Andreas Antonopoulos fork

Andreas Antonopoulos : les forks

Trading du CoinTrading du Coin

Nouvelle semaine, nouvelle vidéo Q&A d’Andreas Antonopoulos. Aujourd’hui, la discussion tourne autour des différentes formes de fork. Qu’est ce qui les caractérise ? Comment en arrive-t-on à un fork ?

Quelle est la différence entre un fork du logiciel client de Bitcoin et un fork du protocole Bitcoin ?

En fait, nous utilisons le mot fork pour décrire trois scénarios différents.

Tout d’abord, créer un fork dans le software est une chose très commune. Vous en trouverez de nombreux exemples sur Github. Cela signifie simplement créer une version alternative de ce projet où différents développeurs poursuivent des objectifs distincts et cela ne change pas nécessairement les règles du consensus.

Un network fork est un fork se produisant dans le réseau. Ici, le réseau se divise en deux et cela peu se produire même sans changement dans les règles de consensus.

Un fork de consensus est un changement dans les règles de consensus. Il y a deux types de fork de consensus :

  • Le soft fork où les règles sont devenues plus restrictives et donc les clients qui suivent les anciennes règles peuvent toujours suivre les nouvelles règles.
  • Le hard fork où les règles sont devenues moins strictes. Ainsi, les clients qui suivent les anciennes règles considéreront les nouvelles règles comme étant invalides dans certaines circonstances.

Fork-bitcoin-btc

Pourquoi une nouvelle monnaie est-elle créée quand les forks se produisent ?

Andreas-M-Antonopoulos-1
A.M. Antonopoulos Source : Wikipedia

Quand un hard fork a lieu, les règles changent, et les nouvelles ne sont plus compatibles avec les anciennes. C’est ce qui caractérise le hard fork. Par conséquent, vous ne pouvez pas passer d’un réseau à l’autre, les deux réseaux deviennent distincts. Ils ont bifurqué et sont maintenant des blockchains séparées avec des règles séparées.

Les devises n’étant plus interchangeables, vous ne pouvez pas continuer à utiliser la même devise. Inévitablement, les prix vont diverger, car les devises vont se comporter différemment. Il existe donc des barrières techniques blockchain, règles, etc – et des barrières économiquescomportement de la devise, offre et demande – à l’utilisation d’une seule devise numérique suite à un hard fork.

Le réseau Bitcoin s’arrête-t-il pour des raisons de maintenance ou de mise à jour du système ?

Non, contrairement au système bancaire, Bitcoin est en service 24 heures sur 24, sept jours sur sept, 365 jours par an.

Selon Bitcoinuptime.com, le réseau Bitcoin a été fonctionnel pendant 99,992 % du temps depuis le 3 janvier 2009. Selon Andreas Antonopoulos, le millième de pour cent manquant est dû à un fork ayant causé un bug en 2013. Ledit fork n’a même pas stoppé le système, mais l’a retardé de 25 blocs.

L’impressionnante disponibilité du réseau Bitcoin est l’une des pierres angulaires de l’efficacité de la devise. Lorsque l’on couple cette disponibilité ininterrompue avec la sécurité toujours grandissante du réseau, on arrive au système quasi sans failles qu’est Bitcoin.

Comment la communauté arrive-t-elle à un consensus lors d’un soft fork, étant donné que les gens votent via leur processeur ? Cette méthode ne donne-t-elle pas tout pouvoir aux mineurs ?

Au premier abord, il semble que les mineurs concentrent tout le pouvoir décisionnel. Cependant, les mineurs ont des coûts, et pour les couvrir, ils doivent être en mesure de vendre la cryptomonnaie minée. Pour ce faire, ils ont besoin d’exchanges, de wallets et de marchands. De fait, pour que ces wallets et exchanges fonctionnent, il est nécessaire que des utilisateurs réalisent des transactions avec la monnaie minée.

Dès lors, si les mineurs introduisent un changement qui n’est pas suivi par le reste de l’économie Bitcoin, ils créent une nouvelle blockchain, mais seront dans l’incapacité de vendre la crypo-devise issue de cette blockchain.

En effet, les plateformes de change ne la supporteraient pas et les utilisateurs n’en voudraient pas. Par ailleurs, un départ massif de mineurs d’une cryptomonnaie vers une autre créerait un vide que les mineurs des autres blockchains s’empresseraient de combler. Assurément, l’absence de compétition induirait de plus importantes récompenses pour les mineurs et donc de meilleurs profits. Les mineurs ayant “forké” seraient donc vite remplacés par d’autres, saisissant l’opportunité ainsi créée.

Sources : Youtube || image from Shutterstock.com

découvrez nos
solutions de minage

PARTAGER
Avatar
Juriste spécialisé en droit des affaires, je suis passionné par les cryptomonnaies depuis leur apparition sur le Deepweb. Fervent supporter du Bitcoin, je suis convaincu que les devises numériques joueront un rôle déterminant dans l'avenir de nos sociétés. Je m'intéresse tout particulièrement aux aspects financiers et législatifs des cryptomonnaies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici