Pourquoi payer un tueur à gages en Bitcoin n’est pas l’idée du siècle

Trading du CoinTrading du Coin

C’est une nouvelle sombre affaire que nous allons prendre le temps de vous conter dans les pages du Journal du Coin. Nous vous en parlions il y a tout juste quelques jours de ce jeune californien de tout juste 25 ans qui s’était mis en tête de monter un petit commerce de proximité consistant en une plateforme de change crypto illégale devant servir à du trafic de méthamphétamines, et qui – cachez votre surprise – a fini en prison, où il risque de passer le restant de ses jours. Eh bien, il semblerait que nos amis américains ne soient décidément pas avares en histoires croustillantes qui finissent mal (en général), comme nous allons le voir.

Killing Eve

Aujourd’hui, découvrons un nouvel exemple de l’efficacité très relative du Bitcoin dès lors qu’il s’agit de s’en servir à des fins que l’on qualifiera sans difficulté d’un peu extrêmes tout en faisant du reste à peu près n’importe quoi, comme si la simple utilisation d’un cash numérique offrait un anonymat complet et perpétuel. Laissez-nous vous conter l’histoire de Tina Jones.

L’affaire remonte au mois de juillet 2018. Les producteurs et réalisateurs de l’émission de CBS “48 Hours” préparent méticuleusement un sujet plus large sur le Darknet. Ils seraient tombés par accident sur Mme Jones… et contrairement à eux, elle s’aventurait dans ces contrées du web avec une idée en tête : trouver un tueur à gages pour éliminer une rivale en amour.

L’équipe de producteurs aura donc pris contact avec la police locale pour réaliser un signalement. Ce n’est qu’après enquête que les forces de l’ordre se sont rendues compte que Mme Jones pouvait être suspecte dans cette affaire. Ses liens aventureux et adultères avec le mari de la victime dont la tête avait été mise à prix l’auront donc menée à sa perte.

Mais comment cette prévenue pour le moins déterminée comptait-elle réaliser son forfait ? En passant par un marché noir d’assassinat, pardi !

C’est donc plein d’entrain que Mme Jones aurait cherché son bonheur sur la face cachée du Net, jusqu’à trouver un tel marché promettant d’honorer rien de moins que des contrats d’assassinats.

Remember Sanjuro

La prévenue aura donc échangé pendant plusieurs mois avec l’administrateur du site, selon l’accusation. Ce sont au total quelques 12 000 dollars en bitcoins qu’elle aura versés à l’opérateur en question, mais avec facilités de paiement en trois fois s’il-vous-plait.

Malheureusement pour elle, si elle s’était formée en troisième vitesse sur la meilleure manière d’acheter des bitcoins, elle n’avait visiblement pas pris le temps de faire de simples recherches en clair sur ces mystérieux marchés de la mort. Elle aurait sinon pu se rendre compte que la totalité de ces assassination markets finissent en eau de boudin. Ils sont en effet souvent gérés par des petits malins se limitant à recevoir les dons involontaires en bitcoins de “clients”. Ces derniers sont ensuite bon pour une petite dépression, ne voyant jamais leurs demandes honorées.

Le marché choisi pour conclure l’affaire s’appelant le “Sicilian Hitmen International Network”, aucune raison d’être suspicieuse, n’est-il pas ?

“C’est réel, c’est du sérieux.” Ou pas. [Source : Sandujo, Wayback Machine]
Rappelons-nous par exemple de Sanjuro, une marketplace de ce genre bien particulier mais fonctionnant comme un marché prédictif de la mort. Ce site avait connu une période de forte couverture médiatique après son lancement en 2013, notamment du côté de chez Forbes.

Ce marché proposait de miser sur des personnalités données, principalement politiques. Le site proposait de constituer une cagnotte en Bitcoin sur une cible donnée. S’il se trouvait un tueur potentiel parmi les internautes, et qu’il pouvait prouver avoir tué la personnalité en question en envoyant auparavant la date et l’heure de la mort à l’administrateur du site, il lui était promis de toucher la cagnotte (déduction faite de 1% de frais de dossier).

Wut ? [Source : Sajuro, Wayback Machine]
Evidemment, dans le cas de Sajuro comme dans celui du Sicilian Hitmen International Network, les opérateurs étaient plus du genre à ramasser les bitcoins qu’on voudrait bien leur envoyer et à disparaître, qu’à véritablement mener les funestes projets de leurs clients à terme. Car de Sicilian Hitmen International Network, il n’y avait pas. Le meurtre n’eut ainsi jamais lieu. La seule chose que Mme Jones gagna dans l’histoire fut donc une arrestation en bonne et due forme, et un procès.

L’histoire se finit mal pour Tina Jones, condamnée hier par un juge local à 12 ans de prison, assortie d’une peine de sûreté de 10 ans. C’est bien la fin de la course pour l’apprentie génie du crime dont la carrière fut pour le moins courte. Si les marchés d’assassinats font souvent fantasmer, il semblerait que – pour l’heure en tout cas – leur succès et leur effectivité soient pour le moins très relatifs. Et ce n’est pas la “dApp” Augur qui nous fera dire le contraire, fort heureusement.

Grégory Guittard
Bitcoin Maximaliste, Blockchain-sceptique. Je doute très fortement que la sacro-sainte Blockchain qu'on nous vend à tout bout de champ nous sauvera tous, façon délire christique. La perspective d'un moyen de paiement pair-à-pair, décentralisé et non censurable (Bitcoin) est ce qui me semble réellement révolutionnaire dans la cryptosphère. Je disrupte des articles à l'occasion sur mon temps libre, et souvent, aux dépends de vos shitcoins préférés. Je privilégie les sources vérifiables et le cynisme à la neutralité plate, mais je suis ouvert à la discussion : si j'ai écrit une énormité, n'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires, remarques ou vos vociférations directement à [email protected]

5
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
glup
Invité
glup

Je doute que quelque soit la cryptomonnaie qui existe , elle soit totalement anonyme .Il y a toujours des failles , des attrapes nigauds qui finalement révèlent qu’elles sont traçables .
Enfin bon tout ça pour dire qu’il ne fait pas trop se leurrer sur la supposée invisibilité
de l’anonymat qu’elles sont censées procurer , ça revient à se suicider .
Leur intérêt n’est pas là en ce qui concerne .

Jonathan
Invité
Jonathan

Petite remarque: compter -> conter

Tom
Invité
Tom

Le problème est la totale incurie de la dame. Pour les vrais gangsters, la crypto et le darkweb sont comme la banque du coin des gens ordinaires.