Argentine Bitcoin

Dette incontrôlable, économie qui s’effondre : Bitcoin à la rescousse en Argentine ?

Trading du CoinTrading du Coin
4
(14)

Oui, mais non ? – L’Argentine est actuellement en plein dérapage économique. Entre la dette exponentielle du pays et l’inflation en constante hausse, Bitcoin pourrait apparaître comme une solution salvatrice aux yeux de certains Argentins. Mais à y regarder de plus près , cet intérêt reste tout de même à prendre avec des pincettes.

Bitcoin face au contexte argentin

En mai dernier, l’État argentin, en pleine récession économique, n’a pas pu s’acquitter de sa dette publique. Par conséquent, le président Alberto Fernández et son gouvernement sont mis à mal devant deux grands gestionnaires de portefeuille, BlackRock et Fidelity Investments, selon le Financial Times.

Stop

Pour échapper aux effets pervers de la crise, la population se tourne vers Bitcoin (BTC), le roi des cryptomonnaies. Grâce à cette décision, les volumes d’échange de BTC viennent de battre un record sur le site LocalBitcoins. Rappelons que ce dernier permet des échanges de gré à gré (P2P) de bitcoins.

Une hausse des échanges de BTC, mais en peso argentin

Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous, le volume d’échange de BTC de la semaine dernière a atteint un record de 101 millions de pesos argentins, soit un peu moins de 1,3 million d’euros.

Volume d’échange hebdomadaire (en pesos argentins) de BTC sur LocalBitcoins – Source : Coin.dance

En revanche, ces performances ne sont pas si impressionnantes si nous raisonnons en termes de bitcoins purs échangés. En effet, le prochain graphique montre que l’échange de 92 BTC la semaine dernière n’est pas plus élevé.

Ainsi, malgré la hausse significative à première vue – en moyenne 100 % de plus par rapport aux semaines précédentes -, nous restons loin des records d’avril 2016, avec notamment un échange hebdomadaire de 228 BTC. Ce phénomène s’explique par la perte en pouvoir d’achat du peso argentin.

Volume d’échange hebdomadaire de BTC sur LocalBitcoins – Source : Coin.dance

Même si le Bitcoin doit encore faire ses preuves, il n’en reste pas moins une monnaie déflationniste, qui devient de plus en plus rare avec le temps grâce à la diminution des récompenses de minage (halving). Les Argentins l’ont bien compris, et la récession économique fulgurante pourrait bien causer un rush vers la référence des cryptomonnaies.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 4 / 5. Nombre de votes : 14

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

3 Commentaires

  1. 1) le BTC n’est pas de plus en plus rare, seul le nombre de BTC potentiellement nouveaux (minés) diminue avec le temps
    2) le prix de BTC dépend du rapport offre/demande, et les holders de BTC participent à la faible offre et donc au prix haut. Ils croient ainsi posséder une fortune, mais celle-ci s’évanouira lorsque les holders voudront la récupérer, ce qui ne devrait plus trop tarder au vu de la tendance baissière molle de BTC
    3) les pays en difficulté avec leur Fiat ou leur dette ne peuvent se tourner vers BTC, trop risqué, trop cher… BTC est un actif de trader ou de contrebande, pas une valeur sûre ou refuge.

  2. Je trouve que la conclusion manque très inexacte ; le halving n’est absolument pas à l’origine de la déflation du bitcoin. Le Halving, comme son nom l’indique, divise par deux la vitesse de l’inflation, mais la monnaie reste inflationniste en nombre d’unités. Là où le bitcoin deviendra déflationniste, c’est le jour où le nombre de nouveaux bitcoins émis sera inférieur au nombre de bitcoins scellés sur des adresses dont la clé aura été perdue.
    En effet, le bitcoin est une monnaie inflationniste par nature, dans son code. Aucun jeton n’est détruit, seuls de nouveaux jetons sont émis régulièrement, et ce jusqu’en 2140 environ. Une fois le 21 millionième bitcoin émis, la monnaie n’est en théorie plus inflationniste, mais n’est pas déflationniste non plus. Le nombre de bitcoin est condamné à rester au nombre total de 21 millions.
    Dans la pratique, on s’expose à la perte des clés privées des adresses, ce qui revient à sceller les bitcoins qui s’y trouvent, les sortir de la circulation. C’est à cause de cela que cette monnaie est déflationniste, et non à cause du halving. Ce dernier n’est qu’un facteur qui ralenti l’inflation jusqu’à la faire disparaitre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici