sec

Jay Clayton : les ICOs ne sont “absolument pas” toutes frauduleuses

Trading du CoinTrading du Coin

Nous n’avons pas droit à de telles déclarations tous les jours. Hier, Jay Clayton, le président de la SECl’autorité responsable de réguler les titres financiers aux États-Unis – n’a pas fait dans la demi-mesure en déclarant que la réglementation du marché des actifs cryptographiques n’était là que pour l’aider à mieux fonctionner.

Vive la réglementation des ICOs

Jay Clayton présentait une conférence intitulée “Cryptocurrency & Initial Coin Offering” à l’Université de Princeton. Il a ouvert la conférence en déclarant que “les technologies de registres décentralisés sont incroyablement prometteuses pour l’industrie financière”.

Un élève lui a alors posé une question au sujet des ICO : les ICOs sont-elles toutes frauduleuses ? Il a alors été on ne peut plus clair :

“Absolument pas.”

Cela ne l’a pas empêché de défendre sa position de directeur d’un organisme de réglementation :

“L’approche adoptée à Washington par la SEC nuit-elle à ces technologies ? Ma réponse courte est que j’espère vraiment que cela aide – parce que cette technologie est utilisée pour la fraude, et dans cette mesure, l’histoire montre que le gouvernement s’en prendra tôt ou tard à cette technologie.”

Des titres de propriété, à priori

Jay Clayton est ensuite revenu sur la position de la SEC, qui consiste à ne faire aucune distinction entre les tokens, les considérant tous comme des titres de propriété auxquels sont rattachés des droits (droits de vote en assemblée générale, droits aux bénéfices de la société, etc.). Un dilemme existe en raison de la nature de ces cryptoactifs. Les tokens utilitaires par exemple, ne servent en théorie qu’à accéder à un service. Ils ne correspondent en rien à un titre de propriété. Le Wyoming a par exemple utilisé un nouveau terme pour catégoriser ces actifs en les nommant “jetons de consommations”. À l’inverse, les lignes directrices publiées par l’université de Tama au Japon considèrent également que tous les tokens sont des titres.

À cela, il a répondu :

“Si j’ai un jeton pour laver mes vêtements, ce n’est pas un security. Mais si j’ai un ensemble de 10 jetons de blanchisserie, que les laveries automatiques doivent être développées et que ces jetons me sont offerts comme quelque chose que je peux utiliser pour l’avenir et que je les achète parce que je peux les vendre l’année prochaine, c’est un titre.”

Il a néanmoins suggéré qu’il pouvait y avoir des requalifications dans les deux sens, des tokens utilitaires pouvant être qualifiés de titres, et inversement :

“Ce n’est pas parce que c’est un titre aujourd’hui que ce sera un titre demain, et vice-versa.”

Cette conférence fait également suite à une affaire assez importante, puisque la SEC est allé jusqu’à sanctionner Floyd Manyweather pour avoir fait la promotion d’une ICO frauduleuse – Centra (CTR) – ayant levé plus de 32 millions de dollars.

Sources : Fortune ; Coindesk || image from Shutterstock.com

Avatar
Directeur de publication du média que vous lisez en ce moment même, je quitte mes fonctions stratégiques de temps en temps, pour écrire des billets d'analyse financière du marché des cryptomonnaies.

Poster un Commentaire

avatar