L’idée du gouverneur de la Banque d’Angleterre pour en finir avec le dollar

Trading du CoinTrading du Coin
5
(1)

Le gouverneur de la banque centrale britannique Mark Carney plaide la cause d’une Monnaie Digitale de Banque Centrale à vocation mondiale pour remplacer le dollar dans les échanges internationaux.

Largement inspirée de la Libra de Facebook et rebaptisée “Devise Synthétique Hégémonique”, cette monnaie aurait vocation à reprendre le concept d’une monnaie globale… tout en permettant aux banques centrales de demeurer au centre du jeu monétaire.

La révélation de Mark Carney

Lorsque Mark Zuckerberg se déplace en personne à Londres le 24 mai dernier pour rencontrer en tête à tête Mark Carney, gouverneur de la banque centrale britannique, il a probablement conscience du fait que la tâche sera difficile : convaincre un des argentiers européens les plus influents de tout l’intérêt de la future monnaie numérique que le géant des réseaux sociaux ambitionne de proposer au monde. Celle-ci, qu’on appelle encore alors le Global Coin, devra surtout être présentée de manière à rassurer M. Carney et lui faire comprendre que la future monnaie privée se conformera aux bons usages monétaires et ne représentera pas une concurrence frontale pour les monnaies nationales.

Carney prend acte. En bon banquier central, il n’a jamais manifesté un amour immodéré pour les monnaies cryptographiques, encore moins pour la plus influente d’entre-elle, le Bitcoin :

« La raison la plus fondamentale de se montrer sceptique quant à la valeur à long terme des cryptomonnaies est que l’on ne sait pas dans quelle mesure elles deviendront un jour des moyens d’échange efficaces ». Mark Carney, interview du 2 mars 2018 par Business Insider

Mais étonnamment, le gouverneur va réserver un accueil plutôt favorable au projet de Facebook, rappelant que si cette monnaie devait se conformer à des standards élevés en terme de conformité réglementaire, elle proposait cependant une bonne proposition de valeur s’agissant des paiements transfrontaliers et de l’inclusion financière.

Rebelote au G7 Finance de juillet dernier à Chantilly (France). On rappellera que le Ministre français des Finances Bruno Lemaire avait fait de la mise en place d’une Task Force sur le sujet des monnaies privées des GAFAM une priorité de ce sommet. A cette occasion, Mark Carney ne se rangera pas du côté des pourfendeurs de l’initiative de Facebook, quelques semaines à peine après l’annonce des lancements des projets de la Fondation Libra et du portefeuille Calibra.

En somme, on pourra s’étonner de la posture du gouverneur de la banque centrale britannique, dont les prises de positions sur le sujet ont toujours été modérées, laissant la porte entrouverte à toutes les options pour l’avenir.

Or, certaines récentes déclarations de Mark Carney viennent peut-être d’éclairer d’un jour nouveau cette apparente bienveillance : Le gouverneur appellerait de ses vœux une monnaie numérique globale, très inspirée de Libra… mais sans Libra ! 

Un concept avec un air de déjà-vu

S’exprimant à l’occasion de la réunion annuelle de la Réserve Fédérale Américaine à Jackson Hole (Wyoming), Mark Carney a fait part de sa conviction : le statut du dollar en tant que réserve de valeur mondiale n’est plus soutenable. Il est donc indispensable que les banques centrales coordonnent leurs efforts pour mettre en place une alternative solide et globale, à l’aide des nouvelles technologies financières. Et pour ce faire, les Banques d’Etats devraient rien moins que s’inspirer du projet Libra de Facebook !

Mark Zuckerberg a t-il tressailli dans son sommeil à cette annonce ? Difficile en tout cas de ne pas discerner toute l’ironie de la situation. En effet, le projet Libra n’a jamais été autant sous les feus nourris des régulateurs de tout poils alors même qu’en parallèle les banques centrales s’accaparent concepts et technologies. On rappellera notamment que même la banque centrale chinoise a récemment reconnu que l’accélération de son propre programme de monnaie numérique était intrinsèquement liée à la possible émergence du stablecoin de Facebook.

De la monnaie globale à la devise hégémonique

La sémantique est une chose importante. Bitcoin, les cryptomonnaies, la blockchain… Autant de concepts qu’il est difficile de valoriser aujourd’hui, tant certains acteurs économiques et financier majeurs les décrivent depuis une décennie comme au mieux inutiles, et au pire bien trop souvent liés à des activités illicites.

Le gouverneur a ainsi décidé de présenter son concept assorti d’un nom de baptême.

Le terme « Global Coin » vous semblait un peu effrayant ? Découvrez la Devise Synthétique Hégémonique (Synthetic Hegemonic Currency – SHC).

Le gouverneur Carney, un temps pressenti pour prendre la tête du FMI (Fond Monétaire International) après une décennie à son poste, termine son mandat dans quelques mois. L’histoire retiendra peut-être qu’il aura été à l’origine de la mise en place de la digitalisation monétaire globale. 

La peur demeurant l’un des meilleurs accélérateurs de décisions, Mark Carney a également martelé le fait qu’il convenait d’agir vite. A défaut, les pays occidentaux pourraient en effet se réveiller rapidement dans un monde dont la monnaie principale de réserve serait devenu le Yuan chinois.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 1

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Avatar
Crypto-enthousiaste, Polynésien de cœur vivant à Tahiti, Hellmouth Banner anime la page TahitiCryptomonnaies. "Après 10 ans dans le Pacifique Sud, je suis convaincu que les peuples du Pacifique Sud nous montrerons des chemins inédits à suivre, y compris dans les Nouvelles Technologies".

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici