En Afrique, l’explosion de l’adoption crypto de masse

Une Afrique fan de cryptoLe continent africain enregistre l’une des plus fortes croissances concernant les cryptomonnaies. L’Afrique bat également des records en termes d’adoption, de transfert de détail et d’utilisation de plateformes peer-to-peer (P2P).

L’Afrique et les cryptomonnaies : une croissance de 1 200%

Un article du 14 septembre 2021 de Chainalysis a révélé une augmentation de plus de 1 200 % du marché des cryptomonnaies en Afrique, en se basant sur la valeur reçue de ces dernières en 2020. Selon l’équipe de Chainalysis, l’Afrique est la plus petite économie crypto où elle a réalisé une étude. Le continent se place cependant à la 3ème place en termes de croissance la plus rapide pour les cryptomonnaies. En effet, le continent a reçu environ 105,6 milliards de dollars de cryptomonnaies entre juillet 2020 et juin 2021.

L’Afrique dispose également de la plus importante part de volume de transactions constituée de transfert de détail par rapport aux autres régions, soit un peu plus de 7 %, un pourcentage au-dessus de la moyenne mondiale de 5,5 %. Les transferts inter-régionaux représentent également une part plus importante du marché des cryptomonnaies en Afrique, avec 96 % de tous les volumes de transactions, contre 78 % pour toutes les autres régions combinées.

Enfin, l’Afrique enregistre aussi la plus forte adoption locale des cryptomonnaies. Le Kenya, le Nigeria, l’Afrique du Sud et la Tanzanie se classent dans le top 20 de l’indice mondial d’adoption de la cryptomonnaie de Chainalysis.

>> Vous cherchez une plateforme crypto dûment régulée ? Inscrivez-vous sur Binance, et économisez 10% de frais (lien commercial) <<

L’utilisation des cryptos en Afrique

Le taux d’utilisation des plateformes P2P est le plus élevé en Afrique par rapport à celui d’autres régions, avec notamment 2,6 % de l’ensemble du volume de transaction pour Bitcoin (BTC).

Le COO et co-fondateur de Paxful, Artur Schaback, évoque la difficulté d’envoyer de l’argent à partir des comptes bancaires sur le continent pour expliquer l’enthousiasme des Africains pour les cryptomonnaies et dans les transactions P2P : 

« Si le gouvernement limite strictement le montant que les gens peuvent envoyer à l’étranger, ils feront preuve de créativité et se tourneront vers les cryptomonnaies. »

Adedeji Owonibi,  CEO et fondateur de la société de conseil en blockchain nigériane, Convexity, et de Hub CBHUB, s’est, quant à lui, penché sur l’utilisation des cryptomonnaies au Nigeria en fonction des groupes sociaux. Les jeunes de la classe moyenne utilisent les cryptomonnaies comme une couverture contre la dévaluation de la monnaie locale :

« Ne comptez pas sur le naira. C’est trop instable. Mettez plutôt votre richesse dans des stablecoins ».

La classe aisée, elle, cherche plutôt un actif qu’ils peuvent trader, où ils peuvent investir, afin de gagner de l’argent en spéculant.

Qui sera le premier pays africain à suivre l’exemple du Salvador en légalisant Bitcoin ? Le Zimbabwe avec son ministre des Finances qui s’affiche comme un cryptophile semble être un bon candidat.

The Merge vous laisse perplexe ? N’attendez plus pour préparer l’avenir. Inscrivez-vous vite sur la plateforme Binance, LA référence absolue du secteur. Vous économiserez 10% sur vos frais de trading en suivant ce lien (lien commercial).

Le Journal Du Coin

Un article de la rédaction. Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone sur la cryptomonnaie, Bitcoin, et les protocoles blockchain.

Recevez un condensé d'information chaque jour