Guerre en Ukraine : des dons en cryptomonnaies alimentent les 2 camps

Une guerre boostée à coup de cryptos – Depuis maintenant plus de 5 mois, nous assistons avec effroi à un conflit armé aux frontières de l’Europe. Cette guerre qui ne dit pas son nom polarise le monde, fracture les alliances du passé et dresse les uns contre les autres des pays jadis amis. Et au milieu du fracas des bombes, la cryptomonnaie fait discrètement parler d’elle. Indifférente aux considérations manichéennes, elle est utilisée par les Ukrainiens et par les Russes pour alimenter l’économie de guerre. Chainalysis vient de publier quelques données sur le camp russe que nous allons mettre en perspective avec celles rapportées par l’Ukraine. Le web 3 en terrain miné. Explications !

Dons en cryptomonnaies : avantage à l’Ukraine

Les informations sur les montants en cryptos récoltés par la Russie sont issues d’un rapport du spécialiste des données de la blockchain : Chainalysis. Ce document est en ligne et il apporte un éclairage particulier sur cette nouvelle forme de financement via les cryptomonnaies.

On y apprend principalement que 54 organisations « paramilitaires » russes ont reçu collectivement près de 2,2 millions de dollars en cryptos. Ces groupes plus ou moins identifiés ont reçu majoritairement du Bitcoin (BTC) et de l’Ether (ETH), mais on retrouve également du Litecoin, du Tether et du Dogecoin. Autant de monnaies utilisées également par le camp ukrainien pour récolter ses propres dons.

 54 organisations « paramilitaires » russes ont reçu collectivement près de 2,2 millions de dollars en cryptos dans la guerre contre l'Ukraine
Répartition par cryptomonnaie des dons aux Russes – Source : Chainalysis

Dans cette guerre de la solidarité, le pays de Zelensky jouit d’un capital-sympathie forcément supérieur vu les circonstances. Le site Aid for Ukraine affiche ainsi près de 60 millions de dollars de dons dans plusieurs cryptomonnaies, soit 30 fois plus.

Le site Aid for Ukraine affiche ainsi près de 60 millions de dollars de dons dans plusieurs cryptomonnaies, soit 30 fois plus que la Russie.
Page d’accueil du site officiel de solidarité à l’Ukraine – Source : Aid for Ukraine

Mais au-delà de l’aspect comptable du document, on y apprend surtout l’utilisation de ces fonds. Et là, on découvre des achats de matériel militaire, comme des drones, des armes, des gilets pare-balles ou des outils de transmission. Et bien sûr, la propagande et la communication belliqueuse trouvent toute leur place dans ce conflit 3.0. Les images circulent sur les réseaux sociaux pour encourager les dons et motiver les troupes.

Les groupuscules paramilitaires russes communiquent sur les réseaux sociaux dans le cadre de la guerre contre l'Ukraine
Selon Chainalysis, les groupuscules paramilitaires russes communiquent sur les réseaux sociaux – Source : Twitter

>> En Ukraine, la crypto change la donne. Pour en acheter, une seule adresse, PrimeXBT (lien commercial) <<

Du matériel militaire russe acquis avec des bitcoins et des ethers

L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) américain donne quelques précisions intéressantes sur les destinataires principaux de ces fonds. On apprend ainsi l’existence d’Alexander Zhuchkovsky qui milite pour le Mouvement Impérial Russe. Ce personnage trouble collecte des fonds pour cette organisation – classée comme terroriste par l’Occident -, mais aussi pour Terricon qui soutient des milices dans le Donbass. Il aurait même tenté de vendre des NFT collectors pour se financer, mais sans succès.

L’OFAC recense également d’autres groupes – sanctionnés économiquement – mais qui continuent leurs activités illégales sur le terrain. Les territoires de Donetsk et du Louhansk sont spécialement concernés par ces milices qui mélangent propagande et actions militaires. Ces entités utiliseraient la crypto-bourse russe Bitzlato pour convertir les fonds. Le rapport parle d’1 milliard de dollars depuis 2019. Enfin, le puissant groupe Wagner est également cité dans le rapport, comme une confirmation que le Kremlin tirerait certains ficelles dans l’ombre.

Chainalysis, entité privée américaine, a pris fait et cause pour l’Ukraine et traque le moindre mouvement de cryptomonnaie russe. En concertation avec l’OFAC, il s’agit de repérer les destinataires des dons pour mieux les sanctionner. Sur son blog, Chainalysis précise qu’« ils continueront également de prêter une attention particulière aux autres indicateurs de contournement des sanctions russes et de blanchiment d’argent basé sur la cryptomonnaie ». Pour tout ceux qui pensent toujours que le Bitcoin est anonyme, il s’agit d’un sacré camouflet. Pendant ce temps-là, les autorités de Moscou continuent de souffler le chaud et le froid sur les cryptos.

Un peu comme la géopolitique, la crypto porte parfois de lourds enjeux. Pour votre sécurité, faites le choix d’un partenaire solide et crédible. Inscrivez-vous dès maintenant sur la plateforme PrimeXBT (lien commercial).

Ben Canton

Prof à la ville comme à la scène, vulgariser et expliquer c'est mon quotidien. Crypto-agnostique pratiquant, je cherche la lumière dans les ténèbres des internets en essayant d'éviter les querelles de chapelles ! En attendant la révélation, j'achète du Bitcoin pour mes enfants et je m'enthousiasme pour les projets à destination du grand public.

Recevez un condensé d'information chaque jour