Bitcoin (encore) banni d’Europe ? La Banque centrale européenne revient à la charge

Plus anti-crypto, tu meurs – Bien que la Banque centrale européenne promette « l’insignifiance » à notre cher Bitcoin (BTC), ses responsables semblent être obsédés par son interdiction. Même si la BCE explique que le roi des cryptomonnaies en serait « à son dernier souffle » avec l’actuel hiver crypto, un de ses représentants demande quand même de prévoir dans le futur un bannissement des cryptos avec une « empreinte écologique ».

La Banque centrale européenne veut tuer la concurrence de Bitcoin

La Banque centrale européenne (BCE) enchaîne à un rythme effréné les pamphlets anti-Bitcoin et anti-cryptomonnaies décentralises. Après, un billet de blog résumant tous les clichés possibles sur le secteur, et Christine Lagarde (présidente de la BCE) demandant déjà de nouvelles chaînes réglementaires un MiCA II, revoilà la charge anti-PoW (anti cryptos basées sur la Preuve de travail).

En mars 2022 déjà, une première tentative de meurtre de Bitcoin en UE avait été évitée de justesse. L’interdiction des blockchains en Preuve de travail avait été rejetée de quelques voix seulement. Mais ce 7 décembre, rebelote : le membre du directoire de la BCE Fabio Panetta ressort le prétexte écologique pour tenter de mettre à mort Bitcoin (la cible principale).

Dans un très long communiqué, Fabio Panetta s’emploie à descendre en flammes le secteur crypto, tout juste bon à être taxé, s’il n’est pas tout bonnement interdit :

« (…) L’UE devrait introduire une taxe prélevée sur : les émetteurs de cryptomonnaies en dehors de ses frontières, sur les investisseurs et sur les prestataires de services. (…) Une telle taxe pourrait, par exemple, s’attaquer aux coûts énergétiques et environnementaux élevés associés à certaines activités de minage et de validation des cryptos. (…) Les cryptomonnaies dont l’empreinte écologique est jugée excessive devraient également être interdites. »

>> Pendant l’hiver crypto, profitez des prix bas, inscrivez-vous sur eToro (lien commercial) <<

Seule la monnaie numérique centralisée doit exister : l’e-euro unique

Évidemment, quand la BCE dénigre violemment Bitcoin et les cryptos, c’est pour mieux encenser sa monnaie numérique de banque centrale, ou MNBC. Cet euro complètement numérisé, et surtout complètement traçable et manipulable, est en effet le Saint Graal des banquiers centraux de l’UE.

« Seule la monnaie de banque centrale peut fournir un ancrage de stabilité. (…) Les monnaies numériques de banque centrale permettraient de préserver l’utilisation de la monnaie publique pour les paiements de détail numériques. (…) Elle préserverait ainsi l’unicité de la monnaie, et protégerait la souveraineté monétaire. La BCE travaille sur un euro numérique précisément pour ces raisons. »

Cet « ancrage de stabilité » nous offre en zone euro une inflation galopante à deux chiffres. Inflation principalement due à de gigantesques impressions monétaires faites pour compenser les pertes économiques des restrictions Covid, et aux plus récentes « sanctions-suicides » prises contre la Russie. Mais les banquiers centraux européens veulent donc malgré tout qu’on leur fasse confiance, en abandonnant Bitcoin pour servir l’euro unique, et lui seul. Et ça tombe bien pour eux, car ils pourront le contrôler à leur guise.

Pour vous, la technologie blockchain et les cryptomonnaies seront bientôt au cœur du quotidien de chacun d’entre nous. Vous pouvez vous exposer à Bitcoin, Ethereum et aux autres tokens sur l’exchange qui monte. Inscrivez-vous dès maintenant sur eToro et commencez à vous familiariser avec ce monde (lien commercial).

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour