BTC-ETF

ETF Bitcoin : la société VanEck répond en 5 points à la SEC

Trading du CoinTrading du Coin

Alors que la SEC (Securities and Exchange Commission) vient de rejeter la contre-proposition d’ETF Bitcoin faite par les frères Winklevoss, la société VanEck, qui elle aussi propose un ETF Bitcoin, a adressé une lettre officielle à la SEC, publique et consultable dans son intégralité.

Suite au rejet de l’ETF (Exchange Traded Funds) des jumeaux Winklevoss, la SEC avait émis un certain nombre de préoccupations, auxquelles VanEck a voulu répondre point par point, une missive reprise notamment par nos confrères de CCN.

Valorisation

Concernant cette préoccupation, la société VanEck déclare qu’elle ne voit pas la valorisation d’un ETF Bitcoin comme une « nouvelle émission » sur un contrat à terme («futures»), car il est déjà monnaie courante, dans la finance traditionnelle, d’utiliser des contrats à terme pour construire un profil d’investissement (« gain exposure ») dans un actif. VanEck estime ainsi que les prix fixés par le CBOE (Chicago Board Options Exchange) et le CME (Chicago Mercantile Exchange) sont suffisants pour déterminer de façon adéquate la valorisation d’un ETF Bitcoin.

Liquidité

Répondant aux inquiétudes suscitées par la liquidité de son ETF, VanEck souligne que le marché du bitcoin est très liquide, avec un écart de trading moyen de moins de cinq points de base. La société souligne également que le marché des futures Bitcoin a permis de négocier un volume total (CBOE et CME) avoisinant les 200 millions de dollars, et que de plus les volumes échangés via les exchanges cryptos et en OTC (« Over The Counter », de gré à gré) sont suffisants pour assurer la liquidité de leur ETF.

Garde

VanEck signale également qu’elle n’a pas l’intention que son ETF concerne des contrats futures sur Bitcoin établis physiquement. L’ETF pourrait se reposer à la place sur des acteurs existants et régulés du marché, répondant aux exigences de la garde directe de bitcoins (on peut notamment penser, par exemple, au service de garde « Coinbase Custody »).

SEC

Arbitrage

Au sujet de l’arbitrage, la société VanEck indique que la nature diversifiée et décentralisée des échanges de bitcoins permet l’arbitrage (se basant sur les écarts de prix entre les différents exchanges), des participants au marché, qui se fait sur différentes plateformes d’échange. De l’avis (un peu orienté tout de même) de la société VanEck, les marchés du bitcoin ne sont pas significativement plus volatils que les actions des sociétés minières aurifères ou des actions comparables.

Cité par CCN, la lettre de VanEck explique que :

« Nous croyons que ni la volatilité ni le volume actuel du marché à terme (futures) Bitcoin n’empêcheront le processus de création et de rachat par les participants autorisés, et que ces créations et rachats maintiendront le prix du marché de l’ETF proposé en ligne avec sa valeur liquidative (« NAV », Net Asset Value). »

Manipulations potentielles et autres risques

De l’avis de la société, les risques relatifs à leur ETF sont largement atténués par sa nature de produit réglementé, négocié sur une bourse américaine. Ainsi, comme la lettre de VanEck l’explique :

« Bien que l’on ne puisse exclure une manipulation sur le spot market (marché du sous-jacent/au comptant), nous pensons que, du fait de la propriété et du volume diversifié des transactions, le marché n’a pas de vulnérabilités structurelles majeures. »

La lettre de la société VanEck se conclut en précisant qu’à la vue des réponses apportées par leur proposition d’ETF aux préoccupations de la SEC, ils pensent que leur ETF sera conforme à « l’Investment Company Act of 1940 », réglementant les offres de produits financiers (comme les ETF) émis par les sociétés d’investissement sur le marché public. Le suspense reste donc entier jusqu’à la mi-août : ETF Bitcoin, ou pas ? La direction du marché des cryptos (à la hausse comme à la baisse) va certainement en dépendre à court terme.

Sources : CCN ; SEC.gov || Images from Shutterstock

PARTAGER
Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici