HebdoCrypto

Hebdo Crypto #16 – les actualités de la semaine des cryptomonnaies

Trading du CoinTrading du Coin

L’actualité concernant les cryptomonnaies et les protocoles blockchain est en ébullition constante. Il peut arriver que des informations capitales se perdent dans le flux informatif quotidien, et que vous passiez à côté des points importants.

Ce format est là pour y remédier: chaque dimanche, nous revenons sur l’actualité de la semaine passée dans l’Hebdo Crypto, afin de récapituler les informations importantes et vous tenir informés de l’état du monde des cryptomonnaies.

Les immanquables du coin

Forte d’une actualité florissante, la semaine de la cryptosphère française a été monopolisée par les questions de régulation, notamment suite aux amendements de la loi PACTE et les interventions de ses différents acteurs. Nous allons débriefer, en deux temps, les récents événements dans les immanquables du coin.

Dans un premier temps, nous nous intéressons à l’article de Grégory sur la loi PACTE et ses conséquences pour les ICO en France. 

Adoptés dans la soirée du 28 septembre, les articles 26 et 26 bis visent à former un nouveau cadre législatif aux projets blockchains français. Parmi les points discutés et adoptés, la création d’un label AMF facultatif pour les ICO qui imposera un certain nombre de critères aux crypto-entrepreneurs souhaitant afficher leur sérieux.

Un autre point abordé – fortement lié au point précédent – est celui de l’accès à un compte bancaire pour les entreprises blockchain. Cet accès sera pris en charge par la Caisse des Dépôts et des Consignations, chargées d’ouvrir un compte en cas de refus des banques commerciales aux prestataires ayant obtenu le label AMF. 

Dans un second temps, nous allons résumer l’entretien entre Gregory, Axel et Pierre Persondéputé LREM et rapporteur sur la mission d’information sur les monnaies virtuelles – portant sur le rapport à venir concernant les évolutions législatives et réglementaires à prévoir pour mieux encadrer les crypto-actifs en France.

Mr Person commence par énoncer les problématiques et les enjeux de ce rapportà partir de 1 min 49 s – principalement les problèmes liés à l’ouverture de comptes bancaires et les solutions envisagées.

Gregory en vient par la suite à le questionner sur l’automaticité de l’ouverture d’un compte suite à l’obtention du visa AMF, question sur laquelle le député répond que cela ne sera pas automatique, mais assurera une crédibilité accrue au prestataire – à partir de 7 min 9 s.

Axel rebondit alors et l’interroge sur les compétences techniques de l’AMF pour vérifier la solidité des projets blockchain. Dans sa réponse, Pierre Person aborde entre autres la possibilité pour l’AMF de solliciter d’autres institutions gouvernementales, plus compétentes pour réaliser des audits – à partir de 11 min 16 s.

Quant à la question des délais pour ces projets de loiabordée à 13 min 23 s – Mr Person insiste sur la nécessité d’une rapidité d’action au vu de la vitesse de développement de l’écosystème.

Pour finir, Axel souhaitait savoir quels seraient les acteurs impactés par cette loi, qui sont divisés en deux groupes – à partir de 19 min 30 s – par le député, avec d’un côté les émetteurs de tokens et de l’autre les sociétés de servicesplateforme d’échanges par exemple.

N’hésitez pas à aller regarder les deux autres parties de cette interview : Entrevue avec le député Pierre Person : crypto-actif, trading & taxation (2/3) et Pierre Person : vers une crypto nationale pour la France?! 🇫🇷 (3/3)

L’actualité en bref

▶ Tout juste deux semaines après le lancement d’Ethfinex, Bitfinex lance EOSfinex : un second exchange décentralisé, cette fois-ci basé sur le réseau EOS.

▶ Tether (USDT) est encore au cœur de la controverse. Cette fois-ci, c’est la solvabilité de la Noble Bank banque partenaire de Tether – qui est remise en question par Modern Consensus.

▶ Zoom sur l’état des lieux des stablecoinscryptomonnaies à la valeur stable – basé sur le rapport de la firme Blockchain qui a analysé les 57 actifs présents sur le marché.

▶ Hard fork en vue pour le projet SiaCoin, une réponse radicale aux ASIC spécialisés mis au point par Bitmain.

▶ Coup dur pour les plateformes d’échange sud-coréennes suite au doublement de l’impôt sur les sociétés mettant fin à leurs avantages fiscaux, passant de 12,5 % à 25 %.

Le Premier ministre de Malte a abordé lors de l’assemblée générale de l’ONU la nécessité d’une coopération entre les nations quant à la régulation et l’avenir des cryptomonnaies.

 Un bug critique sur les wallets Monero a été découvert par les internautes suite à une discussion théorique sur Reddit. Ce bug aurait pu causer le gel massif de XMRheureusement, il a été corrigé à temps.

Les métriques de la semaine

➤ 89 millions de dollars, ce sont les montants qui auraient été blanchis via les plateformes d’échange de cryptomonnaie, selon une étude du Wall Street Journal. Après que son exchange ait été principalement ciblé, Erik Voorhees – CEO de ShapeShift – répond aux accusations, les définissant comme fallacieuses et trompeuses :

80 %, c’est la chute qu’ont subi les actions de Grayscalefonds d’investissement Bitcoin depuis 2013 – depuis l’ATH (all time high) du bitcoin en décembre dernier. La fébrilité du marché n’en est pas la seule cause : les 2 % de frais de gestion appliqués par la structure, contre 0,59 % pour les autres firmes du même type, sont jugés excessivement élevés.

➤ 13 %, c’est la hausse qu’a connu la puissance de hachagehashrate – de Zcash (ZEC) au cours de la journée du 30 septembre. Cette hausse aura principalement été causée par l’arrivée imminente de la mise à jour Sapling Protocol ainsi que par l’annonce des nouveaux ASIC de Bitmain.

La question des internautes : Quelle menace pose l’informatique quantique aux blockchains ?

Merci pour ta question Florian Davroux ! 🙂

Il est vrai que les ordinateurs quantiques peuvent menacer la majorité des systèmes blockchain actuels. En effet, ces derniers sont protégées par des algorithmes cryptographiques qui ont été jusqu’ici incorruptibles, mais qui pourrait facilement l’être grâce à la puissance de calcul que peut développer un ordinateur quantique.

En 2016, les ordinateurs quantiques produits avaient une puissance de 10qubitsle qubit est l’unité de stockage d’information quantique. Cependant, pour attaquer Bitcoin, il faudrait déployer une puissance de 1500 qubits. Selon ECRYPT – European Network of Excellence in Cryptology – cela ne devrait pas arriver avant 2030-2040.

Certains projets de cryptomonnaies ont déjà pris les devants et implémenté des algorithmes dits “quantum-resistantrésistance quantique – par exemple Quantum Resistant Ledger, que citait Florian. Cependant, de nombreuses personnes ne pensent pas que cela soit forcement utile, car à l’avenir les blockchains seraient elles aussi quantiques.

Un groupe de chercheurs a pour ambition de créer une blockchain en utilisant des particules quantiques qui s’emmêlent dans le temps. Cela permettrait à une seule particule quantique de coder l’historique de tous ses prédécesseurs, d’une telle manière que l’information ne pourrait être piratée sans être détruite.

Pour ce qui est des cryptomonnaies actuelles, il y a fort à parier qu’elles vont s’adapter en cas d’une menace trop importante, via un hard fork pour modifier les algorithmes cryptographiques afin de les rendre quantum resistant.

Bonne semaine sur le Journal du Coin 😉

Renaud H.
Étudiant ingénieur en software et en systèmes distribués, crypto-enthousiaste depuis 2013. Touche à tout, entre mining et développement, je cherche toujours à en apprendre plus sur l’univers des cryptomonnaies et à partager le fruit de mes recherches à travers mes articles.

Poster un Commentaire

avatar