SEC

EtherDelta : 388 000 $ d’amendes pour éviter la prison

Trading du CoinTrading du Coin

Peut-on être réellement décentralisé quand on n’est pas totalement anonyme ? La pression continue d’augmenter sur les épaules des opérateurs d’exchanges prétendument décentralisés, les DEX. L’organisme de régulation financier américain, la SEC (US Securities and Exchange Commission), vient en effet d’annoncer qu’elle avait trouvé un accord à l’amiable avec Zachary Coburn, le fondateur d’EtherDelta : ce dernier devra s’acquitter d’une forte amende pour éviter la prison.

La SEC montre les dents

Après l’exemple d’IDEX, qui a préféré refuser de servir des clients originaires de New York puisque ne pouvant pas se soumettre aux obligations de la BitLicense new-yorkaise, voilà un autre cas d’école d’un DEX se faisant (sèchement) taper sur les doigts. Cette fois, c’est la SEC qui a annoncé dans un communiqué qu’elle mettait à l’amende le “DEX” EtherDelta, par l’entremise de son fondateur Zachary Coburn.

L’organisme régulateur considère ainsi, dans la lignée de ses précédentes décisions, que le trading de tokens issus d’ICO sur un exchange non régulé revient au même que de faire fonctionner une bourse dérégulée où s’échangeraient des biens mobiliers et des actions également non enregistrées (unregistered national securities exchange).

Considérant d’une part que la quasi-totalité des tokens échangeables sur EtherDelta sont en fait des securities, et d’autre part que ces tokens ont continué à être échangés sur la plateforme après sa communication officielle à propos de l’affaire du DAO en 2017, la SEC aligne donc avec une courtoisie froide le fondateur identifié de l’exchange se voulant décentralisé.

Le fondateur prend les choses avec philosophie (et il fait bien)

En conséquence de quoi, les deux parties ont échangé et sont parvenues à un accord : contre le paiement de 300 000 $ au titre du redressement, de 13 000 $ en intérêts de pré-jugement et enfin de 75 000 $ de pénalités supplémentaires, Zachary Coburn se voit libérer de l’épée de Damoclès de poursuites plus lourdes. Sa coopération avec les services de régulation a été citée comme un facteur de la (relative) clémence de la SEC à son égard.

Encore une démonstration que tout exchange dont les opérateurs sont identifiés ou identifiables aura probablement bien du mal à être “décentralisé” au-delà du simple buzzword.

Sources : Coindesk ; SEC : lien1 ; lien2 || Images from Shutterstock & Giphy

PARTAGER
Grégory Guittard
Bitcoin Maximaliste, Blockchain-sceptique. Je doute très fortement que la sacro-sainte Blockchain qu'on nous vend à tout bout de champ nous sauvera tous, façon délire christique. La perspective d'un moyen de paiement pair-à-pair, décentralisé et non censurable (Bitcoin) est ce qui me semble réellement révolutionnaire dans la cryptosphère. Je disrupte des articles à l'occasion sur mon temps libre, et souvent, aux dépends de vos shitcoins préférés. Je privilégie les sources vérifiables et le cynisme à la neutralité plate, mais je suis ouvert à la discussion : si j'ai écrit une énormité, n'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires, remarques ou vos vociférations directement à [email protected]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici