France : Bruno Le Maire invite Bitcoin au G20

Trading du CoinTrading du Coin

Face au danger spéculatif du bitcoin, qui est pour certains une bulle sur le point d’éclater, la France cherche à tout prix à régulariser les transactions en cryptomonnaie dans le pays. Mieux encore, le gouvernement français envisage de convaincre d’autres pays à étudier ensemble ce sujet qui devient de plus en plus pressant.

Le bitcoin à l’honneur au prochain G20 ?

Plusieurs pays du monde cherchent à réguler bitcoin et les cryptomonnaies, y compris la France, alors pourquoi ne pas unir les forces et trouver des stratégies de régulation communes ? C’est en tout cas ce que souhaite le gouvernement français, à l’instar de Bruno Le Maire. Ce dernier envisage de le mettre à l’ordre du jour du G20 qui se déroulera en Argentine :

« Je vais proposer au prochain président du G20, l’Argentine, que lors du sommet en avril, nous discutions tous ensemble de la question du bitcoin. Il y a évidemment un risque de spéculation. Nous devons examiner cela et voir avec tous les autres membres du G20 comment réguler bitcoin. » Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances français.

Reste maintenant à savoir si l’Argentine, ainsi que les autres nations seront d’accord pour discuter ensemble des problèmes liés aux monnaies numériques à l’occasion du sommet en avril prochain.

La France déjà sur la route de la régulation

Quoi qu’il en soit, le gouvernement français n’attendra pas la réponse des organisateurs du G20 pour poursuivre ses projets de régulation liés aux cryptomonnaies. On rappelle d’ailleurs que le ministère des Finances a récemment dévoilé une ordonnance autorisant l’utilisation de la blockchain, la technologie sous-jacente de la plupart des monnaies numériques, dans la transmission des titres financiers non cotés.

De son côté, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) a lancé fin octobre une démarche visant à encadrer les ICO, et aussi pour mettre en place une « sandbox » baptisée UNICORN comme celles que l’on trouve déjà au Canada et en Angleterre. Le G20 pourrait ainsi être l’occasion de réaliser une politique internationale unifiée, et surtout, cohérente.

Sources : Coindesk ; Bitcoinist ; CryptoVest

PARTAGER
Avatar
Tombé dans le domaine des cryptomonnaies durant l’été 2017, je m’intéresse particulièrement aux projets novateurs et aux relations dans la communauté. Chasseur de scam à mes heures perdues, vous pouvez me retrouver tous les matins dans notre newsletter !

5 Commentaires

  1. Bonjour Julien, merci pour cet article. Le programme UNICORN de l’AMF n’est pas, il me semble, une “sandbox” mais un programme d’accueil et de recherche sur les ICOs. Concrètement, le premier cas vise à exclure l’application de certaines règles à des projets pour une certaine durée alors que le second vise à accompagner les startups dans leurs ICOs pour éviter une violation des textes en vigueur.

  2. Il faudrait rappeler une chose a ces politiciens et soi-disant experts a tout genre qui s’exprime sur des choses qu’ils ne comprennent pas parce qu’ils ne veulent pas essaye de comprendre la technologie derrière mais seulement pomper du fric sur le dos des gens qui eux la comprennent et l’exploite.

    La seule chose qu’il doivent savoir c’est que s’ils veulent “réguler” (ils n’ont que ce mot dans les pensées et ils le pensent si fort que leurs lèvres le bafouille sans cesse depuis 3 mois …) nous, mineurs, pourrons tjrs aller faire un tour sur les réseaux totalement chiffrés. je constate qu’une place comme novaexchange est dans le réseau Tor et un crypto comme l’ONION Coin pourrait bien faire des bonds énormes s’ils cherchent a confisquer plutôt que prélever une taxe ÉGALE a celle déjà en vigueur dans les déclarations d’impôts.

    Veulent-ils vraiment pousser les mineurs et tradeurs de clefs chiffrées vers le chiffrement total sous prétexte qu’ils veulent leur part du gâteau ????

    Ont-ils oubliés ce qu’a dévoilé SNOWDEN il n’y a pas si longtemps et qui a abouti a une réglementation contraignante contre les GAFAMIOC et autres NATU (et qu’ils essayent de contourner de manière opaque par leur puissance techniques et financières …) ?

    Les cybermonnaies ne sont t-elles pas le vrai libéralisme que tous les soi-disant experts de BFM, comme Mr Sylvestre JM, le crient sans cesse dans leurs élucubrations médiatiques ???

    L’Avidité de nos dirigeant ne peut avoir d’égales que celles des peuples qu’ils veulent gouverner. L’affaire Snowden nous a montré jusqu’où peut aller l’empire étasunien, et ce n’était qu’jn début. Récemment encore Wikileaks dévoilait des outils conçus comme des trousses a tout craquer et passer partout, quoi qu’il en coute…nommé Vault.

    En fait, je pense que l’affaire snowden a provoqué tout ça. Wikileaks et Assange n’avait pas tapé assez fort avant lui. Le chiffrement généralisé est en marche, et les cybermonnaies ne sont que le début d’un chiffrement global de tout ce qu’ils sera possible de chiffrer et qui ne l’est pas encore. Le chiffrement c’est un garantie future contre les pouvoirs tyraniques et dictatoriaux, y compris celui des marchés qui imposent de force des contraintes inadmissible sur des pays et même des continents tout entiers.

    NB1 : Cryptage n’existe pas dans le dictionnaire. Il faut dire CHIFFREMENT ! de plus il s’agit ici de hashage, ce qui est un peu différent.

    NB2 : il faudra toutefois surveiller de près les fabricants de puces graphiques et autres ASICS qui risquent aussi de menacer si ils deviennent des TRUST ou des oligopoles planétaires. Déja BITMAIN a un trop grand pouvoir sur la puissance de minage. Bientot AMD et Nvidia, puis Intel avec Cryptonight et d’autres algo spécifique dit ASIC résistants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici