Société Générale émet ses premiers titres tokenisés sur la blockchain Tezos (XTZ)

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance
pub

Tezos permet d'ouvrir le bal – Les acteurs bancaires français sont souvent décriés au sein de la cryptoshpère. Pourtant, depuis 2018, Société Générale Forge ne cesse d'innover. Elle fait partie des 50 startups sélectionnées par l'organisme bancaire afin d'intégrer son programme d'incubation interne : l'Internal Startup Call. En 2018, SG Forge a réalisé la première émission obligataire au monde sur la blockchain Ethereum pour un montant de 100 millions d'euros. Portée par le succès de cette première émission, la startup a pu collaborer avec la Banque de France sur le sujet des monnaies numériques de banques centrales. Pour marquer le lancement du premier produit structuré sous forme de security token, Jean-Marc Stenger, le CEO de SG Forge, a accepté d'échanger avec le Journal du Coin.

Des produits structurés complexes et innovants à destination des institutionnels

Pour le lancement du premier produit structuré tokénisé, SG Forge a choisi de s'appuyer sur Tezos, un projet plébiscité par les acteurs français, puisque le crypto-euro Lugh du groupe Casino devrait être développé sur sa blockchain. La startup française était déjà familière avec cette technologie, car elle a remporté l'appel à candidatures de la Banque de France sur le thème des MNBC, en proposant de travailler sur le réseau Tezos.

Les produits structurés sont des assemblages d'instruments financiers avec une structure bipartite, généralement composée :

  • D'une obligation à taux zéro. Elle n'offre pas de rendement, mais donne droit à un remboursement à l'échéance du titre, ce qui permet de garantir une partie du capital investi dans le produit ;
  • D'une option sur un indice ou un panier d'action. C'est cette partie du produit qui va générer le rendement en fonction de la performance de l'actif sous-jacent.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, dans ce type d'opération, la majorité du travail de l'émetteur revient à définir un cadre juridique dans lequel son produit va fonctionner :

« Chez Société Générale Forge, la majeure partie de notre travail consiste à réfléchir aux aspects réglementaires et juridiques. En l'absence de jurisprudence, c'est à nous de déterminer la meilleure voie juridique pour réaliser nos projets et émissions. »

Jean-Marc Stenger, CEO de Forge

L'interopérabilité au centre des préoccupations

Avec ce lancement réussi, SG Forge établit un précédent important démontrant la faisabilité technique et règlementaire d'une telle émission. L'une des caractéristiques essentielles des security tokens émis est d'être parfaitement compatibles avec le système bancaire actuel. En effet, il est nécessaire que ces produits financiers innovants puissent exister au sein du système bancaire et non en parallèle, ce qui diminuait grandement leur intérêt.

« En matière d'émission de security tokens, toute la difficulté est de rendre l'actif digérable par le système bancaire traditionnel. Il est impératif de penser à l'interopérabilité entre les différentes blockchains et le système bancaire. Par conséquent, les security tokens émis doivent être compatibles avec les standards de l'industrie bancaire à l'instar de SWIFT. »

Jean-Marc Stenger

D'ici 2022, SG Forge entend proposer des services de conservation et d'échange d'actifs numériques à ses clients institutionnels. Ainsi, l'entreprise proposerait un éventail complet de services pour des clients exigeants.

Après Ethereum et Tezos, qui sera le prochain partenaire de SG Forge ?

Selon Jean-Marc Stenger, SG Forge se veut agnostique à la technologie, en ce qu'elle ne discrimine pas entre les blockchains. Cette souplesse technique lui a permis d'utiliser avec succès la blockchain Ethereum et la blockchain Tezos pour atteindre des objectifs distincts. À terme, l'entreprise prévoit d'être capable d'utiliser jusqu’à 5 blockchains différentes pour réaliser ses émissions de security tokens.

« L'enjeu pour nous avec cette transaction est de montrer que nous sommes capables de travailler avec plusieurs blockchains. Nous avons pour objectif d'intégrer 3 à 5 blockchains différentes pour permettre au client de choisir la technologie la plus adaptée à ses besoins. Aujourd'hui, la subtilité des produits financiers peut être limitée par les capacités techniques internes des acteurs. Avec nos security tokens, certaines contraintes sont levées, ce qui améliore la créativité financière. »

Jean-Marc Stenger

Avec ses nombreuses réussites et sa participation au projet de crypto-euro portée par le groupe Casino, SG Forge semble en voie de s'imposer durablement comme un partenaire de choix pour les institutions financières souhaitant émettre des security tokens innovants et complexes. Toutefois, malgré les nombreux projets en cours, l'Europe accuse un certain retard quant au développement d'une MNBC. En effet, la Banque centrale européenne (BCE) a récemment déclaré qu'il faudrait attendre 2025 pour le lancement d'un crypto-euro au niveau de l'Union européenne.

Auteur

Financier et juriste, je suis passionné par les cryptomonnaies depuis leur apparition sur le Deepweb. Fervent supporter du Bitcoin, je suis convaincu que les devises numériques joueront un rôle déterminant dans l'avenir de nos sociétés. Je m'intéresse tout particulièrement aux aspects financiers et législatifs des cryptomonnaies.

  1. matu dit :

    Alors que la guerre froide était centrée sur la course à l’armement pour soumettre les pays “rebelles” après qu’elle se soit terminée, certains n’ont toujours pas compris que la guerre à la monnaie numérique avait pour but d’instaurer une monnaie mondiale numérique pour soumettre la population “rebelle” qui voudrait utiliser du cash.
    Certains spécialistes ont les yeux bouchés.

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

*

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER