Bitcoin-btc-optimiste

Des jetons sur Bitcoin : colored coins et autres procédés

Trading du CoinTrading du Coin
5
(1)

Comme chacun le sait, Bitcoin a été créé dans le but de transférer de la valeur sur Internet sans recourir à une autorité centrale et se veut être un système d’argent liquide électronique pair-à-pair. Cependant, ce n’est pas la seule manière dont puisse se servir ce protocole, et d’autres usages sont possibles. Aujourd’hui nous allons nous concentrer sur l’un d’entre eux : la création et l’échange de jetons sur Bitcoin.

Lorsque l’on évoque cet usage, on pense en général à Ethereum, la plateforme de contrats autonomes, sur laquelle il est possible d’émettre des jetons programmables qui respectent le plus souvent le standard ERC20. Mais Ethereum n’est pas le seul protocole où il est possible de mettre en place ce genre de choses : si Bitcoin est plus limité, il n’a pas à rougir de ses fonctionnalités.

Dans cet article, nous allons voir comment cela peut se faire, en examinant tout d’abord les solutions qui marqué historiquement Bitcoin, et en nous intéressant ensuite aux autres développements mis en place actuellement.

Les solutions historiques

Dès les premières années d’existence de Bitcoin, certaines personnes furent désireuses de l’exploiter plus en profondeur, de se servir de lui d’une autre manière que comme un instrument de transfert de valeur. Ce mouvement initial, appelé “Bitcoin 2.0” par certains, a conduit par la suite au lancement d’Ethereum en 2015 qui se spécialisait dans tous ces usages annexes à l’échange monétaire pur.

C’est à partir de 2012 que les solutions permettant aux utilisateurs de créer leurs propres jetons ont émergé. Comme on va le voir, ces solutions prenaient la forme de protocoles de surcouche, c’est-à-dire des protocoles qui se servaient de la couche de base pour enregistrer des informations ne pouvant être interprétées que par eux.

Les colored coins

Le premier type de solution utilisé pour émettre des jetons sur Bitcoin a été le procédé des colored coins, ou pièces colorées en français. Les colored coins sont des bitcoins marqués sur la chaîne de blocs. Il s’agit d’un procédé exploitant le défaut de fongibilité des bitcoins : chaque pièce de cryptomonnaie est en effet traçable dans le sens où l’on peut retracer l’ensemble des transactions ayant jalonné son existence, et on peut donc marquer cette pièce pour la transformer.

Généralement, la pièce est marquée en inscrivant des données arbitraires au sein des transactions, notamment grâce à l’utilisation du code opération OP_RETURN dont l’usage est effectif depuis le 29 mars 2014. On parle de pièce colorée car chaque type de pièce est liée à un identifiant, que l’on pourrait assimiler à une couleur : en effet, selon le standard RGB (“Red Green Blue”), une couleur est définie comme un nombre compris entre 0 et 16777215 (0xffffff).

 

Exemple colored coins pièces colorées
Exemple de transactions impliquant des pièces colorées : ici ce sont des pièces de 546 satoshis qui représentent un certain montant de jetons JTN.

Ce sont ainsi toujours des bitcoins qui sont envoyés, mais leur statut est modifié grâce aux informations écrites dans les transactions. L’usage des pièces colorées dépend donc de logiciels spécialisés qui interprètent les données.

L’idée des pièces colorées remonte à 2012. Le 27 mars 2012, Yoni Assia, le co-fondateur et PDG israélien de eToro, imaginait à quoi pouvait ressembler l’utilisation de bitcoins colorés. Le 4 décembre 2012, c’est un autre israélien, Meni Rosenfeld, qui publiait un livre blanc intitulé “Bitcoin X” dans lequel il décrivait les spécificités, les avantages et les inconvénients des pièces colorées.

La première implémentation des pièces colorées a été réalisée dès fin 2012 par Alex Mizrahi (aussi connu sous le pseudonyme “killerstorm” sur Bitcointalk). Celle-ci servira de base à ce qui deviendra ChromaWay par la suite. Mais le développement des pièces colorées ne prend vraiment de l’ampleur que dans les années qui suivent, avec l’apparition des Open Assets (OA) en 2014, supportés notamment par Coinprism, et des Colored Coins (CC) développés par Colu à partir de 2015.

Essentiellement, le but des pièces colorées était de représenter des biens fongibles ou non fongibles dans le cadre de toutes sortes d’usages financiers : des bons de réduction, des actions, des collectionnables comme des items de jeux vidéo, etc. Les pièces colorées préfigurait donc ce qu’on a connu par la suite avec Ethereum. Cependant, le procédé souffrait de certains défauts, et en particulier du fait qu’on puisse brûler par mégarde ses jetons si on n’utilisait pas le logiciel approprié.

De nos jours, les colored coins sont quelque peu tombés en désuétude sur Bitcoin, mais leur usage persiste à exister. Bisq a par exemple créé son propre protocole de pièces colorées afin d’émettre et de gérer un jeton, le BSQ, servant de base à sa DAO. La transaction de genèse de ce jeton a ainsi eu lieu le 15 avril 2018.

Notez aussi que l’idée a été reprise sur Bitcoin Cash par le biais du protocole Simple Ledger Protocol (SLP) qui permet de créer des jetons et de distribuer des dividendes sur la chaîne.

Les métaprotocoles Omni et Counterparty

En parallèle du procédé des pièces colorées, d’autres solutions allant plus loin ont émergé : il s’agit des surcouches Omni et Counterparty. Tout comme les pièces colorées, ces surcouches sont des métaprotocoles : il s’agit de protocoles qui s’interprètent au-delà des règles du protocole Bitcoin grâce à des implémentations spécialisées. Cependant, ils se distinguent des pièces colorées par le fait qu’ils gèrent une unité de compte propre et qu’ils permettent des choses plus évoluées.

Omni logo

Omni (omni), qui portait initialement le nom de Mastercoin, a été la première surcouche de ce genre à apparaître. Elle était initialement baptisée Mastercoin, le mot MASTER étant, d’après les spécifications, l’acronyme de “Metadata Archival by Standard Transaction Embedding Records”. Et elle permettait notamment à ses utilisateurs de créer leurs propres devises (“user currencies”) et de réaliser des ICO. Certaines de ces opérations requerraient l’usage d’un jeton spécifique : le MSC, qui deviendra par la suite l’OMNI.

Le livre blanc de Mastercoin, intitulé “The Second Bitcoin Whitepaper”, a été publié le 6 janvier 2012 par J.R. Willett (“dacoinminster”). Le projet a ensuite été lancé le 31 juillet 2013 par l’intermédiaire d’une prévente de jetons MSC qui a duré un mois. Durant cette prévente, chaque montant de bitcoins envoyés à l’adresse 1EXoDusjGwvnjZUyKkxZ4UHEf77z6A5S4P était transformé en un montant de MSC (100 MSC par BTC au début, puis moins au fur et à mesure des semaines). L’équipe en charge du projet bénéficiait alors des bitcoins envoyés pour se financer : ainsi, ce ne sont pas moins de 5120 BTC qui ont été recueillis à l’époque, soit plus de 500 000 $. Le lancement de Mastercoin constituait de cette façon la première ICO de l’histoire !

Mastercoin a continué son bonhomme de chemin au fil des années. Il a ainsi hébergé des projets comme MaidSafeCoin, dont l’ICO a eu lieu le 22 avril 2014, et Tether, qui gère le stablecoin USDT indexé sur le dollar américain. Mastercoin a subi une remise au goût du jour et a été renommé en Omni en mars 2015. Aujourd’hui, la surcouche Omni est surtout utilisée pour les transferts de Tether USD qui forment la quasi-totalité de son activité.

Counterparty logo

Counterparty (CNTRPRTY) est une surcouche de Bitcoin similaire à Omni dans le sens où elle dispose d’un jeton natif, le XCP, qui lui sert de carburant. Son lancement a eu lieu en janvier 2014, mois durant lequel l’intégralité des XCP en circulation ont été créés. Contrairement à Omni, Counterparty n’a pas réalisé de prévente, mais a opté pour une création par brûlage de bitcoins : tous les bitcoins envoyés à l’adresse 1CounterpartyXXXXXXXXXXXXXXXUWLpVr entre le 2 janvier et le 3 février étaient convertis en XCP à un taux qui variait entre 1000 et 1500 XCP par BTC. Ce sont 2140 bitcoins qui ont ainsi été rendus inutilisables pour donner vie à plus de 2,6 millions de XCP, encore en circulation aujourd’hui.

Counterparty se voulait plus flexible qu’Omni en rendant possible l’implémentation de contrats autonomes, notamment dans le but d’héberger une plateforme d’échange décentralisée. Des ICO ont également eu lieu sur la plateforme dont celle du projet Storj (et de son jeton Storjcoin X) qui a levé plus de 910 bitcoins en 2014, soit près de 500 000 $ au cours de l’époque. Le Storjcoin X (SJCX) a ensuite été transformé en STORJ avec la migration de Storj vers Ethereum en 2017 et une seconde levée de fonds.

La plateforme Counterparty continue d’exister et d’évoluer aujourd’hui, et a même intégré la machine virtuelle d’Ethereum. Néanmoins, il semble que son usage ne soit pas au niveau de celui qu’elle a connu par le passé.

Les solutions modernes

Les solutions historiques ont deux défauts. Le premier problème est que les transactions de surcouche ne sont pas validées par le réseau entier, ce qui diminue directement la sécurité de ces procédés en faisant reposer cette dernière sur la validation des nœuds spécialisés. Le second problème, et sans doute le plus grave, réside dans la restriction de la capacité transactionnelle du protocole Bitcoin et la limitation de la taille des données arbitraires incriptibles sur la chaîne (80 octets par transaction) : en d’autres termes, les transactions coûtent cher. Puisque les transactions liées aux colored coins et aux autres métaprotocoles prennent beaucoup de place, elles sont impactées par ces restrictions.

C’est pour ces deux raisons que Vitalik Buterin, qui a travaillé quelques temps sur ces solutions en 2013, s’en est très vite détourné pour développer Ethereum. C’est aussi pour cela que la création de jetons sur Bitcoin passe aujourd’hui par des solutions plus modernes, développées sur les chaînes latérales et sur le réseau Lightning.

Les chaînes latérales

Les chaînes latérales (appelées sidechains en anglais) sont des chaînes de blocs parallèles à celle de Bitcoin qui permettent de transférer des bitcoins d’une chaîne à l’autre sans mettre en jeu leur intégrité. Les bitcoins peuvent ainsi être utilisés sur une chaîne latérale sans risque de perdre leur valeur. Outre l’amélioration de la scalabilité de Bitcoin, ces chaînes contribuent à en améliorer indirectement la flexibilité en intégrant des fonctionnalités avancées que la chaîne principale ne pourrait pas accueillir.

Ainsi, la chaîne latérale RSK, précédemment appelée Rootstock, se focalise sur l’exécution de contrats autonomes Turing-complets et est un portage d’Ethereum. Basée sur une fédération d’acteurs et sur du minage combiné, cette chaîne permet donc l’émission de jetons de type ERC20.

La seconde chaîne latérale de Bitcoin est Liquid et est développée par Blockstream. Cette chaîne repose sur une fédération forte d’acteurs financiers et, comme son nom l’indique, a pour but principal de fluidifier les échanges, notamment entre les différentes places de marché comme Bitfinex et Huobi.

En se basant sur le modèle Elements, Liquid permet d’émettre des actifs, appelés issued assets, qui peuvent être transférés de manière confidentielle. Cette année, c’est une partie de l’offre du dollar Tether qui a été émise sur cette chaîne. L’USDT, qui à l’origine n’existait que sur la surcouche Omni, est désormais présent sur au moins quatre chaînes supplémentaires : Ethereum, TRON, EOS et Liquid.

RGB : la résurrection des colored coins

Comme on l’a dit, les pièces colorées ne sont plus beaucoup utilisées actuellement en raison des frais élevés de la chaîne de Bitcoin, mais il est possible qu’on les revoit faire surface avec le développement du réseau Lightning. Le projet n’est pas nouveau puisque Colu l’envisageait déjà en 2016 avant de renoncer à le faire par la suite.

C’est le protocole RGB qui semble aujourd’hui avoir pris la relève, dont le nom est une référence directe aux bitcoins colorés. Développé par BHB Network (entreprise co-fondée par le bitcoineur Giacomo Zucco), ce nouveau protocole permettra l’existence de pièces colorées sur le réseau Lightning et constituera donc un protocole de troisième couche. Toutes ses spécifications ne sont pas encore figées, mais il semblerait que l’émission de jetons se fera sur la chaîne, tandis que les transferts de ces jetons se feront sur le réseau Lightning.

Conclusion

Le fait de créer des jetons n’est donc pas nouveau et Bitcoin a été la premier protocole à accueillir des ICO. Si les solutions historiques se basant sur la chaîne de blocs de Bitcoin comme les colored coins, Omni ou Counterparty, ne sont plus beaucoup utilisées de nos jours, d’autres solutions sont en train d’émerger pour perpétuer la tradition, à l’instar des actifs émis sur Liquid et des pièces colorées sur le réseau Lightning. Ainsi, tout le mérite de l’économie des jetons ne doit pas être attribué à Ethereum, qui n’a fait que continuer ce qui s’était passé auparavant… tandis que Bitcoin pourrait bien réclamer sa part du gâteau à l’avenir.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 1

Avatar
Je suis fasciné par les cryptomonnaies et par l'impact qu'elles pourraient avoir sur nos vies. De formation scientifique, je m'attache à décrire leur fonctionnement technique de la façon la plus fidèle possible.

Poster un Commentaire

avatar