HebdoCrypto

Hebdo Crypto #38 – les actualités de la semaine des cryptomonnaies

Trading du CoinTrading du Coin

L’actualité concernant les cryptomonnaies est en ébullition constante. Il peut arriver que des informations capitales se perdent dans le flux informatif quotidien, et que vous passiez à côté des points importants.

Ce format est là pour y remédier : nous revenons sur l’actualité de la semaine passée dans l’Hebdo Crypto, afin de récapituler les informations importantes et vous tenir informés de l’état du monde des cryptomonnaies.

🔬 Les immanquables du coin

Les immanquables du coin de cette semaine seront découpés en deux parties. Dans la première, nous verrons avec Antoine comment connecter un full node Bitcoin au satellite de Blockstream. La deuxième partie, portera sur l’interview de Emmanuelle Ganne – experte en commerce international de l’OMC – réalisée par Alex.

Connecter son full node à un satellite et ainsi recevoir la blockchain Bitcoin sans nécessité de connexion internet c’est possible ! Cette prouesse a été permis par Blockstream, qui a loué de la bande passante sur 5 satellites couvrant ainsi la quasi-totalité de la planète.

Armé d’une antenne, d’un récepteur/décodeur USB, d’un LNB et d’un peu de câbles – le tout coûtant une 100ène d’euros – vous serez prêt à mettre en place votre propre nœud Bitcoin.

Il vous faudra ensuite trouver le meilleur endroit ainsi que la meilleure orientation pour votre parabole afin de capter le signal de manière optimale. Une fois la connexion établie, vous pourrez mettre en place le wallet Bitcoin FIBRE, le connecter avec l’antenne et vous n’aurez plus qu’à attendre que la chaîne se synchronise.

L’intégralité des détails de ce tutoriel se trouve dans l’article original: Bitcoin depuis l’espace.

Emmanuelle Ganne, experte en commerce international de l’Organisation mondiale du Commerce, a accepté de discuter avec nous des avancées réalisées par l’organisation dans le domaine de la blockchain.

Le Journal du Coin est partout, même à l’OMC !

La blockchain fait son apparition au sein de l’OMC. Pourriez-vous nous expliquer comment vous avez découvert cette technologie ?

Lors d’un déplacement pour le travail à Singapour à propos d’un sujet complètement différent, les PME. J’y ai rencontré quelqu’un qui travaillait avec les douanes du pays sur des projets blockchain pour voir comment cette technologie pouvait être utilisée pour améliorer les processus, notamment les processus douaniers. Notre discussion a commencé à me faire réaliser le potentiel de cette technologie. A mon retour à Genève, j’ai donc commencé à me plonger dedans, et plus je lisais, plus j’échangeais avec des gens, plus le sujet me captivait.

L’OMC entendrait jouer un rôle de plateforme pour permettre à tous les acteurs du commerce international de dialoguer et d’apprendre sur la blockchain ?

Pour ma part, ce que j’ai essayé de faire durant l’atelier de travail que j’ai organisé […] c’était d’amener autour d’une même table les différents acteurs, c’est-à-dire les experts en commerce international, les délégués et des acteurs du secteur privé qui travaillent sur ces questions pour pouvoir faire part de leur expérience et de leurs connaissances sur le sujet. Un certain nombre d’ambassadeurs sont venus pour mieux comprendre comment fonctionne la technologie et ce qu’elle peut apporter. J’avais également invité des représentants d’autres organisations internationales pour présenter ce qui se fait de leur côté.

L’OMC dispose-t-elle d’une équipe dédiée au travail sur la technologie blockchain ?

J’ai écrit cet ouvrage seule. J’ai une collègue très intéressée par ces questions qui m’a aussi beaucoup aidée, et suite à ma publication, plusieurs collègues m’ont contactée et ont exprimé le souhait de travailler sur le sujet. Je souhaite donc créer un réseau interne de personnes motivées de façon à ce que nous avancions de manière coordonnée sur ces questions. La technologie blockchain touche à des domaines très divers du commerce international, mais qui sont liés.

N’hésitez pas à consulter l’interview dans son intégralité: Interview d’Emmanuelle Ganne sur l’OMC & la blockchain.

🗞 L’actualité en bref

▶ La Réserve fédérale américaine envisage d’ajouter l’écroulement du marché crypto à son ensemble de tests de résistance du système économique. Ces stress tests sont réalisés annuellement sur les banques afin de prouver qu’elles sont en capacité d’opérer en période de récession économique.

▶ Passage à la version 0.7 pour le Lightning Network. Cette version permet l’implémentation de plugins ouvrant ainsi plus largement le développement open source autour du projet. Également, les « Routeboost » des canaux de payement privé sont mis en place, augmentant la confidentialité sur le réseau.

▶ La plateforme d’échange Binance surpasse tous ses adversaires en volume de transaction. L’étude réalisée par Diar, montre qu’en une année de fonctionnement les volumes n’ont fait qu’augmenter, jusqu’à atteindre 52 % des volumes totaux échangés.

▶ L’entreprise de grande distribution américaine Kroger cesse d’accepter les cartes VISA à cause de frais trop importants. Cette dernière a récemment pris contact avec Anthony Pompliano afin de discuter d’une intégration du Lightning Network, une bonne nouvelle à la vue de la capitalisation de l’entreprise de 120 milliards de dollars.

▶  La plus grosse bourse suisse, SIX Swiss Exchange, présente un ETP basé sur l’Ethereum (ETH). Les ETP sont des produits financiers échangeables en bourse. Cependant, nous noterons les 2,5 % de frais de gestion.

▶ Épisode 16 du crypto podcast 21Millions de Grégory Raymond. Il y reçoit Philippe Rodriguezde la banque d’affaires Avolta Partners – et discute des projets cryptomonnaies lancés par Facebook et Telegram.

📊 Les métriques de la semaine

100 000 $c’est la récompense proposée par la plateforme d’échange de cryptomonnaies Kraken à quiconque apportera des indices permettant de retrouver les fonds de QuadrigaCX. Pour rappel, ce sont 26 488 bitcoins (BTC), 11 278 bitcoins cash (BCH), 35 320 bitcoins gold (BTG), 429 966 ethers (ETH) et 199 888 litecoins (LTC) qui ont disparu.

8 %c’est le pourcentage de l’équipe de la cryptomonnaie DASH qui a été licenciée. Se séparant de collaborateurs dans les services de Ressources humainespôles Stratégie ainsi que du pôle Développement.

“Dash Core Group a été confronté à des décisions difficiles pour préserver sa stabilité financière dans le contexte du marché actuel” Ryan Taylor, CEO de Dash Core Group

Bonne semaine sur le Journal du Coin 😉

PARTAGER
Renaud H.
Étudiant ingénieur en software et en systèmes distribués, crypto-enthousiaste depuis 2013. Touche à tout, entre mining et développement, je cherche toujours à en apprendre plus sur l’univers des cryptomonnaies et à partager le fruit de mes recherches à travers mes articles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici