4,2 millions de dollars en cryptomonnaies saisis par la police néo-zélandaise

Trading du CoinTrading du Coin

Internet Magic Money – Lorsqu’on s’intéresse aux différents cybercriminels décidant d’utiliser des cryptomonnaies pour leurs sombres desseins, les affaires se suivent… et ne se ressemblent pas forcément. Aujourd’hui, nous vous parlerons de ce programmeur néo-zélandais accusé d’être devenu riche grâce à un site de streaming illégal, et qui se serait en plus découvert une passion pour le crypto-trading. Pour l’heure, tout n’est pourtant pas tout à fait clair.

Un site de streaming lucratif

La police néo-zélandaise a saisi 4,2 millions de dollars en cryptomonnaies ainsi que 800 000 dollars sur un compte en banque appartenant à Jaron David McIvor, un développeur de 31 ans.

Selon la police, McIvor serait impliqué dans du blanchiment d’argent et aurait reçu des millions de dollars par le biais d’un site de streaming vidéo illégal qu’il aurait aidé à créer.

Or, la loi néo-zélandaise est claire, comme l’explique le sergent Keith Kay :

« Introduire des fonds obtenus illégalement en Nouvelle-Zélande constitue du blanchiment d’argent et la police enquêtera en profondeur sur les avoirs de ceux qui se livrent à de telles activités, quel que soit l’endroit du monde où le crime est commis. »

Le tuyau de PayPal et de l’IRS

La police s’est empressée de geler les fonds concernés, sous couvert de ses lois dédiées aux fonds tirés d’activités criminelles. Les forces de l’ordre auraient été mises sur la piste de McIvor grâce à un tuyau de l’IRS américain qui avait reçu des rapports d’activités PayPal suspectes.

Décrit comme ayant un mode de vie simple et bien loin du faste habituel déployé par les cybercriminels les plus clichés, McIvor aurait découvert le crypto-trading quelques temps après avoir commencé ses obscures activités, selon la police néo-zélandaise. Il aurait alors pu faire fructifier certains de ses profits.

Notons que la loi néo-zélandaise permet le gel conservatoire d’avoirs sur la base d’un doute raisonnable dans ce contexte cybercriminel. Jusqu’à présent, McIvor nie les allégations de blanchiment d’argent. Il faudra attendre encore un peu pour savoir si de réelles charges seront retenues contre lui… et si oui, lesquelles.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne / 5. Nombre de votes :

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Renaud H.
Étudiant ingénieur en software et en systèmes distribués, crypto-enthousiaste depuis 2013. Touche à tout, entre mining et développement, je cherche toujours à en apprendre plus sur l’univers des cryptomonnaies et à partager le fruit de mes recherches à travers mes articles.

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
Samantha
Invité
Samantha

« Introduire des fonds obtenus illégalement en Nouvelle-Zélande constitue du blanchiment d’argent et la police enquêtera en profondeur sur les avoirs de ceux qui se livrent à de telles activités, quel que soit l’endroit du monde où le crime est commis. »

Cryptopia ??!

Gianni
Invité
Gianni

Je me suis posé la même question !!!