Polygon, plus vert que jamais ? Quand blockchain rime avec écologie

Zéro carbone, vraiment ? Polygon (MATIC) franchit un pas important dans la concrétisation de ses ambitions écologiques. En effet, cette solution de mise à l’échelle d’Ethereum (ETH) a ramené son empreinte carbone à zéro. Du moins, en théorie.

Polygon passe à la caisse : 400 000 dollars pour se mettre au vert

Polygon a annoncé, dans un communiqué du 21 juin 2022, le retrait permanent de 400 000 dollars de crédit carbone.

Avec ce type de retrait, Polygon ne peut revendre ultérieurement ces crédits carbones achetés, sous prétexte d’avoir réussi à réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

Quel est l’intérêt d’une telle initiative pour Polygon ? Cet achat lui permet de compenser 104 794 tonnes de gaz à effet de serre que la blockchain a émises depuis sa création. Grâce à cette compensation, Polygon devient ainsi théoriquement neutre en carbone.

>> Une plateforme crypto qui s’engage pour l’environnement ? Inscrivez-vous sur FTX (lien affilié) <<

Empreinte carbone on-chain : KlimaDAO en soutien 

Polygon a collaboré avec KlimaDAO pour atteindre ses objectifs de neutralité carbone. KlimaDAO est une organisation décentralisée d’environnementalistes, de développeurs et d’entrepreneurs. Cette équipe est considérée comme l’un des pionniers sur le marché des crédits carbones on-chain.

Concrètement, KlimaDAO a étudié l’empreinte énergétique de Polygon. Il a travaillé avec Offsetra pour analyser :

  • Les émissions issues du matériel des nœuds de staking du réseau ;
  • La consommation d’énergie des opérations liées aux staking et aux contrats intelligents qui interagissent directement avec Ethereum.

En outre, Polygon collabore avec l’Institut de Cotation du Carbone Crypto (CCRI) pour la vérification de son empreinte carbone.

C’est en se basant sur ces analyses que Polygon a décidé d’acheter ces 400 000 dollars de crédit tokénisés via le marché du carbone on-chain.

Compensation carbone : entre intentions VERTueuses et critiques d’un outil

Polygon a publié son manifeste vert en mi-avril 2022. Il s’était alors engagé à allouer 20 millions de dollars aux initiatives web 3 créant « un avenir plus durable pour tous ». Dans ce cadre, elle collabore, par exemple, avec KlimaDAO, pour soutenir un projet de conservation de la forêt de Bull Run, située au Belize.

Ces investissements dans des projets écologiques permettront-ils pour autant à Polygon de faire taire les critiques qui portent sur l’empreinte carbone des blockchains utilisant la preuve de travail ?

Dans les faits, de nombreux défenseurs et scientifiques du climat n’apprécient pas ces stratégies de compensation carbone. Ces dernières auraient une efficacité discutable face à l’urgence climatique.

Par exemple, un crédit carbone qui vise à financer la reforestation d’une zone désertique est certes louable sur le papier. Cependant, cette action ne produira des résultats concrets qu’au bout de plusieurs années.

À cause de ces délais relativement longs, la compensation carbone ne devrait donc pas être l’outil privilégié pour combattre le réchauffement climatique. Chaque entreprise devrait plutôt se pencher en priorité sur la réduction de leurs propres émissions.

La cryptosphère n’utilise pas uniquement les crédits carbones pour compenser ses émissions de gaz à effet de serre. Certains acteurs se servent aussi intelligemment de leur matériel pour chauffer une ville de manière écologique.

Envie d’installer des ASIC pour chauffer votre logement ? Il y a peut-être plus simple pour acquérir du Bitcoin.  Inscrivez-vous sans attendre sur FTX et bénéficiez d’une réduction à vie sur vos frais de trading (lien affilié, voir conditions sur site officiel)

Le Journal Du Coin

Un article de la rédaction. Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone sur la cryptomonnaie, Bitcoin, et les protocoles blockchain.

Recevez un condensé d'information chaque jour