Binance Research : rapport sur le dernier Fork de Monero (XMR)

Trading du CoinTrading du Coin

Suite à l’invasion des ASIC, qui représentaient 85% de son hashrate, l’équipe de la crypto Monero (XMR) a décidé de faire un nouveau hard fork le 9 mars dernier. Une étude de Binance Research vient mettre en lumière des éléments importants sur cette mise à jour, et notamment un risque augmenté d’attaque des 51%.

Résistance aux ASIC et améliorations de sécurité

Premier constat de cette étude de Binance Research, la puissance de calcul totale (le hashrate) sur Monero a bien chuté de plus de 75% après le fork anti-ASIC début mars.

Puissance de calcul sur Monero

Autre point positif de cette mise à jour, elle apporte un dimensionnement dynamique de la taille des blocs, ce qui permet d’éviter des attaques de type “big bang attack”, consistant à spammer la blockchain de fausses transactions pour saturer les nœuds du réseau.

Pour en revenir au minage, la baisse de hashrate a entraîné par la même une baisse de la difficulté, ce qui a permis d’augmenter la rentabilité de mineurs par carte graphique (GPU). Elle aurait augmenté de 200% selon ce graphique de Binance Research.

Valeur journalière (en USD) d’une puissance de minage de 1kH/s sur Monero

Toutefois, cet autre graphique ci-dessous vient relativiser cette rentabilité. Depuis son plus haut – correspondant au pic du marché crypto de fin 2017 elle n’a cessé de baisser progressivement (avant ce petit sursaut post hard fork).

Baisse long terme de la rentabilité du minage de Monero

Un jeu d’équilibriste entre décentralisation et risque d’attaque des 51%

L’élément de loin le plus préoccupant de ce hard fork et de cette baisse de hashrate, c’est qu’il est théoriquement plus facile qu’un individu/groupe malveillant puisse atteindre les 51% de puissance de calcul à lui seul.

Cela montre la complexité du compromis entre risque de centralisation (par les ASIC) et risque pour la sécurité dû à un faible hashrate (attaque des 51%).

L’autre question sera également de voir combien de temps le nouvel algorithme apporté par cette mise à jour restera résistant aux ASIC. Ces derniers ayant la fâcheuse tendance de s’adapter et à revenir en masse.

En attendant, le développement de Monero (XMR) suit son cours, et le prochain hard fork est prévu pour octobre 2019.

PARTAGER
Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici