LSK, soit environ 2500 LSK par mois, éparpillés de manière équitable entre tous les votants, donc équitablement entre les 45 millions de voix, proportionnellement à la puissance de vote.
  • Chaque membre possède au minimum 125.000 LSK en fonds personnels. Ce poids de vote personnel augmente quotidiennement, car chaque délégué conserve environ 7500 LSK par mois pour augmenter son portefeuille.

Chaque membre vote pour son propre statut (son propre délégué). En d’autres termes, les membres d’Elite cumulent 54 x 125.000 LSK de poids de vote, soit 6.75 millions de LSK en poids de vote.

Vous constaterez que sur un poids de vote total de 45 millions par délégué, les 25 % des récompenses reversées le sont de manière proportionnelle. Mais les membres d’Elite possèdent 6.75 millions de ce total. Ils empochent donc 15 % de cette récompense, soit 375 LSK par mois. Au final, vous pensez recevoir 25 % d’une récompense théorique, mais vous n’en percevrez (tous les votants confondus en déduisant les votants Elite) que 21.25 % ! Tout le reste revient dans les poches du cartel !

Comment lutter contre ce verrouillage organisé ?

Depuis peu, les langues se délient, et certains contributeurs pour Elite décident de quitter le navire pour lancer leur propre pool ou en rejoindre un autre.

De plus, récemment, un membre de la communauté mais également un contributeur de longue date (4fryn), a posté un message ayant vocation à faire prendre conscience à la communauté Lisk les tenants et aboutissants des pratiques d’Elite.

Tableau représentatif de la perte du poids de vote des membres Elite depuis 1 mois

Vox populi

Alors comment enrayer cette mécanique bien rodée ? La réponse est simple : le peuple vote pour les membres du cartel Elite, le peuple peut donc “dé-voter” ce cartel ! Il en est encore temps ! Le seul problème est qu’en dé-votant un seul membre d’Elite, vous perdrez l’intégralité des rewards (récompenses) de forge de leur part. Ce qui signifie que le temps qu’Elite soit détrôné, ou perde au moins une partie non négligeable de ses membres du top 101, il se peut que votre stack de LSK ne vous rapporte rien, ou très peu durant plusieurs semaines / mois, mais cela sera fait dans l’intérêt général de la blockchain Lisk.

Nous disions plus haut que sur 45 millions de poids de vote, le cartel en possède 6.75 millions. Cela veut dire que le peuple possède 38.25 millions de poids de vote ! Si l’on enlève les comptes morts (sans activité, clé perdue…) ou les comptes ne votant plus, disons 10 %, le peuple actif possède donc une puissance de vote d’environ 34.5 millions de voix. Cette puissance est largement suffisante pour casser le cartel Lisk Elite.

Entrer en action

Depuis plusieurs semaines maintenant, une “révolution” a été initiée de la part de certains forgeurs mais également de la part des membres de la communauté. Pour preuve, on constate que depuis un mois, les votes envers Elite ont drastiquement baissés.

Alors vous qui nous lisez, si vous possédez des LSK et que vous votez, même si vous n’en avez que quelques uns, utilisez-les pour faire entendre votre voix !

Sources : Lisk.monitor ; Telegram ; Lisk.chat || Images from Shutterstock

PARTAGER
Yanis
Blockchain believer et crypto investisseur depuis 2013, je suis chargé de rédactions et d'interviews pour Journalducoin. Mon objectif est de contribuer à la promotion et au développement des protocoles blockchain en France. Retrouvez mes articles pour ne manquer aucune crypto news !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici