La grosse donation à l’Inde du créateur d’Ethereum : 600 000$ pour combattre la Covid-19

De l’aide en Ethereum contre le variant indienAvec plus de 300 000 nouveaux cas journaliers de Covid-19, l’Inde est devenue le principal foyer de la pandémie. Les hôpitaux sont en surcharge, et la situation se dégrade chaque jour, à tel point qu’une dizaine de patients ont trouvé la mort la semaine dernière lorsqu’un hôpital a pris feu. La semaine précédente, une vingtaine de personnes sont également décédés, lors d’une panne d’oxygène empêchant les respirateurs de fonctionner correctement. Face à cette situation inquiétante, Sandeep Nailwal, fondateur de Polygon, a lancé un fonds humanitaire crypto, afin de venir en aide à l’Inde. Vitalik Buterin, le créateur d’Ethereum et l’investisseur Balaji Srinivasan se sont empressés d’y participer.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-SwissBorg-interets-ETH-Ethereum.png.

Les actifs numériques, un vecteur de transparence dans les campagnes humanitaires

Tout a commencé avec un tweet de Nailwal appelant la communauté crypto mondiale à se mobiliser pour venir en aide à l’Inde. Srinivasan a répondu à l’appel du fondateur de Polygon en faisant don de 50 000 $.

Appel au don à l'Inde face aux COVID

Cet échange à attiré l’attention de Vitalik Buterin, qui a surenchéri en donnant 100 Ether et 100 Maker pour une valeur de marché d’environ 600 000 $. Face à cet élan de générosité, Srinivasan a déclaré qu’il verserait 50 $ supplémentaires pour chaque retweet.

Toutefois, il se peut que tous ces efforts soient vains. En effet, l’Inde prépare une législation particulièrement restrictive pour les actifs numériques. Cela fait maintenant plusieurs années que l’Inde entretient une relation complexe avec les actifs numériques, il se peut donc que les fonds soient tristement bloqués lors de leur examen par les autorités indiennes.

Enfin, il est intéressant de noter que le don de Butterin s’accompagne d’une preuve d’envoi et que l’adresse des fonds a été rendue publique. Cela peut paraître anodin, mais si l’on considère qu’il existe des détournements de fonds humanitaires au sein de la Croix rouge, ces détails prennent toute leur importance. L’usage d’actifs numériques dans le cadre de missions humanitaires amène un degré de transparence et traçabilité supplémentaire, permet de garantir que les dons arrivent à leurs destinataires.

Thomas G.

Financier et juriste, je suis passionné par les cryptomonnaies depuis leur apparition sur le Deepweb. Fervent supporter du Bitcoin, je suis convaincu que les devises numériques joueront un rôle déterminant dans l'avenir de nos sociétés. Je m'intéresse tout particulièrement aux aspects financiers et législatifs des cryptomonnaies.

Commentaires

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.


Recevez un condensé d'information chaque jour