L’avenir de la crypto selon KPMG : maturité, ralentissement et sélection naturelle

Bientôt l’âge de raison ? – KPMG remonte dans son dernier rapport que le marché crypto est de plus en plus mature. En effet, même si les investissements baissent, ils restent au-dessus des attentes prévisionnelles. KPMG est un cabinet de conseil et d’audit anglo-néerlandais qui suit de près les cryptomonnaies. De nombreux articles et sa proximité avec l’ADAN (association représentante des entreprises de crypto actifs françaises) peuvent témoigner de cette affinité.

14,2 milliards de dollars d’investissement au premier trimestre

Selon le rapport de KPMG sorti ce mardi, intitulé « Pulse Fintech H1’22 », les sociétés de capital-risque (Venture Capital – VC) ont investi jusqu’à 14,2 milliards de dollars dans les cryptomonnaies. Ainsi ,au premier trimestre 2022, on compte pas moins de 725 transactions. Le marché crypto est plus en plus mature, mais les investissements devraient diminuer à l’avenir.

Les investissements les plus importants durant cette période ont étés effectués dans 4 entreprises majeures. En première position, on trouve l’allemande Trade Republic pour 1,1 milliard de dollars. Ensuite, nous avons la plateforme de garde d’actifs numériques Fireblocks pour 550 millions de dollars. En troisième, il y a la bourse de crypto-monnaies FTX pour 500 millions de dollars. Finalement, en quatrième place, nous avons la société de logiciel Ethereum Consensys.

Le leader mondial de la fintech de KPMG, Anton Ruddenklau, et ses équipes en charge du rapport notent que les chiffres d’investissement pour ce premier trimestre 2022 sont déjà à plus du double des investissements des années antérieurs à 2021. Le rapport souligne donc « la maturité croissante de l’espace et l’ampleur des technologies et des solutions qui attirent les investissements ».

Selon KPMG, le marché crypto est plus en plus mature
Investissements totaux globaux (VC, PE et M&A) en paiements 2019-2022 – Source : KPMG

Le visage des investisseurs du secteur est en train de changer de manière positive. Nous passons des investisseurs détaillants aux acteurs institutionnels et aux entreprises qui constituent une part croissante de l’afflux de capitaux. De ce fait, les crypto-actifs commencent à présenter des similitudes avec les actifs traditionnels, indique KPMG.

>> Faites vos premiers pas dans l’univers Bitcoin sur Binance, 10% de frais offerts (lien commercial) <<

Un contexte actuel qui préfigure une baisse des investissements

Ruddenklau précise que ces investissements records de l’année précédente et de ce début de semestre ne devraient pas durer. En effet, cette période de « fin de l’abondance », des « évidences » et de « l’insouciance » pour reprendre audacieusement les propos d’Emmanuel Macron – risque de mettre un frein aux investissements.

Pour citer gaiement les maux dont souffre la confiance des investisseurs, nous avons selon les auteurs du rapport : une récession potentielle imminente, une hausse de l’inflation, une hausse des taux d’intérêt ainsi que le conflit Russie-Ukraine. Nous pourrions même ajouter les pénuries successives, elles-mêmes liées aux pandémies et autres péripéties climatiques.

Les entreprises offrant des cryptos et des jetons non fongibles (NFT) devraient particulièrement ressentir la baisse des investissements, toujours selon le rapport. Toutefois, le co-directeur de Blockchain & Cryptos chez KPMG France, Alexandre Statchenko (que nous avons récemment interviewé), regarde ce bear market avec un œil positif :

« Certaines cryptos disparaîtront, en particulier celles qui n’ont pas de propositions de valeur claires et solides. Cela pourrait en fait être très sain du point de vue de l’écosystème, car cela permettrait d’éliminer une partie du désordre créé dans l’euphorie d’un marché haussier. Les meilleures entreprises seront celles qui survivront. »

Selon lui, certaines startups de l’univers crypto vont être amenées à diminuer leur valorisation pour continuer à lever des fonds et éviter de disparaître.

le co-directeur de Blockchain & Cryptos chez KPMG France, Alexandre Statchenko, regarde ce bear market de façon positive
Alexandre Stachtchenko prévoit une baisse des investissements cryptos

Toujours selon lui ce sont les entreprises « les mieux gérées, avec des politiques de gestion des risques saines, une vision long terme et une solide approche de gestion des coûts » qui survivront le mieux dans le marché actuel. Il ajoute que les institutions financières s’intéressent de plus en plus aux solutions d’infrastructure blockchains et aux stablecoins. Leur intérêt est de profiter des avantages opérationnels de la technologie et du grand livre distribué.

Zoom sur l’avenir du marché crypto à travers le monde.

KPMG s’attend aussi à l’évolution des marchés sous développés, comme en Afrique. C’est ce que montre l’effort de Binance qui a entamé récemment des discussions préliminaires avec le gouvernement nigérian. Ils souhaitent en effet construire un environnement favorable aux cryptomonnaies dans ce pays. Cela aura pour objectif de générer une croissance économique à long terme grâce à l’innovation numérique.

Nigeria-eNaira
Le Nigeria à la pointe de la finance : la Banque centrale lance son eNaira

Le rapport fait aussi mention du Bitcoin comme monnaie légale au Salvador et en Centrafrique. Il existe donc un intérêt croissant pour des utilisations souveraines des cryptomonnaies, notamment chez les pays en développement en opposition aux étalons classiques, comme le dollar américain. Un phénomène que nous avions abordé par le biais d’un rapport KPMG précédent.

Le commerce de cryptomonnaies est interdit en Chine, et l’Inde pourrait lui emboiter le pas. Mais d‘autres juridictions semblent enclines à favoriser le marché tout en protégeant le consommateur. N’oublions pas qu’une nouvelle réglementation pour le secteur des cryptomonnaies devrait arriver en Europe en fin 2022.

Selon KPMG, le marché crypto est de plus en plus mature et les investissements sont au-dessus des attentes. Reste à savoir quelles entreprises survivront et combien de temps durera le bear market. En attendant, nous vous conseillons d’aller voir l’interview de Claire Balva, co-directrice du secteur Blockchain & Cryptos avec Alexandre Statchencko.

Le temps de l’intérêt des États pour Bitcoin est venu. Et vous, que faites-vous pour préparer l’avenir ? Commencez à vous familiariser avec ce monde passionnant, et n’attendez plus pour vous créer un compte sur Binance, l’exchange Bitcoin et crypto de référence. Vous économiserez 10% sur vos frais de trading en suivant ce lien (lien commercial).

Antoine Fraisse

Débutant en finance d’entreprise, je suis curieux voire enthousiaste sur les innovations amenées par les cryptomonnaies et la blockchain. Je découvre et explore cet environnement avec vous.

Recevez un condensé d'information chaque jour