Cameron et Tyler Winklevoss : la gloire de mon frère – Portrait

Les frères Winklevoss ont une vie follement romanesque. On retrouve leurs noms dans la genèse de Facebook et à l’aube du Bitcoin, deux inventions qui ont changé à tout jamais la face du monde et leurs propres destins. Plutôt discrets dans leur vie quotidienne, ils font désormais partie des personnalités américaines les plus célèbres du monde. Cameron et Tyler ont gagné leur place au Panthéon de la culture pop, adoubés par les Simpsons et par Hollywood. Doués d’un sixième sens hors du commun, les jumeaux ont senti l’époque avant tout le monde. Des Hamptons à Ibiza et de la finance traditionnelle à Bitcoin, voici l’itinéraire de deux enfants gâtés. 

Qui sont les frères Winklevoss ? Cinq dates qui vont bâtir la légende : 

  • Le 21 août 1981 : naissance à Southampton, dans l’état de New York
  • Le 25 juin 2008 : fin des procédures judiciaires contre Facebook, ils touchent 65 millions de dollars
  • Le 16 août 2008 : 6ème place au Jeux Olympiques de Pékin en aviron
  • Août 2012 : rencontre avec David Azar qui va leur parler de Bitcoin 

>> Hors de question de laisser tous les Bitcoins aux frères Winklevoss. Venez réclamer votre part ! (lien affilié) <<

Frères Winklevoss Chapitre I : une jeunesse dorée et des capacités hors-norme

Des jumeaux en miroir

Nés à Southampton dans le sud de l’État de New York, les jumeaux ont grandi dans la ville de Greenwich, dans le Connecticut, au plus près du bureau de Howard Winklevoss, leur père. Ce dernier possède un sacré pédigrée : professeur d’université et docteur en mathématiques, il est également un entrepreneur hors pair. Il a fondé deux sociétés et écrit plus de vingt livres. Il est un spécialiste des chiffres et des statistiques. On ne sait pas grand-chose de leur mère, si ce n’est qu’elle était une grande sportive et qu’elle les a encouragés à faire de l’aviron, ce qui aura de l’importance pour la suite de cette histoire.

De leur enfance, on sait qu’ils ont montré très tôt des aptitudes hors-normes pour la musique, les jeux de constructions ou encore les langues anciennes. Leurs professeurs ne tarissent pas d’éloge à leur propos. Et plus que l’addition de deux talents, c’est surtout leur complémentarité qui va devenir leur force. Jumeaux « miroir » , ils se montrent presque « génétiquement » complémentaires. Pour info, des jumeaux miroirs se construisent et grandissent en … miroir ! Un est droitier – Tyler – et l’autre est gaucher – Cameron. Cette caractéristique leur permettra d’accomplir des choses que peu de gens arrivent à faire, même à plusieurs. Mais nous y reviendrons.

Frères Winklevoss : deux jumeaux hors du commun fans de Bitcoin
Les frères Winklevoss : des jumeaux miroir

Les fils prodiges 

Dès l’âge de 13 ans, ils vont surprendre leur monde en s’amusant à faire du codage HTML. Ils vont même créer une petite société de page web ! Ils finiront leur scolarité à la Brunswick School, un lycée pour garçons parmi les plus réputés des États-Unis.

Peu après leur entrée à Harvard en 2000, ils perdent leur grande sœur dans des circonstances mystérieuses sur le tournage d’un film. Quand on vous dit qu’ils ont une vie de roman, on exagère à peine.

Enfin, de leur vie sentimentale, on sait peu de choses car ils cultivent une discrétion presque maladive. Cameron serait en couple avec une mannequin brésilienne qui s’appelle Natalia Beber quand Tyler reste un des célibataires les plus en vue de la jet-set américaine.

Mais revenons à Harvard, car en plus de leurs brillantes études d’économie, ils vont faire une rencontre qui va changer le cours de leur vie : un certain Mark Zuckerberg

>> Les Winklevii ont du Bitcoin ? Pourquoi pas vous ? Inscrivez vous sur la plateforme de référence Swissborg (lien affilié)  <<

Frères Winklevoss Chapitre II : les enfants terribles d’Harvard face à Mark Zuckerberg

A l’origine des métamorphoses du Web 2

Un an avant cette rencontre décisive, les Winklevii – leur surnom dans les médias – vont avoir une idée tout simplement géniale. Créer une plateforme pour que les étudiants puissent interagir les uns avec les autres et partager leurs profils en ligne. Ceci au sein de leur propre université, mais également entre toutes celles du pays. Ils baptisent leur plateforme HarvardConnection puis finalement en 2003 se mettent d’accord sur ConnectU. A la genèse de ce projet, il y a également leur camarade de classe Divya Narendra. Pour les aider à la programmation du site, ils vont successivement demander de l’aide à plusieurs étudiants spécialisés en la matière mais tous vont les laisser tomber pour différentes raisons. Trop occupés ou peu motivés, le reste du campus ne s’intéresse pas à leur idée.

Les triplets : rencontre avec Marc Zuckerberg

Finalement, le 25 novembre 2003, ils rencontrent un étudiant décrit comme doué et créatif : un certain Mark Zuckerberg. Ils lui proposent de reprendre et de terminer la programmation de leur plateforme, et pour ça lui confient l’intégralité des codes et des accès. La discussion qui va avoir lieu a été racontée dans le fameux film tiré de toute cette histoire : The Social Network. Sorti en 2010, il a remporté trois Oscars et à participé à leur célébrité. 

Mais revenons à notre histoire. L’intégralité des échanges qui vont suivre entre les deux frères et Mark Zuckerberg ont servi de pièces à conviction dans le procès qui suivra. Des mails ont été saisis et diffusés par la justice, mais de nombreuses zones d’ombres perdurent. Nous allons essayer ici de vous en faire un condensé, en évitant de prendre parti.

Mark Zuckerberg : une liaison dangereuse 

Tout d’abord confiant et emballé par le projet, Zuckerberg va petit à petit se faire de plus distant et mystérieux sur l’état d’avancement de la programmation. « Occupé », « surchargé », il refuse de les rencontrer et fait tout son possible pour les éviter. 

Ceci va durer pendant les mois de décembre et janvier et enfin en février le scandale arrive. Le 4 février 2004, thefacebook.com est en ligne et c’est Divya Narendra qui en entendra parler en premier seulement 36 heures après la mise en service du site. Les trois camarades s’aperçoivent alors, mais trop tard, que leur idée géniale leur a été « volée » par le programmateur : Mark Zuckerberg. Celui-ci se défendra de façon plus ou moins pertinente, mais niera toujours avoir pris l’idée.

S’en suivra un procès-fleuve qui durera plus de quatre ans, et se soldera par un règlement financier le 25 juin 2008 : 20 millions de dollars et 45 millions en action de l’entreprise Facebook sont versés aux frères Winklevoss.

Mais laissons un peu cette affaire de côté, pour s’intéresser à une autre facette de leur vie: la compétition sportive et plus particulièrement, l’aviron.

Photo de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook
Marck Zuckerberg : le faux ami des Winklevoss

>> Prêt à rentrer dans le crypto-game ? Swissborg vous attend et vous offre jusqu’à 200 euros (lien affilié)  <<

Frères Winklevoss Chapitre III : Double Impact sur l’eau jusqu’aux JO

L’équipage de Dieu

L’aviron va débarquer dans leur vie à l’âge de 15 ans, encouragés par leur mère en premier, puis par un voisin de la famille. Dans leur lycée, il n’y a pas d’équipage et les deux frères vont décider d’en créer un. L’année suivante, ils font déjà partie de l’équipe junior des États-Unis et participent aux Championnats du monde en Bulgarie.

Mais les choses sérieuses vont commencer quand ils arrivent à Harvard. L’équipe d’aviron est alors entraînée par le légendaire Harry Parker. En 2004, ils font partie de l’équipe universitaire qui sera surnommée The God Squad, « l’équipe de Dieu ». Pourquoi ce surnom ? Parce qu’une partie de l’équipe croyait en dieu et que l’autre se prenait pour Dieu ! 

Avec cette équipe, ils seront invaincus pendant une année entière et participeront à des compétitions renommées. Ils finissent sixièmes de la coupe du monde d’aviron en Suisse et ils battent à de multiples reprises leur grand rival de Cambridge ainsi que toutes les autres équipes universitaires dans le championnat NCAA.

La flamme olympique

En 2007, ils participent aux Jeux Panaméricains au Brésil avec l’équipe américaine cette fois. Ils remportent une médaille d’argent et une médaille d’or. Leurs entraîneurs de l’époque expliqueront avoir rarement eu sous la main des jeunes aussi talentueux et complémentaires. Leur gémellité en miroir leur donne un avantage énorme sur leur concurrents, ils sont parfaitement synchronisés et harmonisés et forment une équipe intouchable. C’est comme avoir un cerveau pour deux !

Le point d’orgue de cette vie de sportifs est leur participation aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Ils finissent sixièmes de la finale et entrent définitivement dans la légende américaine de ce sport.

Frères Winklevoss Chapitre IV : une intuition à plusieurs milliards de dollars

Un amour de vacances nommé Bitcoin

On avance dans le temps et on se retrouve en 2012. Quelques années après avoir touché les fameux 65 millions de dollars, les frères fondent la société Winklevoss Capital Management. Ils décident d’utiliser leurs fonds pour financer des start-ups et installent leur siège social à New-York. Les voici partis pour une petite vie tranquille d’investisseurs à Wall Street. Mais une nouvelle fois, leur destinée va être chamboulée par une rencontre.

Cet été là, ils profitent de deux semaines de vacances au bord de la mer à Ibiza. Les frangins savourent une après-midi lounge dans le carré VIP du célèbre club le Blue Marlin. Sur fond de musique techno, un personnage va faire une entrée fracassante dans cette histoire : David Azar. Touche-à-tout dans le business, il va tenter sa chance et essayer d’approcher les deux frères pour leur parler affaires. Il va profiter d’une interruption de la musique pour saluer Cameron et lui demander s’il a déjà entendu parler du Bitcoin.

C’est la première fois que les frères entendent parler de la cryptomonnaie et la discussion sera brève et l’accueil plutôt froid. Mais ça va gentiment infuser dans l’esprit de Cameron et ce dernier va commencer à se renseigner. Dès leur retour à New-York, il va rencontrer des gens et essayer de convaincre Tyler. Quelques jours plus tard, ils décident d’investir.

Bitcoin-BTC-retraite-plage-vacances
C’est à Ibiza que les frère Winklevoss entendent parler de Bitcoin pour la première fois

>> Jouez la sécurité en investissant dans Bitcoin avec Swissborg (lien affilié)  <<

Bitcoin : l’éducation sentimentale

Il est alors temps pour nos jumeaux de se jeter dans le grand bain Bitcoin. Ils investissent en 2012 entre 750 000 et 1 million de dollars (les versions diffèrent ) dans BitInstant, la société de David Azar et son partenaire Charlie Shrem. En quelques mois, la plateforme connait un grand succès et draine 20% du marché. Toutefois, face au manque de sécurité et aux milliers de plaintes clients qui s’accumulent, nos frères crient au manque de professionnalisme. Trop tard, BitInstant s’écroule.

En 2014, Charlie Shrem écope d’une peine de prison et d’une amende de 950 000 $. En effet, il est accusé de participer au scandale « Silk Roalk » et d’avoir aidé à la circulation d’un million de dollars en BTC dans le darknet.

Cependant, la richesse surprenante de Charlie Shrem à sa sortie de prison en 2016 questionne nos deux jumeaux. Et si Charlie avait toujours l’investissement et les précieux bitcoins ? N’étant pas contre la régulation, nos deux frères n’hésitent pas et vont jusqu’au procès pour récupérer leurs BTC. Ils engagent un enquêteur qui découvre en traçant la blockchain que les 5000 premiers BTC des Winklevoss ont été transférés en 2013 via des adresses associées à Charlie Shrem sur des portefeuilles Xapo et Coinbase.

Plusieurs procès se succèdent, Shrem est ruiné par le scandale « Silk Roalk » et ne peut déjà pas payer les 950 000 dollars qui lui sont réclamés pour son trafic de Bitcoin sur le darknet. Ses fonds sont gelés. L’histoire s’arrête là.

Le pari gagnant de Gemini 

Coriaces et convaincus que le Bitcoin a de l’avenir, ils vont en acheter de nouveau en peu de temps pour 11 millions de dollars ! Les versions diffèrent entre 100 000 BTC à 120$ ou 120 000 à 100$, mais ça ne change pas le fond de l’affaire. Ils viennent d’acquérir près de 1% du bitcoin en circulation et font un des paris les plus fous de l’histoire de la finance. Quelques années plus tard, ils se retrouvent à la tête d’une petite fortune convaincus que le Bitcoin doit faire partie du système financier mondial.

Non contents de leurs achats, ils vont lancer en 2013 la plateforme d’échange de cryptomonnaie Gemini jumeaux en anglais. Persuadés de la nécessité de travailler avec la SEC ils déposent en 2014 un dossier pour crée un ETF Bitcoin. Les jumeaux veulent attirer les traders et les investisseurs dans l’univers Bitcoin. Loin d’être aboutit, ce projet reste un contact intéressant et volontaire avec la SEC. Ils proposent même la création d’un organisme d’auto régulation à but non lucratif pour contrôler les échanges crypto.

Sécurisé et fiable, en quelques années, Gemini va se hisser au niveau des plus grandes plateformes du monde et se fera une place au soleil aux côtés des Binance, OKex, Coinbase et autres mastodontes du secteur. Gemini est actuellement classé douzième en termes de volumes quotidiens. Ils lanceront même un stablecoin, le GUSD qui se place aujourd’hui 139e monnaie en termes de market cap. Enfin, ils sont présents dans plus de 10 pays et ne cessent de se développer.

Forts de leur carnet d’adresses et de leur célébrité, les deux frères vont devenir des ambassadeurs de la cryptomonnaie et de la régulation aux États-Unis. Multipliant les émissions de télévision et les interventions publiques professionnelles, ils prêchent pour une régulation synonyme d’adoption. Ils participent à leur façon à l’évangélisation de Wall Street et des investisseurs américains et ne sont sûrement pas pour rien dans l’assouplissement récent de la régulation en faveur du Bitcoin.

exchange gemini premiere levee fonds 400 millions dollars projet metavers
Gemini : plateforme de trading de cryptomonnaie internationale, création des frères Winklevoss

Frères Winklevoss : Epilogue

Vous venez de faire connaissance avec les Winklevoss brothers. Ils sont certes un peu moins connus que Satoshi Nakamoto, CZ ou encore Vitalik Buterin. Mais leur présence à la naissance de Facebook et leur implication très précoce dans le Bitcoin en font pourtant des figures légendaires de l’écosystème. Quand vous regarderez The Social Network avec des amis, vous pourrez ainsi placer deux ou trois anecdotes supplémentaires sur les fameux jumeaux de Facebook et du Bitcoin. Finance, sport, réseaux sociaux et finalement crypto, ils ont accompagné ou assisté à la naissance d’un Nouveau Monde numérique. Ils auraient pu se contenter de faire travailler l’argent de papa-maman et de profiter d’une vie de jet-setters aux quatre coins du monde, mais ils ont décidé de s’engager. De créer. Et surtout, avec leur sixième sens d’une rare acuité, ils auront senti avant beaucoup de monde le potentiel de notre crypto favorite : le Bitcoin.

Personne ne sait quand Bitcoin explosera. Ce qui est certain, c’est qu’il ne sera plus temps d’avoir des regrets. Faites comme les Winklevoss et misez dans Bitcoin. Profitez dès aujourd’hui d’une offre exceptionnelle : jusqu’à 200€ en cryptomonnaies offerts lors de votre inscription sur la plateforme Swissborg (lien affilié, pour un dépôt minimum de 50€)

Ben Canton

Prof à la ville comme à la scène, vulgariser et expliquer c'est mon quotidien. Crypto-agnostique pratiquant, je cherche la lumière dans les ténèbres des internets en essayant d'éviter les querelles de chapelles ! En attendant la révélation, j'achète du Bitcoin pour mes enfants et je m'enthousiasme pour les projets à destination du grand public.

Recevez un condensé d'information chaque jour