L’avenir du marché obligataire s’écrit sur Ethereum (ETH), 10 millions pour tout changer

La DeFi change de visage – Le protocole Yield introduit les prêts à taux fixe et à durée déterminée dans la finance décentralisée (DeFi), à la manière des obligations dans la finance traditionnelle. Les utilisateurs peuvent utiliser Yield pour emprunter des DAI à taux fixe avec des ETH en garantie ou prêter des DAI à taux fixe avec des échéances trimestrielles allant jusqu’en décembre 2021.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-achat-Bitcoin-BTC-trop-tard.png.

Les prêts à taux fixe débarquent dans la DeFi

Yield, qui a été incubé par Paradigm, a introduit des prêts à taux fixe sur Ethereum, permettant aux participants du marché d’emprunter à des taux fixes ainsi que d’émettre des obligations tokenisées qui ressemblent aux obligations zéro-coupon de Wall Street. Ces instruments sont émis par des entreprises pour lever des capitaux et s’échangent à un prix réduit jusqu’à l’échéance, car ils ne versent pas d’intérêt, d’où l’appellation « zéro-coupon ».

https://miro.medium.com/max/450/1*x8qC54cVOqzCvmjpwLFriQ.png

Après 2 années de développement et d’incubation, Yield vient de clôturer une série A de 10 millions de dollars menée par Paradigm. Paradigm, qui avait déjà investi au stade seed (capital-amorçage) dans le projet, a été accompagné par Framework Ventures, Symbolic Capital Partners, CMS Holdings et la DeFi Alliance pour ce tour de table.

Cet influx de capitaux frais permettra au projet d’élargir son équipe pour achever le développement de la deuxième version du protocole.

« Nous pensons que les emprunts à taux fixe seront essentiels pour que la DeFi puisse accueillir son premier milliard d’utilisateurs. Yield Protocol existe pour permettre à la DeFi d’emprunter et de prêter à taux fixe et avec des garanties. L’emprunt et le prêt à taux fixe donneront aux utilisateurs une plus grande certitude sur les coûts d’emprunt et le rendement de leur épargne, permettant ainsi à la DeFi concurrencer la finance traditionnelle. »

Allan Niemerg, co-fondateur de Yield

Yield commence déjà à faire ses preuves dans un domaine inattendu pour un projet de prêt : l’indemnisation des victimes d’un hack. Le protocole va émettre des obligations à zéro-coupon pour les utilisateurs impactés par le piratage de Rari. Les hacks ne sont pas le seul cas d’usage des obligations cryptographiques de Yield. Les projets pourraient émettre des obligations pour lever des capitaux au lieu de vendre des actifs numériques. Comme de nombreux autres projets dans l’espace DeFi, Yield a pour objectif final de devenir une organisation autonome décentralisée.

Les grandes manœuvres de la DeFi vous laissent froid ? Restez classique et commencez dès maintenant à accumuler du bitcoin et des cryptomonnaies et profitez-en pour soutenir le Journal du Coin en utilisant ce lien affilié pour vous inscrire sur une plateforme de référence

Thomas G.

Financier et juriste, je suis passionné par les cryptomonnaies depuis leur apparition sur le Deepweb. Fervent supporter du Bitcoin, je suis convaincu que les devises numériques joueront un rôle déterminant dans l'avenir de nos sociétés. Je m'intéresse tout particulièrement aux aspects financiers et législatifs des cryptomonnaies.

Commentaires

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.


Recevez un condensé d'information chaque jour