Afrique cryptos

Banques et cryptomonnaies en Afrique : état des lieux

Trading du CoinTrading du Coin

Bitcoin et la technologie blockchain sont mûrs pour une adoption généralisée en Afrique, où la population est bien positionnée pour adopter ces technologies innovantes comme alternatives aux systèmes bancaires coûteux et/ou désuets, disséminés sur tout le continent.

Le manque d’infrastructures économiques et une éducation financière inadéquate ont privé une grande partie des Africains de comptes bancaires ou de moyens monétaires de base. Cependant, dans de nombreux pays, la prolifération des smartphones a permis l’accès à des services financiers alternatifs, qui sont devenus un moyen de paiement dominant, surtout chez les jeunes.

L’attrait pour Bitcoin est en grande partie dû à son accessibilité et à son inclusivité, mais la composante “sans confiance” de l’utilisation des cryptomonnaies résout également le problème de longue date de la méfiance des Africains à l’égard des banques sur les plateformes de paiement en ligne.

Afrique-bitcoin-1

La communauté africaine pro-crypto a officiellement lancé la première cryptomonnaie multinationale du continent, Nuru Coin, en février. Beaucoup espèrent qu’elle facilitera le commerce entre les pays africains et fournira des services financiers à des personnes qui, autrement, n’auraient jamais eu accès à un compte bancaire traditionnel. Mais son adoption généralisée exige une plus grande sensibilisation aux potentiels avantages de la technologie.

L’anticipation d’une révolution technologique en Afrique s’est intensifiée depuis fin 2017. Les gouvernements ont fait preuve de peu d’uniformité dans leur approche, et dans leur attitude à l’égard du marché crypto, en plein essor sur le continent. Mais le sentiment sous-jacent à l’égard des cryptomonnaies, et de leur décentralisation, est qu’elles peuvent apporter une aide humanitaire et transformer la vie des populations mal desservies.

 

Afrique-Carte-blockchain

La liste ci-dessous est basée sur des recherches approfondies, mais ne doit en aucun cas être considérée comme complète. Si vous avez des informations plus détaillées sur les banques et leurs relations avec les cryptomonnaies dans votre pays, nous vous encourageons à les partager dans la section commentaires.

Légende

Bannissement des crypto transactions
Quelques banques autorisent les transactions
Crypto-transactions autorisées
BlockchainExpérimente la blockchain

 

Afrique-du-sud

Afrique du sud

Blockchain

( crypto-transactions autorisées)

L’Afrique du Sud a lancé son premier projet gouvernemental crypto, le projet UBU, à la fin de 2017. À l’instar d’autres projets visant à soulager les familles pauvres, le projet UBU a pour objectif de distribuer un revenu de base universel aux Sud-Africains défavorisés.

La blockchain et les cryptomonnaies sont populaires en Afrique du Sud, où les institutions financières prennent des mesures progressives pour s’impliquer dans l’industrie. La conférence Blockchain Africa réunit chaque année depuis 2015 à Johannesburg, en partenariat avec IBM et Microsoft, les plus grands contributeurs au développement technologique de l’Afrique au cours du siècle dernier.

La Banque de réserve sud-africaine a mis en place un programme de technologie financière, qui vise à analyser l’évolution de la technologie et à conseiller le gouvernement sur les réglementations appropriées. En outre, elle a lancé un projet blockchain basé sur la technologie Ethereum et expérimentera les paiements interbancaires.

Bien que le gouvernement n’ait pas établi de règlements clairs pour l’utilisation des “monnaies virtuelles”, il ne reconnaît pas Bitcoin comme une monnaie légale, et le South African Revenue Service considère que les actifs incorporels crypto-monétaires sont soumis aux règles normales de l’impôt sur le revenu.

Nigeria

Blockchain

La Banque centrale du Nigeria a d’abord annoncé une étude sur les monnaies virtuelles en août 2017, ayant pour objectif de rassembler les parties prenantes pour réfléchir et échanger des idées, prouvant ainsi que le pays est un leader dans la régulation de la blockchain et de Bitcoin en Afrique.

Peu de temps après, le Blockchain Education Network of Nigeria et le Blockchain Nigeria User Group ont accueilli la première conférence sur la blockchain du pays, où dix startups et d’innombrables leaders de l’industrie étaient présents. Ces derniers ont discuté des mesures incitatives pour amener les startups de la blockchain au Nigeria.

Une autre conférence organisée par Techpoint, prévue plus tard ce mois-ci, devrait réunir plus de 5 000 personnes. Mais la communauté technologique active n’a pas encore reçu de réponse réglementaire ou d’orientation du gouvernement.

Mais les choses pourraient bientôt changer. Plus tôt en avril, la chambre basse de l’Assemblée nationale nigériane a adopté un projet de loi intitulé “Nécessité de réglementer les applications de la chaîne de blocs et de la technologie Internet” et a demandé à la banque centrale d’aider à créer un cadre réglementaire pour le développement des blockchains et d’autres technologies.

Ouganda

Ouganda

Blockchain

La Banque de l’Ouganda a lancé un avertissement aux investisseurs sur les risques associés aux cryptomonnaies en mars 2017. Toutefois, cela n’a pas empêché les investisseurs mondiaux d’ouvrir des bourses dans le pays et de chercher des occasions de renforcer l’économie ougandaise.

Des rapports récents montrent que le gouvernement ougandais est intéressé par l’utilisation de la technologie blockchain pour fournir des services publics de base, et pour mieux positionner l’Ouganda sur le marché mondial, qui est largement alimenté par les innovations technologiques. Une conférence organisée par AfricanBlockchain.org est prévue pour le mois prochain, au cours de laquelle les dirigeants discuteront de plans viables pour intégrer la blockchain dans l’économie.

L’organisation ougandaise Crypto Savannah s’est associée à l’exchange crypto numéro 1 actuel, Binance, en avril dernier, dans le but de soutenir le développement économique du pays, considéré comme le pays le plus pauvre du monde, avec un PIB de 2 000 dollars par habitant et une population à 77% non-bancarisée.

Kenya

Kenya

Blockchain

(quelques banques autorisent les transactions)

La Banque centrale du Kenya a adressé un avertissement aux banques en avril, les exhortant à rejeter les transactions et les entités liées aux cryptomonnaies, et assimilant Bitcoin à un système pyramidal. Mais les investisseurs kenyans n’ont pas encore vu de directives réglementaires claires.
Le gouverneur de la banque centrale a exprimé son soutien à la technologie blockchain, bien que les banques aient maintenu une attitude prudente et sceptique à l’égard de la monnaie numérique depuis 2015.

Finterra, une entreprise spécialisée dans les services blockchain, présente dans le monde entier, a officiellement créé une entreprise kenyane, en réponse à l’intérêt accru pour la blockchain, après que le président Uhuru Kenyatta ait déclaré que le pays devrait explorer l’utilité potentielle de la technologie.
Un groupe de travail sur la blockchain a été créé en vertu de la directive du président en mars. Beaucoup d’enthousiastes espèrent que les technologies de registre distribué seront utilisées pour le registre de la propriété foncière, et pour renforcer les services monétaires mobiles existants.

Le plus grand opérateur de réseau mobile du Kenya est responsable du lancement de M-Pesa, le service de transfert d’argent et de paiement par téléphone mobile, qui compte 30 millions d’utilisateurs et remet de plus en plus en question la domination de la banque traditionnelle. Cependant, l’incertitude réglementaire au Kenya a conduit M-Pesa à refuser des services aux plateformes commerciales de Bitcoin.

Egypte

Égypte

Blockchain

( bannissement des crypto transactions)

Au début de 2017, un Bitcoin-enthousiaste local a comparé l’utilisation des cryptomonnaies en Égypte à celle de l’utilisation de stupéfiants, affirmant qu’un de ses amis avait été emprisonné sans procès pour avoir utilisé le site localbitcoins.com.

Vers le milieu de l’année 2017, lorsque des rapports ont fait état d’allégations selon lesquelles la première plateforme d’échange de bitcoins avait été lancée dans le pays, la Banque centrale d’Égypte a réitéré le statut juridique des cryptomonnaies et nié toute autorisation d’échange. La légalité des cryptomonnaies est couverte par la loi égyptienne qui stipule que les transactions avec des entités étrangères doivent être limitées aux seules banques officielles, et interdit également les transactions bancaires électroniques.
Malgré l’annonce récente d’un clerc islamique affirmant que les monnaies virtuelles sont halal, il y a confusion en Égypte quant à l’acceptation de la monnaie numérique en vertu de la charia. Historiquement parlant, l’Islam ne reconnaît que les « marchandises de valeur intrinsèque » comme monnaie acceptable.
Le gouvernement s’oppose systématiquement aux cryptomonnaies, mais il a récemment permis à la Banque centrale d’Égypte de se joindre au consortium américain R3 Blockchain pour expérimenter ces technologies en évolution.

Rwanda

Rwanda

Blockchain

Le Sommet Transform Africa à Kigali, au Rwanda, auquel ont participé plus de 4 000 délégués, dont des chefs d’État, des sociétés de technologie, des experts de la chaîne de production, des régulateurs gouvernementaux, des sociétés d’IA, des banques d’investissement et des sociétés de capital-risque, s’est tenu récemment du 7 au 10 mai.
La diversité de la participation avec des représentants des secteurs public et privé et le thème de la conférence, ” Accélérer le marché numérique unique africain “, est exemplaire de l’effort collectif des dirigeants pour s’assurer que l’Afrique n’est pas laissée pour compte dans la révolution numérique à venir.

La Banque nationale du Rwanda a publié plus tôt cette année un document détaillant la position de la banque sur les cryptomonnaies et les risques potentiels associés au nouveau marché de la cryptomonnaie par rapport aux institutions financières établies. La banque a conclu que ses préparatifs en vue de l’adoption des cryptomonnaies comprennent la création et la réglementation d’une monnaie appartenant à la banque.

La plateforme de paiement en ligne basée au Kenya, Bitpesa, s’est étendue à l’Afrique de l’Est depuis sa création fin 2013, mais la tendance aux cryptomonnaies n’a pas été confrontée à une réponse réglementaire des gouvernements de la région. L’avertissement de la Banque nationale du Rwanda, cependant, prouve que les autorités monétaires de ces pays se préparent à la prochaine vague technologique.

Zimbabwe

Zimbabwe

Blockchain

À la fin de l’année dernière, la banque centrale du Zimbabwe, la Reserve Bank of Zimbabwe, a annoncé que le bitcoin n’est pas considéré comme une monnaie légale. Pendant une période marquée par des turbulences politiques, la banque prétend s’engager dans la recherche et le développement de réglementations possibles pour les marchés des cryptomonnaies mais l’avenir de Bitcoin est encore incertain car il n’y a pas eu de réglementations proposées.

L’annonce de la banque centrale est intervenue quelques jours après qu’un coup d’État militaire eut renversé avec succès le gouvernement zimbabwéen, provoquant une hausse de 10 % du prix de Bitcoin sur Golix, le plus grand marché de cryptomonnaies du pays.

Golix aurait ouvert des guichets automatiques Bitcoin dans la capitale et les aurait chargés de dollars américains le mois dernier. Le Zimbabwe a enregistré certains des pires niveaux d’inflation de l’histoire moderne et a récemment abandonné sa monnaie nationale pour un système multidevises qui dépend fortement du dollar américain.

Tanzanie

Tanzanie

Les observateurs ont pris note de la croissance de Bitcoin en Tanzanie lorsque le volume des transactions sur le marché boursier, LocalBitcoins, a atteint un pic l’été dernier. L’augmentation de l’utilisation de Bitcoin en Tanzanie est un indicateur significatif de l’expansion des cryptomonnaies.

La Banque centrale de Tanzanie a commenté la récente flambée des prix du bitcoin en mars en l’associant à la spéculation du marché, et a mis en garde les investisseurs qui achètent et vendent sur ce marché à haut risque. Bitcoin a d’abord attiré l’attention de la banque en décembre dernier, et depuis, elle étudie attentivement Bitcoin afin de créer une réglementation viable à l’avenir.

Le gouvernement tanzanien n’a pas officiellement interdit les cryptomonnaies, et la communauté crypto du pays attend les directives réglementaires de la banque et d’autres régulateurs régionaux.

Botswana

Botswana

Blockchain

Bien qu’il n’y ait pas d’échange de Bitcoin au Botswana, le pays maintient une petite mais active cryptomonnaie et une communauté pro-blockchain. Beaucoup de commerçants se rendent dans des pays voisins comme l’Afrique du Sud pour utiliser les exchanges, distributeurs automatiques, ou utiliser des groupes de commerce en ligne.

Cependant, les Botswanais se sont intéressés à Blockchain et ont tenu le tout premier sommet Bitcoin et Blockchain en 2016. Le pays compte actuellement trois startups blockchain, toutes destinées à répondre aux besoins d’une population en grande partie non bancarisée.

La Banque du Botswana n’a émis aucune réglementation pour le marché et, à la fin de 2017, a affirmé qu’elle n’avait aucun intérêt à étudier les cryptomonnaies en général.

Ghana

Ghana

Blockchain

En 2015, la Fondation Bill et Melinda Gates a fait don d’une subvention de recherche à une startup ghanéenne, Bitsoko, dont l’objectif est de promouvoir l’acceptation de l’argent mobile pour un usage quotidien et de fournir un système de paiement transfrontalier efficace et bon marché.

Cependant, les banques ghanéennes limitent l’utilisation des cryptomonnaies par crainte de leur utilisation frauduleuses, comme le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

La banque centrale du Ghana a annoncé plus tôt cette année que Bitcoin n’est pas légalement reconnu, mais a fait allusion à un intérêt pour la technologie blockchain pour améliorer les systèmes de paiement et de règlement.

Maroc

Maroc

L’Autorité marocaine des changes et la banque centrale ont officiellement interdit les transactions en cryptomonnaies à la fin de 2017, et l’envoi et la réception de paiements est passible d’une amende. L’Autorité des changes a insisté sur le fait que tous les paiements étrangers doivent passer par des intermédiaires autorisés et la banque centrale.

Algerie

Algérie

Le Congrès national du peuple d’Algérie a proposé un projet de loi de finances à la fin de 2017 qui déclarera illégale l’utilisation et la propriété de Bitcoin si elle est promulguée.

D’autres dispositions du projet de loi traitent de la possibilité que des cryptomonnaies soient utilisées pour des activités illégales, comme le trafic de drogue et l’évasion fiscale, ce qui est probablement une source de préoccupation importante de la part du gouvernement.

Ethiopie

Éthiopie

Blockchain

Le ministère éthiopien de la science et de la technologie a signé un accord avec la startup Cardano au début du mois. Le protocole d’accord signé par les deux parties vise à guider le développement de la chaîne de production et la formation pour l’industrie agro-technique du pays.

Plus précisément, le ministère collaborerait avec Cardano pour créer une application blockchain pour les expéditions de café, la plus grande exportation du pays.

Sierra_Leone

Sierra Leone

Blockchain

Le battage médiatique s’est centré sur la possibilité que le Sierra Leone ait utilisé la technologie blockchain pour comptabiliser les votes lors de la dernière élection présidentielle et s’est terminé par des déceptions et des allégations.

La Commission électorale nationale a répondu à la spéculation des médias et a nié avoir utilisé la société de technologie de vote Agora pour les élections nationales. Agora a également répondu en disant qu’elle jouait un rôle légitime en tant qu’observateur international, mais qu’elle n’exerçait aucune fonction officielle en termes de résultats électoraux.

Sources : Cointelegraph || images from Shutterstock.com

PARTAGER
Yanis
Blockchain believer et crypto investisseur depuis 2013, je suis chargé de rédactions et d'interviews pour Journalducoin. Mon objectif est de contribuer à la promotion et au développement des protocoles blockchain en France. Retrouvez mes articles quotidiennement pour ne manquer aucune crypto news !

15 Commentaires

  1. J’ai eu la chance de me rendre en Côte d’Ivoire (Abidjan) afin de participer à l’Africa Web Festival en décembre. J’ai pu constater sur place le décalage entre le potentiel – réel – de l’Afrique en matière d’IT / crypto et la situation réelle, qui n’incite pas à croire en une démocratisation à court ou moyen terme…

    Un compte rendu est dispo ici pour les curieux [https://bit.ly/2KFMI7s].

    Cela étant dit, merci au JDC de nous faire partager des infos d’autres régions du monde, c’est rafraîchissant !

  2. Bonjour, Je suis emile parfait SIMB, Promoteur de la MAISON DU BITCOIN au Cameroun,
    Je viens egalement mentionner ici que le Cameroun fait aussi partir de la liste des pays Africains ayant adoptés la Crypto monnaie.
    En Amars 2018; j’ai crée le tout premier restaurant en Afrique Centrale acceptant les paiements en bitcoin, l’ouverture sollennel à été présidé par le représentant du Gouverneur de la Region du Littoral. Suivent la vidéo: https://youtu.be/btck3hSC8c0 , une cérémonie qui a été reliée par la chaine de television publique; https://youtu.be/48ebAzoqStM , je voudrais que Journal du coin prenne connaissance de ces information, en visitant mon site que voici; http://www.liyeplimal.net

  3. Je suis Coach Paul Nken Formateur des membres de Liyeplimal chez Emile Parfait Simb, charge de l’information Cryptomonnaie et Partenaire de Xolali Zigah de Coinmunity en France.
    Nous avons pris le train avec un leger retard mais l’Afrique ne tardera pas a se ratrapper avec une vraie cryptomonnaie et la mise en place des lois qui vont assainir et encadrer les transactions de cryptomonnaie en Afrque.
    Je felicite mon ami Noah a Yaounde Expert Financier, Simb Emile le promoteur du restaurant Liyeplimal et Xolali Zigah de Coinmunty France et toute son equipe qui nous soutiennent et nous enseignent pour savoir faire des plus values avec le Trading du Bitcoin et autres Altcoins. Dans les prochaines semaines nous auront en Afrique les ”Journees Africaines de la Blockchain- cryptomonnaie -Bitcoin”. Un cadre qui sera a mesure de bien nous reveler les bienfaits de la Revolution Financiere en cours impulsee par la technologie Blockchain creee en 2008 par Satoshi Nakamoto suite a la crise fina’ciere des subprimes.

    • Bonjour H.T, merci pour votre retour ! En effet, il semble que les transactions de cryptomonnaies soient possible au Ghana entre particuliers, malheureusement la banque centrale Ghanéenne ne reconnaît pas légalement le bitcoin, notamment en raison des craintes liés à l’utilisation frauduleuse qu’il peut permettre (blanchiment, ou encore financement du terrorisme). Espérons que cette prise de position se nuance au fil du temps !

        • Il y a 4 acteurs qui participent à l’évolution de Bitcoin.
          – Les développeurs
          – Les entreprises
          – Les utilisateurs
          – Les investisseurs

          Y réfléchir en commençant par là ne me semble pas une mauvaise idée 👍

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.