Face à l’inflation qui gronde, la légende Paul Tudor Jones veut parier 5 % de ses milliards de $ sur Bitcoin

Bitcoin pour se protéger ? – Il y a un peu plus d’un an, en mai 2020, le milliardaire et investisseur Paul Tudor Jones avait fait sensation dans la cryptosphère, en annonçant qu’il avait misé 2 % de son portefeuille dans Bitcoin (BTC). Mais cela ne lui suffisait manifestement pas, car face à la menace toujours grandissante d’hyperinflation mondiale, l’homme avec un patrimoine de 7 milliards de dollars souhaite désormais posséder un plus gros pourcentage du roi des cryptos.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-SwissBorg-interets-ETH-Ethereum.png.

Paul Tudor Jones réaffirme son attrait pour Bitcoin

L’investisseur à succès Paul Tudor Jones, qui est à la tête de son propre fonds spéculatif depuis plus de 40 ans maintenant (Tudor Investment Corporation), a de tout temps beaucoup apprécié la protection offerte par les actifs de type valeur refuge.

Déjà très intéressé par l’or pour se protéger de l’inflation des monnaies fiduciaires, le milliardaire a assez récemment découvert Bitcoin, qui lui a plu en tant que réserve de valeur, au point d’y allouer une petite part de sa fortune.

Paul Tudor Jones a récemment donné une interview à l’émission « Squawk Box » de la chaîne CNBC. Il y a renouvelé son vif intérêt pour Bitcoin, qu’il considère comme idéal pour diversifier son portefeuille :

« J’aime Bitcoin. Bitcoin, c’est des mathématiques (…) J’aime donc l’idée d’investir dans quelque chose de fiable, de cohérent, d’honnête et de 100 % sûr. »

Interview de Squawk Box avec Paul Tudor Jones- Source : Squawk Box (Twitter)
Interview de Squawk Box avec Paul Tudor Jones- Source : Squawk Box (Twitter)

Bitcoin, une monnaie sûre face à la faiblesse des fiats ?

Et comme le milliardaire aime « investir dans la certitude », il a joint l’acte aux paroles, en annonçant qu’il a plus que doublé son investissement initial dans Bitcoin, passant de 2 à 5% de son patrimoine :

« Je sais avec certitude que je veux avoir 5 % en or, 5 % en bitcoins, 5 % en cash, 5 % en matières premières. Le reste de l’allocation (80 %) dépendra de ce que la Réserve fédérale américaine fera lors de sa prochaine réunion de politique générale cette semaine (…) ce qu’elle fera aura un impact important. »

L’investisseur vétéran fait ici référence à la réunion des décideurs de la Réserve fédérale (Fed) des États-Unis, qui se tient cette semaine. En effet, Paul Tudor Jones est très inquiet que ces banquiers centraux se trompent lourdement sur l’aspect censé être « transitoire » de l’inflation.

Il considère ainsi que l’impression monétaire massive combinée aux taux d’intérêt nuls est « le mélange le plus fou (…) depuis la création de la Réserve fédérale ».

Cela constitue en tout cas autant de bonnes raisons pour Paul Tudor Jones de mettre à l’abri une partie de son patrimoine dans l’or et Bitcoin. Son constat sur le risque inflationniste des monnaies fiats est en tout cas partagé Larry Fink, le CEO du méga-fonds BlackRock, qui voit plutôt l’inflation devenir bien plus durable et forte que prévu.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-achat-Bitcoin-BTC-trop-tard.png.

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Commentaires

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.


Recevez un condensé d'information chaque jour