Pop-Corn-Bitcoin

Procès entre Charlie Shrem et les jumeaux Winklevoss : 5000 BTC en jeu

Trading du CoinTrading du Coin

Charlie Shrem, l’homme qui avait dit que « en dessous de 100 000 $ le bitcoin n’est pas cher », avait auparavant écopé d’une peine de prison après son arrestation en 2014, dans une affaire de vente de bitcoins destinés à l’alimentation du marché noir Silk Road sur le darknet. Les frères Winklevoss sont actuellement en procès contre Charlie Shrem, accusant ce dernier de leur avoir volé 5 000 bitcoins (BTC), dans une affaire remontant à 2012.

[coin-widget id=bitcoin]

Des extraits du procès entre Charlie Shrem et les jumeaux Winklevoss (fondateurs du crypto-exchange Gemini) ont été repris par le New York Times. On y apprend notamment que des soupçons se portent sur la fortune que semble posséder Charlie Shrem depuis sa sortie de prison en 2016 :

« Soit depuis sa sortie de prison, Shrem a été incroyablement chanceux et a réussi ou – plus vraisemblablement – il a acquis ses six propriétés, deux Maserati, deux bateaux à moteur et d’autres possessions, avec la valeur appréciée des 5 000 Bitcoins qu’il a volés [aux jumeaux Winklevoss] ».

Cameron et Tyler Winklevoss souhaitent ainsi savoir si la récente fortune de Charlie Shrem ne remonterait pas en fait à 2012, quand ils lui ont confié 750 000 dollars pour leur acheter des bitcoins, via la plateforme de change de bitcoins appelée Bitinstant.

D’après le New York Times, les frères jumeaux ont engagé un enquêteur qui a découvert, en retraçant des transactions sur la blockchain BTC, que 5 000 bitcoins avaient été transférés en 2013, via des adresses associées à Charlie Shrem, sur des wallets Xapo et Coinbase.

Un précédent procès, en septembre, avait approuvé une demande des jumeaux Winklevoss pour geler les fonds détenus par Charlie Shrem auprès de ces sociétés.

Étant donné qu’aujourd’hui 5 000 BTC valent 28 millions d’euros, on comprend aisément que les frères Winklevoss ne souhaitent pas lâcher un tel morceau. Il semblerait donc que Charlie Shrem est encore loin d’en avoir fini avec les ennuis judiciaires.

Sources : NYTimes ; CoinTelegraph ; FinanceMagnates || Image from Shutterstock

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Poster un Commentaire

avatar