Méta-Hebdo : des NFT à votre image dans le metaverse ?

Les apparences sont souvent trompeuses – Nous le voyons chaque semaine au fil de nos Méta-Hebdo, le metaverse est en pleine croissance. The Sandbox, Decentraland, ou encore les plateformes plus traditionnelles telles que Roblox, ces espaces sociaux du futur sont animés par des avatars. Votre alter ego numérique est alors celui qui vous représente. Les technologies du web3 nous permettent maintenant, grâce aux NFT, de donner de l’authenticité et de la rareté à cet avatar.

À la manière du dernier vêtement à la mode, posséder un NFT tendance pour l’exposer dans le métavers ou bien encore sur les réseaux sociaux est un réflexe humain de plus en plus populaire. Cependant, l’habit ne fait pas le moine. La liberté d’apparence que nous offre le métavers peut également avoir ses travers. De fil en aiguille et à la manière d’une inlassable rengaine, nous comprenons alors pourquoi certains acteurs de la cryptosphère développent une éducation nécessaire dans le métavers.

Sappé comme jamais dans le metaverse

Nike : des NFT de la tête aux pieds

Cette semaine, la marque de sport Nike, a dévoilé une collection de NFT sneakers (baskets en français) : les Cryptokicks. La sortie de cette collection était prévisible. En effet, l’acquisition des célèbres studios de création RTFK (créateurs des NFT Clone X) avait déjà confirmé l’intérêt de la marque pour le web3.

Cependant, malgré toute l’attraction que peut porter une marque telle que Nike, l’accès à ces baskets est pour le moment réservé a un petit nombre de privilégiés. En effet, ces NFT ne sont disponibles que dans des box. Ces box elles-mêmes ne sont disponibles que lorsque l’on est propriétaire d’un fameux NFT Clone-X, avatar que l’on suppose donc chaussé de Nike dans le futur.

Dans sa course au métavers Nike a également fait plusieurs dépôts de marques soulignant ainsi les contours d’une feuille de route. Demande de logiciel informatique téléchargeable, portefeuille numérique … les ingrédients d’une marketplace (place de marché) semblent être réunis.

« Nike se concentre sur les moyens potentiels d’utiliser la technologie blockchain pour servir nos consommateurs dans le domaine des chaussures, des vêtements et des équipements de sport. »

Déclaration d’un représentant de Nike
Nike et RTFKT lancent les Cryptokicks, premières sneakers NFT de la marque.

>> Marre de rater les pépites ? Venez prospecter sur AscendEX ! (lien affilié) <<

Aprés Nike, Decathlon lance des Baskets NFT sur Tezos (XTZ)

Toutefois le choix s’offre déjà à vous dans le métavers en matière de souliers. En effet, le 26 avril Decathlon a mis le Street Football en avant pour faire ses premiers essais dans le web3. La marque de sport propose aux détenteurs de baskets Kipsta Barrio un NFT sous forme de ticket à gratter. Il permettra de bénéficier d’expériences interactives et physiques avec Séan Garnier, triple champion de France de Football Freestyle.

« Pour Decathlon, le projet Barrio par Kipsta est le premier pas dans l’univers de la blockchain et des NFT. (…) Nous espérons que cette collaboration avec Séan Garnier pour ces NFT en appellera de nombreuses autres, et nous avons hâte que le public adopte cette nouvelle paire [de baskets]. »

Valentin Auvinet, Responsable NFT Decathlon
Tweet de Nomadic Labs annonçant les tickets NFT associés à votre basket Kipsta.
Le premier NFT de Decathlon associé à la basket Kepsta – Source : Twitter

Être beau dans le web3, ça a un prix !

Aussi, toutes ces collections qui naissent ces dernières semaines suscitent de l’intérêt. Des Bored Ape Yatch à The Sandbox, certains NFT valent de l’or ! Et justement, cette semaine, ce sont des hiboux qui ont pris la lumière. Moonbirds est une collection NFT de 10 000 avatars de volatiles nocturnes. Lancée le 16 avril 2022 par Proof, une startup fondée par le capital risqueur Kevin Rose, Moonbirds s’est fait connaître avec une vente record.

En effet, le Moonbird #2642 s’est vendu pour 350 ETH soit plus d’un million de dollars sur la marketplace NFT d’Opensea, plateforme de vente de NFT. L’heureux propriétaire de ce hibou vert n’est autre que The Sandbox, société de jeux sur la blockchain et filiale d’Animoca Brands.

Un hibou pixélisé vert emeraude à 1 millions de dollars ? Moonbird fait craquer The Sandbox.
Moonbird #2642 – Source : Etherscan

Liberté des apparences dans le métaverse ?

des NFT pour sensibiliser

Au-delà des apparences les NFT permettent une liberté d’expression importante. En effet, ils bénéficient de l’absence d’intermédiaire et de la décentralisation. Aussi, les initiatives originales, artistiques, politiques, et parfois provocatrices peuplent la blockchain.

Par exemple, l’agence de création numérique Leavingstone basée en Georgie vend la Russie en kit, territoire par territoire, sous forme de NFT. 5% des ventes des NFT aideront à la reconstruction de l’Ukraine. 2 443 régions russes sont à vendre dans le cadre de la première phase de son initiative « La Russie à vendre ». La deuxième phase du projet proposera l’achat de NFT de monuments russes.

Pour soutenir l'Ukraine, Livingstone vend des parcelles de région de la Russie en NFT.
La Russie à vendre

Shiba, le chien de garde du metaverse

Cependant, cette liberté dans le métavers a ses limites. Nous avons pu les observer dans le tout jeune métavers de Shiba. Créé le 8 février 2022, l’univers virtuel canin a gagné environ 20 millions de dollars en ethers (ETH) lors des deux premières phases de la vente de ses parcelles. Le 12 avril, 36 000 des 100 000 terrains virtuels de Shiba Inu ont été mis en vente.

Certains propriétaires se sont alors senti libre dans le métaverse de la crypto à fourrure. Surtout l’un d’entre eux qui a dessiné une croix gammée. La décision des développeurs ne s’est pas faite attendre. En utilisant le symbole du IIIème Reich cet individu au goût plus que douteux a été blacklisté, mis sur liste noire. Cet exemple montre la nécessité d’une régulation nouvelle, d’une éducation et d’un comportement adaptés à l’espace social du métavers afin d’éviter ces dérives.

« Nous ne tolérerons pas l’utilisation de discours de haine, de manifestations d’intolérance ou de fanatisme (…) à la discrétion de l’équipe de modération de la communauté. Tout compte ou individu qui tente d’inciter à nuire à autrui n’est pas non plus autorisé. »

L’equipe de Modération de la Communaute – Source : Twitter.

>> Rentrez en avant-première sur des projets prometteurs sur AscendEX (lien affilié) <<

Du reflet au mirage : s’éduquer face aux risques

Une école pour les investisseurs cryptos dans le metaverse

Sensibiliser le public, le rendre méfiant et soucieux de sa sécurité numérique et de son apprentissage n’est pas une tâche simple. Les cryptomonnaies, le métavers et les NFT attirent des débutants parfois encore trop naïfs.

La société de courtage Fidelity lie son investissement Bitcoin à la création d’une école dans le métavers. En effet, la société, qui gère 11 300 milliards de dollars d’actifs, souhaite désormais se développer. Cependant le besoin d’éduquer les jeunes clients de l’entreprise aux investissements cryptos est pour Fidelity essentiel. La Fidelity Stack, école virtuelle dans Decentraland, devient alors un réel centre d’apprentissage aux investissements blockchain.

« Le Fidelity Stack, construit dans Decentraland, présente un design à plusieurs niveaux complété par un hall d’entrée, une piste de danse et un sky garden sur le toit que les utilisateurs peuvent explorer à pied – ou même par téléportation. »

Annonce de Fidelity Stack

Le metaverse et le web3 : espaces de jeux

Le jeu reste pour le moment une des meilleures manières de convertir les utilisateurs débutants. De l’appât du gain avec les jeux play to earn ou move to earn, l’argument des revenus générés en jouant en a séduit plus d’un.

Louis Vuitton a fait le choix de cette stratégie. La marque de luxe combine ainsi de nombreux thèmes divertissants. Ces thèmes permettent de proposer à leurs membres leurs premières expériences dans le web3. Ludique et pédagogique, l’approche de Louis Vuitton se fait tout en douceur via un jeu décentralisé. Les joueurs apprennent l’histoire de la marque et évoluent de monde en monde accompagné de l’avatar Viviane. En récompenses, des NFT gratuits sont distribués sur la blockchain Ethereum.

quelques images de l'univers poètiques de Louis : The game univers du jeu NFT de Louis Vuitton
L’univers de Louis : The Game, jeu NFT de la marque de luxe Louis Vuitton

Pour le moment la Louis Vuitton garde le contrôle sur son environnement. En effet, la gratuité des NFT évite d’avoir à fixer des prix sur ces biens numériques limités à une utilisation dans le jeu . Disponible sur Android et Apple et fort de deux millions de téléchargements, les récentes mises à jours ont ajouté des niveaux supplémentaires dans lesquels les joueurs doivent récupérer 16 pages d’un manuscrit, biographie du fondateur de la marque.

Aussi, les NFT dans l’avenir diront beaucoup de nous. Avatar à la mode, signe d’appartenance à une communauté, les objets non fongibles sont l’outil idéal pour intéresser un plus large public. Nombreux sont les débutants qui d’ailleurs s’intéressent aux cryptomonnaies de par les jeux NFT (Defi Kingdoms ou encore plus récemment StepN en sont des exemples). Réel tremplin vers la DeFi, les joueurs s’essayent alors au delà de l’achat de cryptomonnaies aux services de la finance décentralisée.

Vous êtes en droit de ne pas être intéressé par le métavers. Mais tourner le dos à Bitcoin et aux cryptomonnaies est impardonnable ! Ne tardez pas trop et foncez vous inscrire sur AscendEX. Profitez de 10% de réduction sur les frais de trading (lien affilié, voir conditions sur site)

Magali

Issue d’une formation littéraire en classe préparatoire puis universitaire, je suis passionnée par l’univers de la blockchain depuis 2017. L’univers des NFT, play to earn et du metaverse m’ont happée; je suis devenue en 2019 Axie enthousiaste. De fil en aiguille, j’ai tissé mes connaissances pour n’être plus que crypto-enthousiaste.

Recevez un condensé d'information chaque jour