Bitcoin, business et blanchiment : Reuters rentre (encore) en guerre contre Binance

Faites entrer l’accusé – En janvier dernier, Reuters accusait Binance de rétention d’informations et de laxisme menant au blanchiment d’argent. Ce mois-ci, l’agence de presse anglo-saxonne réitère et développe. Binance est accusé de vouloir s’isoler des régulateur, par exemple en antidatant ses documents, mais la liste ne s’arrête pas là. La première bourse de crypto mondiale est à nouveau sous les projecteurs. Quelles sont les accusations de Reuters, sur quoi se basent-ils et que répond Changpeng Zhao, PDG de Binance ?

Binance accusé de vouloir éviter les régulateurs américains

Dans son article du 17 octobre, Reuters rappelle l’enquête débutée début septembre 2021 par le ministère de la Justice américaine. Une enquête pour blanchiment d’argent requérant le partage de documents détaillés sur les politiques de Binance, ainsi que sur le comportement de son CEO et de ses cadres. Un mois plus tard, le rapport de Reuters est clair : Binance est accusé de vouloir garder les régulateurs à distance. Binance aurait créé un exchange US pour éloigner les législateurs de la plateforme principale. Selon Binance, cette entité US serait indépendante, mais selon Reuters, Zhao en détiendrait le contrôle, faisant d’elle une filiale.

Binance accusé par reuters sur Twitter
Reuters annonce son rapport sur Binance – Source : Twitter

Toujours selon Reuters, mi 2022, la moitié de l’équipe de conformité de Binance aurait démissionné. Cette vague de départ ferait suite à l’arrivée d’un manager ayant poussé à l’accélération des enregistrements des nouveaux utilisateurs. Un gain de vitesse, mais une baisse du niveau de sécurité rendant le potentiel blanchiment d’argent plus simple au sein de cette bourse représentant plus de 50 % échanges mondiaux. Cet épisode intervient alors que le ministère de la Justice américain enquête par ailleurs sur un potentiel viol du secret bancaire par Binance.

>> Vos premiers bitcoins en quelques minutes ? Inscrivez-vous sur Binance (lien commercial) <<

Binance contournerait US et Grande-Bretagne : antidatage et blanchiment

De la même manière, Reuters accuse Binance de vouloir contourner la régulation de la FCA. Pour éviter un contrôle des régulateurs anglais, l’exchange auraient antidaté un document. En utilisant ce procédé illégal, l’entreprise n’aurait pas eu besoin de se soumettre à un examen réglementaire. Face à ce plan présenté par un cadre, Zhao aurait répondu « Je suis d’accord avec ça ».

La Haute Cour de Londres oblige Binance à retrouver les cryptomonnaies volées chez Fetch.ai

Reuters rappelle qu’en début d’année ce seraient ainsi 2,35 milliards de dollars qui auraient été blanchis via cette bourse. La conséquence d’une croissance explosive soutenue par des contrôles faibles et une dissimulation d’informations aux régulateurs. De la même manière en août 2021, après un renforcement de ses contrôles, ce seraient 29 millions de dollars qui auraient été déplacés illégalement. Un déplacement peu anodin puisqu’il aurait été fait par Wallex & Sarmayex, des bourses iraniennes. L’Iran étant sous le joug de restrictions américaines sévères.

D’autres critiques ont été émises au sujet du management de Zhao : une course à la croissance qui mettrait volontairement de côté certains sujets sociétaux tels que la régulation. Critique est aussi faite de l’opacité de l’entreprise sur la localisation de son siège, et sur le projet de défense Taï-Chi visant la préservation de l’accès au marché US. Le journal a aussi émis des critiques sur le paiement de ses salariés en Binance coin (BNB).

Le PDG de Binance se défend face aux accusations, silence pour les autorités

La Financial Conduct Authority, le Ministère américain de la justice et autres régulateurs impliqués ont tous refusé de commenter l’article de Reuters. En juin dernier, la FCA avait communiqué sur le manque d’autorisation de Binance à fournir des services réglementés.

Zhao Changpeng tweet sur les accusations de Reuters
Zhao Changpeng tweet sur les accusations de ReutersSource : Twitter

Zhao Changpeng s’est défendu en rappelant que l’entreprise investissait énormément dans la conformité, mais que les efforts étaient toujours à poursuivre.

Aussi, rappelle-t-il que Binance est la première crypto-bourse à avoir mis en place les KYC. Binance encourage leur mise en place pour tous ses concurrents. Il a critiqué le manque de détail sur les calculs de Reuters en précisant que si 2,35 milliards de blanchiment il y a, cela ne concerne que 0,1 % du total des échanges d’actifs, ce qui ferait de la plateforme l’institution « la plus efficace pour garder des fonds illicites en dehors de la plateforme ».

Concernant le plan Taï Chi, il rappelle ne jamais l’avoir mis en place. Aussi, son leadership lui est propre et fonctionne, bien qu’il serait caricaturé par le journal. Finalement, ses bureaux seraient si discrets pour des raisons de sécurité, et il paye ses salariés comme il le souhaite, comme la loi le lui permet.

« Je me rends compte que tout le monde n’aimera pas mon approche, mais cela fonctionne pour nous. »

Zhao Changpeng, PDG de Binance au sujet de son leadership

Reuters accuse donc la plus grande crypto-bourse mondiale de comportements anti-régulation voire illicites, basés sur un management nocif et mystérieux. Ce dont l’entreprise se défend en arguant qu’elle se plie et qu’elle valorise ladite législation à travers le monde. Binance est accusé et se défend, nonobstant l’entreprise se porte bien puisqu’elle proposait encore récemment de participer à l’achat de twitter par Elon Musk le 11 octobre dernier.

Binance a désormais atteint une taille critique suffisante pour être en mesure de rendre coup sur coup dans ce genre d’escarmouche sur fonds de conquête de Bitcoin à l’échelle internationale. Pour vous inscrire sur l’exchange et vous faire votre propre opinion, c’est par ici (lien commercial).

Antoine Fraisse

Débutant en finance d’entreprise, je suis curieux voire enthousiaste sur les innovations amenées par les cryptomonnaies et la blockchain. Je découvre et explore cet environnement avec vous.

Recevez un condensé d'information chaque jour