Facebook-crypto-1

Libra : Facebook lève le voile sur son projet de stablecoin

Trading du CoinTrading du Coin

Si vous êtes amateur de saga fleuve ou plus prosaïquement aimez garder un œil attentif sur l’actualité financière, vous n’avez évidemment pas manqué de vous intéresser aux marques d’intérêts de Facebook concernant le développement d’une cryptomonnaie au pouce bleu levé (et vous avez pris connaissance des enjeux stratégiques qui vont avec). Aujourd’hui, des détails supplémentaires nous parviennent à propos de ce stablecoin pas comme les autres.

Une série en plusieurs épisodes

Vous avez surement été récemment un peu surpris d’apprendre qu’en dépit d’un trésor de guerre conséquent, Facebook prévoyait de faire le tour des investisseurs pour garantir son futur jeton à hauteur d’1 milliard de dollars (de quoi faire rêver ses concurrents précurseurs sur le secteur du stablecoin ?).

Il est même possible que vous ayez levé un sourcil amusé lorsque, à l’occasion d’une interview fleuve il n’y a pas plus de quelques heures (reprises par Les Echos), le taulier de Messenger Stan Chudnovsky a vaillamment éludé la question de la crypto Facebook par un élégant « c’est possible, mais c’est pas moi, et pis j’ai pas le droit d’en parler…».

Si nos articles vous annonçaient que le printemps serait chaud, c’est par surprise que le Wall Street Journal (déjà à l’origine des informations les plus circonstanciées sur le sujet) vient d’offrir quelques éléments supplémentaires sur le projet et plus particulièrement… son nom supposé !

Libra, je crie ton nom !

Ne nous emballons quand même pas : certes, le projet Libra – car il s’agit de son nom de code actuel – se dévoile finalement plus rapidement qu’attendu, alors même que Facebook n’avait jusqu’ici ni infirmé ni commenté les rumeurs officiellement. Nul doute que le travail de branding a dû se révéler fastidieux pour aboutir a un terme porteur de valeurs positives et apte à atteindre indifféremment des audiences culturellement très différentes !

Pour autant, que nous réserverait finalement Libra ?

  • De nombreuses entreprises seraient actuellement approchées par Facebook pour permettre d’assurer un soutien solide au projet. On parle de First Data, Visa ou encore Mastercard en tant que partenaires potentiels.
  • Le statut de stablecoin est confirmé.
  • Des plateformes commerciales (non identifiées) sont également invitées à rejoindre le bal, à la fois pour accepter le futur coin, mais également dans une dynamique de partenariat. On en déduit (sans réelle surprise) que Zuckerberg ne souhaite pas que sa crypto se limite au seul écosystème Facebook-Instagram-Messenger, en dépit de la taille déjà considérable de celui-ci.
  • On semblerait s’acheminer vers un modèle « 0 frais », que ce soit pour les utilisateurs ou pour les marchands (ce business model ayant des implications diverses, qu’il convient d’envisager).
  • Combattre la volatilité de Bitcoin et d’Ethereum serait un marqueur stratégique majeur.
  • Dernière chose, et non des moindres, le fonctionnement organique du jeton serait intimement lié au moteur de pub de Facebook. Autrement dit, le géant californien s’acheminerait vraisemblablement vers une monétisation de vos actions sociales, ce qui n’est guère surprenant en soi mais qui pourrait aboutir à laisser l’utilisateur bénéficier d’une partie des gains générés.

Ces quelques informations sont porteuses de conséquences potentielles d’ampleur, à la fois pour les utilisateurs du réseau social monopolistique mais également pour l’ensemble de l’écosystème crypto, face à un géant du numérique qui s’apprêterait à rien de moins que révolutionner son approche commerciale. En effet, de l’avis même de Blockchain Capital, la force de frappe de Facebook associée à l’infini croissance des interactions sociales numériques composeraient un cocktail « de nature à changer les millions de la crypto en milliards ». Et au delà de la seule composante financière du projet, à permettre à Facebook de casser les normes, et plus seulement les codes ?

Hellmouth Banner
Crypto-enthousiaste, Polynésien de cœur vivant à Tahiti, Hellmouth Banner anime la page TahitiCryptomonnaies. "Après 10 ans dans le Pacifique Sud, je suis convaincu que les peuples du Pacifique Sud nous montrerons des chemins inédits à suivre, y compris dans les Nouvelles Technologies".

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
Guei guillaume
Invité
Guei guillaume

Que le projet de facebook démarre vite pour le bonheur des africain

Fadel
Invité
Fadel

C’est ca, j’attends aussi ce projet impatiemement.

ducu
Invité
ducu

Haha, le “bonheur” c’est libra ? ? ?
Elle est bien bonne.

mak
Invité
mak

Le geste de Facebook est clairement de contrer la menace de ses rivaux en devenir, Telegram et Signal. Le New York Times a déclaré que les efforts secrets de Facebook pour créer sa propre crypto-monnaie “ont débuté l’année dernière après que Telegram ait réuni 1,7 milliard de dollars pour financer son projet de crypto-monnaie”.

Entre Messenger, WhatsApp et Instagram, dont Facebook est propriétaire, il existe 2,7 milliards d’utilisateurs collectifs. Si Facebook décide de sauvegarder la valeur de sa propre pièce numérique avec un panier de devises étrangères, il pourrait potentiellement devenir la plus grande banque centrale du monde – car c’est ce que font les banques centrales. imprimer de l’argent adossé à l’économie du pays et aux réserves de devises étrangères. (Extrait article de Lance: https://medium.com/@lancengym/facebook-plans-to-become-worlds-biggest-central-bank-7d99d967b73c)