Le “DEX” IDEX annonce fermer son service aux utilisateurs de New York

Le nouveau web 3.0 sera décentralisé ou ne sera pasL’équipe de développeurs gérant l’exchange prétendument “décentralisé” IDEX a pris la parole sur Twitter la semaine dernière : elle a exprimé son intention d’interdire l’accès et l’utilisation de son exchange à ses utilisateurs aux IP originaires de New York. La raison ? Son impossibilité de se conformer aux exigences de la BitLicence, corpus réglementaire spécifique à l’État de New York souvent critiqué.

La décentralisation poussée à son paroxysme, diront certains.

« IDEX commencera à bloquer les nouveaux ordres provenant d’utilisateurs originaires de l’état de New York le 25 octobre. Les annulations d’ordre et les retraits restent disponibles. »

Décentralisé comme une blockchain privée

L’exchange, fondé pour permettre de trader des ERC-20, se présente comme une plateforme alliant « à vitesse de la centralisation avec la sécurité d’un règlement par blockchain ».

Pour le coup, difficile de dire qu’il y a erreur sur la marchandise : l’annonce de cette décision s’est faite la veille de son entrée en vigueur, une belle illustration de ladite « vitesse de la centralisation ».

« I tell you it’s gonna be DECEN – wait for it – TRALIZED”

Gardons tout de même à l’esprit que, tout aussi peu décentralisée que soit la gestion de l’exchange, IDEX n’en reste pas moins un exchange dit non custodial, c’est-à-dire qu’il ne garde pas les fonds de ses utilisateurs. Ces derniers restent les maîtres de leurs clés privées, la plateforme de change se limitant à servir d’intermédiaire pour soumettre les transactions d’échange de tokens ERC-20 vers la blockchain Ethereum.

[arve model= »gif » url= »https://journalducoin.com/app/uploads/2018/10/Video-Steve-Carell-lol-ahaha-good-one-banana-.mp4″ align= »center » promote_link= »no » autoplay= »yes » maxwidth= »480″ controlslist= »nodownload » controls= »no » loop= »yes » muted= »yes » /]

Les réactions ne se sont pas faites attendre, dans l’ensemble relativement sarcastiques.

https://twitter.com/ummjackson/status/1055183604840419329?s=20

Notons par exemple la remarque ironique de Jackson Palmer. Il a souligné, en feignant la surprise, que les exchanges et services se revendiquant comme “décentralisés” reposaient toujours en pratique sur des services centralisés, notamment pour la gestion de leur interface utilisateur.

IDEX a réagi en expliquant sobrement que « la décentralisation avait de multiples facettes ». Il semblerait bien, à l’évidence.

Sources : TheBlockCrypto ; TokenDaily ; Twitter || Images from Shutterstock

Grégory Guittard

CEO et directeur de publication du JDC, Bitcoin Bricoleur, Blockchain-sceptique. Je fais une allergie à la sacro-sainte Blockchain censée nous sauver tous, façon délire christique. La perspective d'un moyen de paiement pair-à-pair, décentralisé et non censurable (Bitcoin) est ce qui me semble réellement révolutionnaire dans la cryptosphère. Si j'ai écrit une énormité, n'hésitez pas à m'envoyer vos remarques et autres vociférations directement à [email protected]

Commentaires

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.


Recevez un condensé d'information chaque jour