JP Morgan

JP Morgan et Goldman Sachs vous déconseillent d’acheter du bitcoin

Trading du CoinTrading du Coin
3.8
(49)

Même si Bitcoin (BTC) a déjà comblé sa chute panique du 12 mars dernier, les multinationales bancaires JP Morgan et Goldman Sachs découragent toujours leurs clients d’acheter le roi des cryptos. Le crypto-fonds Grayscale dit lui tout l’inverse : il voit Bitcoin comme la meilleure protection contre l’impression massive de monnaies fiduciaires ($/€).

JP Morgan et Goldman Sachs ne veulent pas de BTC

C’est une bien triste histoire que nous rapporte Bitcoinist : selon le crypto-média un gros client institutionnel a été découragé d’investir dans Bitcoin par ses “conseillers” bancaires.

Plus précisément, cette mésaventure est arrivée au Digital Asset Investment Management (DAIM), un fonds de gestion patrimonial proposant des actifs numériques.

Les tentaculaires banques JP Morgan (JPM) et Goldman Sachs (GS) semblent toujours haïr aussi farouchement notre cher Bitcoin :

« J’ai un client institutionnel qui était prêt à acheter des bitcoins et qui, après avoir parlé à ses conseillers chez JPM et GS, m’a dit qu’il n’était plus intéressé (…) » Adam Pokornicky, associé chez DAIM

Il faut comprendre ces deux gros monstres bancaires : là où DAIM propose de diversifier quelques % de son épargne dans Bitcoin, JPM et GS préfèrent vendre uniquement des obligations d’État ou autres actifs financiers classiques. Pas de pitié pour la concurrence donc, même si les dettes étatiques n’ont jamais été aussi colossales.

Bitcoin : une protection anti-inflation

En parlant d’impression monétaire illimitée, le gestionnaire d’actifs numériques Grayscale y voit un grand risque de dévaluation du dollar américain.

Dans son dernier rapport, Grayscale estime que la situation économique mondiale devient de plus en plus critique :

« Des niveaux d’endettement insoutenables et la crainte d’un défaut de paiement généralisé sont à l’origine des politiques monétaires les plus agressives depuis la création de Bitcoin ».

Mais là où les devises fiduciaires risquent d’être dévaluées par l’inflation irraisonnée de leur masse monétaire, Bitcoin lui va connaître une nouvelle déflation, avec le halving qui se produira dans 11 jours à peine.

En effet, à cette date, deux fois moins de BTC seront émis à chaque bloc, la récompense de minage passant de 12,5 à 6,25 BTC.

Grayscale encourage ses investisseurs à pleinement comprendre les risques de l’interventionnisme monétaire des banques centrales et États. Et cela semble plutôt faire écho parmi les institutionnels, puisque Grayscale voit arriver de plus en plus de ces gros investisseurs sur leurs produits cryptos. Au point même que cela a nécessité d’acheter la moitié des ethers (ETH) produits en 2020 !

Et vous, pensez-vous que JP Morgan et Goldman Sachs soient de bon conseil ? Ou pensez-vous plutôt qu’un nouveau et gigantesque “transfert de richesse” risque de se produire grâce à Bitcoin et aux cryptos ?

Image : Shutterstock.com

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 3.8 / 5. Nombre de votes : 49

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

27 Commentaires

  1. 1) Pour moi, c’est faux de dire que le halving raréfie le BTC, il rend juste le minage moins intéressant.
    2) Le BTC est une horreur écologique, il devrait à ce titre être interdit, mais je doute que les BTC fans ne se préoccupent de ce problème
    3) L’argent attirant toujours l’argent, les BTC seront bientôt comme les autres richesses, ils appartiendront à un nombre très limité de personnes, sauf que sa valeur intrinsèque étant nulle, il aura lui aussi une valeur nulle.
    4) Ce qui est justement intéressant dans la monnaie, c’est qu’un état peut imprimer des billets et se faisant racheter des dettes ou les dettes d’une entreprise afin qu’elle continue de créer des emplois… Les BTC ne permettent pas cela.
    5) Les fans de BTC ont tout intérêt à nous convaincre de sa valeur, bien sûr.. c’est leur gagné pain.
    6) BTC ne sera bientôt plus une valeur décentralisée, tant les mineurs indépendants n’existent plus face aux bigs du minage.. enfin.. bientôt au singulier.

      • Oui, bien sûr, mais est-ce comparable ? Le BTC est-il utilisé par 7 Milliards d’individus pour leurs achats de tous les jours, de la baguette du matin au paiement du coiffeur ? Combien de fois un billet est-il utilisé dans sa durée de vie ?

    • À mon avis Grayscale se trompe beaucoup dans son analyse. Jamais en 200 ans il n’y a eu d’inflation alors que les taux de chômage étaient élevés. Les grandes fiats ne risquent donc aucune inflation pour les 24 prochains mois. Depuis près de 20 ans les taux d’intérêts sont à environ 1 ou 2 % ce qui signifie que la dette ajoutée par les USA ne coûtera que très peu. Oui Bitcoin est extraordinaire mais le dollar est actuellement un excellent refuge aussi.

    • Après le halving il va se crée deux fois moins de bitcoins. C’est de la raréfaction que vous soyez d’accord ou pas. La centralisation du minage n’a aucun rapport avec la décentralisation de la blockchain qui elle est rendu possible par le fait que le Bitcoin a un petit blocksize. Le code bitcoin est protégé par la communauté décentralisée et très nombreuse. Cette communauté peut forker en tout temps Les règles de minage. Donc la centralisation du minage est et sera toujours bien contrôlée.

      • Que dire… Je n’ai pas vos certitudes, pour moi raréfaction veut dire baisse de la quantité disponible, pas juste baisse de l’augmentation de la quantité. Quand à la communauté des mineurs indépendants… je la vois réduite, et concurrencée par les entreprises de minage… donc centralisation et dépendance à la clé. Quand à des Forks, oui, mais dans quel sens et avec quel appui ? Tout cela me paraît trop vague…

  2. Dominique Mauras:

    1/ L’article ne parle pas de raréfaction mais de déflation. En l’occurence c’est la récompense de minage qui est déflationnaire vu que la récompense est divisée par deux. A long terme le bitcoin pourra être consideré comme déflationniste ( moins de btc disponible à l’échange que sa production ).
    Concernant le fait qu’il rendre le minage moins interessant ca reste à démontrer. Pour l’instant les halvings successifs n’ont pas rendu le minage moins intéressant ( par contre moins rentable pour les petits mineurs dans la course à la croissance du hashrate ) et le prix lui a explosé.
    Par contre effectivemment, on voit que sur d’autres chaines, le halving n’a pas forcément eu le même effet et se rapproche de votre analyse.

    Votre premier point n’est donc pas démontré pour l’instant.

    2/ Vous dites que le BTC est une horreur écologique, mais par rapport à quoi dites-vous cela ? Par rapport à une ampoule 20w allumée au plafond ? Certainement. Par rapport au système de transfert monétaire actuel dans son ensemble ( Système SWIFT, système SEPA, etc. ) ? Pas sûr. Par rapport a l’ensembles des systèmes informatiques des réseaux bancaires mondiaux ? pas sûr non plus. Par rapport à l’énergie nécéssaire à l’entrepot et a la sécurisation des réserves d’or dans le monde ? Pas sûr non plus.
    Des études sont régulièrement effectuées sur le sujet, et les résultats sont hétérogènes, fonction des paramètres que vous incluez et de la comparaison que vous effectuez.
    D’autant qu’il y a une notion économique dans le minage, à savoir une compétition pour être capable de produire le plus de calcul possible au moindre frais possible, ce qui semblerait avantager les énergies qui peuvent être pérénisées.

    Ici vous dites que c’est une abberration écologique, mais sans donner de référentiel. Votre point est donc nul et non avenu.

    3/ Si sur le point de la concentration des richesses vous avez peut-être raison, en ce qui concerne la valeur intrinsèque celle ci n’est pas différente de la monnaie papier que vous utilisez tous les jours. Renseignez-vous sur l’argent magique imprimé ad nauseam récemment qui ne touche pas l’économie réelle, 2 000 milliards de dollars de la part de la FED depuis le début de la crise du COVID-19, 750 milliards de la part de la BCE. Cet argent vient d’où ? Sur quoi repose t’il ? Sur rien a priori.
    Le premier facteur essentiel d’une monnaie est la confiance, que ce soit le bitcoin, le dollar ou l’euro.
    Vous ne le voyez peut-être pas parce que si vous vivez en zone euro le dogme est structuré autour d’un ordo-libéralisme qui rejette l’idée d’inflation et à une peur bleue de la déflation, mais regardez d’autres pays dont l’économie s’effondre actuellement ( turquie, liban ). Leurs devises dévissent car les gens n’ont plus confiance dans la devise de leur pays et logiquement, leur monnaie ne vaut plus rien.

    Faire ce grief au Bitcoin est donc nul et non avenu également de par le fait qu’il est applicable à toute monnaie, a minima papier, mais peut être même appliqué aux monnaies physique ( or ).

    4/ Ce ne sont pas les états qui impriment la monnaie, ce sont les banques centrales qui émettent la monnaie pour les banques commerciales qui ensuite la font transiter dans la finance.

    Vous dites : “c’est qu’un état peut imprimer des billets et se faisant racheter des dettes ou les dettes d’une entreprise afin qu’elle continue de créer des emplois… Les BTC ne permettent pas cela”.

    En mettant de côté l’erreur sur le fait que ce n’est pas l’état qui imprime la monnaie, effectivemment le bitcoin ne permet pas de baser son système monétaire sur de la dette. C’est un paradigme différent, et ca personne n’a jamais dit le contraire, c’est même assumé dès le départ, l’idéologie ayant prévalu lors de la conception du bitcoin ayant été de s’affranchir d’un système basé sur la dette.

    Vous trouvez interessant dans la notion de monnaie le fait de pouvoir émettre de la dette, c’est une vision plutôt restrictive de l’utilité monétaire. Comme si une monnaie ne pouvait ou ne devait avoir qu’une utilité. La monnaie est un instrument politique. A partir de là, en quoi est il inenvisageable d’avoir plusieurs monnaies comme plusieurs instruments chacune avec leur utilité ?

    Le propos ici est que le bitcoin n’a pas forcément pour vocation à tout absorber d’un point de vue de l’utilitarisme monétaire, et que la notion de devise nationale n’est pas intrinsèquement exclusive à une monnaie déflationniste. Autrement il y a belle lurette que l’or aurait été interdit un peu partout.

    5/ Les fans de BTC pour la plupart tentent de convaincre parce qu’ils croient sincèrement à l’apport qu’ils voient dans le bitcoin au système économique actuel, le leur reprocher me semble assez stérile. Personne ne vous oblige à en acheter ou à en détenir, mais pour l’instant certains éléments tendent à leur donner raison. Le Bitcoin à maintenant environ 11 ans, la techno tourne sans problème, leur écosystème technique s’enrichit à grande vitesse et la valeur de ce bien immatériel à l’air d’offrir une certaine résilience globale, même si teintée d’une volatilité assez forte pour pouvoir être vue comme un référentiel en dehors de son écosystème.

    Ceci dit il existe effectivemment chez les plus maximaliste un comportement, jugé comme toxique par certains, qui peut laisser penser qu’il y a un manque de recul de la part de ces individus, qui voient une hégémonie absolu du bitcoin et le vivent comme un alpha et un oméga. Il y a fort à parier effectivemment que ceux-là risquent de déchanter pour partie en pensant que dans 5 ans tout sera axxé autour de cette monnaie.

    Pour autant, si vous creusez un peu, il y a aussi régulièrement des contributions plus nuancées et bien plus riches concernant l’apport de cette monnaie au système économique actuel et il serait dommage de refuser d’écouter ceux-ci, ne serait ce que pour pouvoir déconstruire leur argumentaire le cas échéant et si vous y tenez, mais en apportant plus d’éléments que dans votre commentaire ci-dessus.

    6/ Ce que vous dites n’est pas si sûr même si de prime abord je comprends que vous ayez cette perspective.
    Tout d’abord sachez que certains mineurs maintiennent leurs noeuds non pas pour un aspect économique mais vraiment pour un aspect idéologique. Ceux-là continueront à contribuer au réseau, quitte à le faire à perte, quoi qu’il arrive.

    Ensuite vous parlez de valeur décentralisée. La valeur est bien décentralisée puisqu’elle peut quitter le bitcoin ( chute du prix ) pour aller ailleurs. Ce ne sont pas les mineurs qui font le prix du bitcoin. Ils y contribuent en sécurisant le réseau et le registre, mais ils ne décident pas par eux même du prix. Sinon le bitcoin ne serait pas tombé en dessous du seuil de rentabilité a plusieurs reprises.

    De plus, si demain le minage venait à être trop centralisé, ce n’est pas pour autant que les gros mineurs auraient les mains libres de faire ce qu’ils veulent. Le registre étant entièrement public, si de par un fait de monopole ou d’avantage conséquent l’un d’eux venait à tricher, ca se verrait, ca se saurait, la confiance accordée envers le bitcoin s’effondrerait et la valeur qui est dedans partirait ailleurs. Les gros mineurs n’ont donc pas vraiment interet à vouloir tricher. Le risque serait très gros pour la viabilité de leur business.

    J’ai encore pas mal d’éléments que j’aurais pu apporter dans ma réponse vis à vis de votre commentaire pour étayer mes arguments mais je pense que ca fait déjà un pavé assez conséquent.

    J’espère que ce commentaire saura vous apporter des éléments de réponse et de contre-point de vue qui vous permettront de regarder le bitcoin et les crypto-monnaies un peu autrement ou en tout cas de façon moins binaire que la simple réaction “tout ça c’est de la merde”.

    Les crypto-monnaies ne sont pas seulement un petit gadget de quelques huluberlus, mais une industrie, certes très récente. Or une industrie ne se développe ex-nihilo, il faut qu’elle ait un interet. Si elle est là aujourd’hui c’est qu’il y a une raison. Tout n’y est pas rose, certes, mais tout renier en bloc serait jeter le bébé avec l’eau du bain.

    Enfin, effectivemment, peut-être que tout ce bouzin est surévalué et ne vous dirais pas d’en acheter. En ce qui me concerne j’en fais l’acquisition de façon raisonnée avec pour seule certitude, non pas un prix croissant, mais le fait que l’industrie qui tourne autour de tout ça n’a pas fini de croitre.

    • De toute façon le BTC monopolisé par une personne (morale)=> valeur qui se casserait la gueule (si le btc monte c’est que des gens commence a comprendre le principe de l Economie, du fait que la production peut etre échangée par une monnaie stockable).
      Donc la production ils vont pas la vendre en btc juste pour ceux qui le monopoliserait.
      Dès lors c est forcement mieux que le système pensé par les mathematiciens banquiers qui sustain, par le biais de l inflation, la part totale des ressources(physiques,matière) du globe depuis des lustres.

      La plupart ne savent simplement pas l utiliser, ils tombent dans le pièges des banques et jouent au trade (en recuperant des fiats donc en faisant montet le market cap et la valeur physique/matiere de ce que possède les banques).
      Il faudrait d abord faire la différence entre un wallet multi signature dont une partie et détenue et contrôlée par un tiers (moral, ca peut etre plusieurs personnes phyisques) et une adresse hexadécimal (un nombre quoi, mais ecrit avec 16 numeros differents au lieu de 10) a laquelle ont applique des calculs a sens unique (du style plus compliqué que racine cubique).
      L un des 2 wallet est un moyen de sécurisé vos fonts, l autre un moyen de vous tracer et vous coupez la chique le jour ou vous n etes plus en harmonie avec ce qu on vous demande de faire.

    • 1) et 5) Sauf erreur de ma part, le nombre de BTC potentiellement en circulation est fixe. Il n’y a pas de raréfaction, inflation ou déflation induite directement par le Halving. Le Halving est juste un événement qui affecte négativement les mineurs, mais sa publicité et les informations biaisées concernant ses incidences directes sur la valeur du BTC incite certains à investir et donc à créer la hausse du prix qui intervient en conséquence. L’aspect spéculatif du BTC dépasse sont aspect utilitaire et de loin. Contrairement à d’autres valeurs (or par exemple), le BTC ne vaut rien en soit, on en fait pas des bijoux, on ne l’utilise pas dans l’industrie, il n’est pas soutenu par un état… Passé l’effet de mode et l’intérêt spéculatif, il ne reste… Rien qu’un concept. Tous les mineurs ont intérêt à ce que le BTC monte et c’est leur propension à vouloir nous faire croire que le Halving change intrinsèquement la valeur ou la rareté du BTC que je critique
      2) Oui, le BTC est une horreur écologique car il utilise “proof of work”, qui nécessite une quantité d’énergie phénoménale pour assurer sa sécurité, et cela ne peut qu’empirer. Les cryptos basées sur “Proof of stake” n’ont pas cet inconvénient, et c’est en cela que ma critique existe, pas juste par haine des cryptos ou par comparaison (impossible) au système en place qui n’est pas du tout de même ordre ni de la même échelle. Les mineurs qui minent par idéologie devraient réfléchir aussi aux aspects soutenables écologiquement du BTC. Les autres, Ok, leur but est de faire du fric en minant et ils sont au moins cohérents.
      3) et 4) Pour moi, ce qui fait qu’aujourd’hui tous les billets de banque ne sont pas dans la même poche (circulent encore) c’est justement la capacité des états (le truc de la banque centrale n’étant qu’un jeu de passe passe) à imprimer des nouveaux billets, et ce faisant à ponctionner via l’inflation (quoique cela reste à démontrer depuis des années en Europe et aux US au moins) à hauteur de leurs possessions l’ensemble des individus pour redistribuer. La dette créé n’en est une que sur le papier (une dette doit être remboursée… quand un état a-t-il jamais remboursé une dette ?). Pour cette raison, les Etats (le peuple, indirectement) risquent fort d’interdire le BTC (si, c’est possible) mais ce ne sera pas nécessaire selon moi (voir 6), la création de cryptos d’état (en cours) peut mettre à mal les autres cryptos. Dans le monde réel, des monnaies indépendantes de l’état (coquillages par exemple) ont existé, mais n’ont pas tenu. Enfin, concernant les Etats dont la monnaie vaut Pinuts, c’est pas la faute de la nature ou de la couleur de leurs billets ou du nom de la monnaie, c’est leur gestion, leurs ressources, leurs industries, leurs dépenses qui sont en cause. BTC ne change rien à leur situation, rendrait même le système trop rigide, inflexible et inutilisable en interne.
      6) Je veux bien que des idéologistes continuent de soutenir BTC, mais leur nombre et leur capacité s’épuisent. Les halvings successifs rendent BTC moins sécurisé (baisse de la difficulté) et BTC est de moins en moins indépendant , à un moment, je pense que le château de sable va s’écrouler sous son propre poids, probablement sous la forme d’attaques des 51% répétées rendant le système peu rassurant, donc la valeur du BTC moindre, entraînant une boucle de rétroaction positive anihilatrice.

      Enfin, pour finir, je lis beaucoup d’articles sur les cryptos car je trouve le sujet intéressant et pour moi, objectivement, la technologie et les monnaies crypto c’est l’avenir. Mais je ne crois pas à BTC, en particulier à BTC, et je pense que JPM et GS pour autant que je n’en suis ni fan ni affilié, ont raison de le déconseiller. Quoi qu’il en soit, la controverse est intéressante, et même sans les conseils DE JPM GS, je n’investis donc pas dans BTC, c’est mon choix et je respecte profondément le choix de chacun.

    • Merci de cette question-réponse-démo-fleuve, Monsieur Joe le Taxi.
      J’ai toujours trouvé dans les blogs et site du Net, que l’intérêt essentiel des nouveaux sujets, résidait dans les remarques ou controverses en fin d’article… Dont acte encore une fois ! Merci de cet exposé clair et précis ! Janluk

  3. @Dominique

    Je ne suis pas un fervent défenseur du bitcoin, mais pour moi tu mélanges un peu les choses.
    1) moins il y a de production, plus un produit est rare. Il faut voir le BTC comme de l’or, dans le sens où il y en a une quantité limitée. Donc ce qui devient rare, devient Cher.
    2) un point où je suis en accord avec toi, c’est un trop gros consommateurs d’électricité…
    3) je ne comprends pas trop ce point, tu dis qu’il va servir à quelques riches mais à la fin tu dis qu’il ne vaut rien… Ça se contredit.
    4) Là vient le temps des autres crypto, si le bitcoin à un nombre limité (même s’il est très important vu qu’il peu être divisé), une autre crypto qui aurait beaucoup plus de coin pourrait servir de monnaie pour faire l’équivalent de l’euro.
    Il n’y a pas d’incompatibilité.
    5) c’est pas faux, comme tous ce qui existe… Chacun vend son bout de pain.
    6) un autre point où je suis d’accord avec toi, et je pense qu’il faudra résoudre ce problème.

    • Pour le 3 mon point de vue est le suivant : Les riches deviennent naturellement de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres (je ne démontrerais pas ici pourquoi). Ce principe appliqué aux monnaies classiques ne pose pas de problème justement car les Etats (indirectement) impriment de l’argent neuf et le redistribuent (non, pas en majorité aux riches), il y a donc circulation de l’argent à partir du bas, c’est une sorte de ressource renouvelable. Avec le BTC, pas de création nouvelle (une fois le minage terminé), et donc les BTC appartiendront un jour à une petite partie de la population. Ce faisant, la majorité restante ne pourra plus l’utiliser comme monnaie, à moins de tomber dans l’esclavage…

    • Pour le 1) je répondrais que ce n’est pas parce que quelque chose est rare qu’il est cher, c’est juste une question d’offre et de demande. Par exemple, les trèfles à quatre feuilles sont rares, ou les sabots en noix de coco, mais comme tout le monde s’en fout ça vaut rien. L’offre de BTC est limitée, et la demande est forte (enfin… ça évolue), comme à une époque la mode des handspinners… La valeur d’un BTC est purement spéculative, contrairement à l’or qui est utile dans l’industrie et dont la demande en bijouterie est réelle et participe activement à sa demande.

        • BTC n’est pas la seule crypto à offrir ces avantages. Elle a été un précurseur, ce qui a expliqué l’engouement et donc la demande et donc l’augmentation de valeur. Mais noyée dans les autres cryptos, BTC risque d’être plombé par ses défauts de jeunesse, son bilan énergétique en premier lieu (comparaison aux belles et grosses voitures américaines, aujourd’hui des pièces de collection). Je doute que BTC passe le cap de ce halving, car pour autant que la mode existe, les investisseurs n’y sont sensibles que dans une mesure limitée mais je peux me tromper.

        • Dans l’or, il y a l’aspect institutionnel, valeur étalon, reconnue mondialement depuis des décennies par les individus et les états. Les bijoux et la demande industrielle constituent aussi un support fondamental… Donc la valeur de l’or n’est que spéculative, et elle ne peut en aucun cas atteindre 0… Pour le BTC, c’est différent, il y a les autres Cryptos, plus intéressantes en fonctionnalités, moins catastrophiques pour l’environnement (SVP ne me sortez pas que la conso de BTC est verte…), tout aussi intéressantes en concept. BTC n’a aucun support tangible. Le BTC est devenu un pur produit de spéculation, n’en déplaise aux Fans.

  4. Dire que le btc est une horreur écologique je l’admet mais à combien s’élève l’impact écologique du système bancaire ? Qu’il soit français ou mondial.
    Après forcément que les banques le déconseille sachant qu’elle n’ont pas la mise dessus.

  5. C’est bien dans l’intérêt de la finance traditionnelle de décourager les investisseurs de se tourner vers des valeurs qui ne dépendent pas d’elle!
    Qui était parmi les nombreux responsables de la crise de 2008? Les mêmes banques sauvées de la faillite par l’argent public qui viennent nous dire aujourd’hui de ne surtout pas aller voir ailleurs. Les banques traditionnelles ont somme toute raison : tant que les cryptomonnaies restent décentralisées et indépendantes des acteurs qui les font vivre, elles continueront d’inquiéter la finance traditionnelle. Et c’est tant mieux! Le monde change. Les imbéciles refuseront d’acheter du bitcoin et les autres se réjouiront d’en avoir.

  6. Pour l’ensemble des points discutés dans les commentaires, je ne suis pas assez calé pour définir la valeur du BTC.
    Sa valeur de fin vie, ça j’en suis sûr ce sera son côté collection ou collector de la première cryptogramoney.

    Par contre jp and co, il ne déconseille pas le BTC par pur hasard mais pas sur sa valeur ou ses avantages.

    Pour le BTC et l’écologie, je suis d’accord avec certain. Il faut comparer ce qui est comparable ( c’est comme avec la voiture électrique). Oui entre deux algorithmes moins consommateur, on peut comparer. Mais entre l’argent papier/l’électronique contre BTC, il faut bien regarder l’ensemble de la chaîne ( pollution chimique : javel, plastique.., consommation d’eau, énergie à l’ensemble de la fabrication, la durée vie d’utilisation). Là, on vraiment dire si on est ou pas sur l’écologie mais sincèrement je suis pas sûr que système monétaire existant soit aussi performant écologiquement que le BTC.

    • Pour commencer, une vraie énergie verte est une énergie non dépensée, car même le renouvelable ne l’est que sur le papier, un très bon docu : Planet of the humains. Ensuite, il y a deux facettes à l’énergie, sa production et sa consommation. Faire tourner des ordis qui chauffent ET les refroidir est un processus qui joue dans le réchauffement climatique, et tout cela pourrait être évité en abandonnant le bitcoin (qui est un peu comme les grosses voitures américaines, sympa mais dépassées et plus cohérentes aujourd’hui) pour des cryptos aux mêmes fonctionnalités mais plus virtueuses. Si le BTC n’était pas un produit qui rapporte ($$$) il y a longtemps qu’il n’y aurait plus un seul mineur de BTC.
      Enfin, l’attaque des 51% n’est pas loin… Les moyens pour y arriver existent et sont d’ores déjà à la portée de beaucoup (les chinois ont la puissance brute pour le faire, certains pirates peuvent l’obtenir), clairement, si le BTC ne prend pas 100% de valeur après le halving, il est mort, ce qui explique pourquoi les sites BTC nous remplissent d’articles pseudo conseils d’investissement dans le bitcoin… To the Moon… Vers l’infini et au-delà… Il va y avoir de la casse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici