Goldman Sachs Matta

Plateforme de crypto-trading de Goldman Sachs : les mots « fake news » sont lancés

Trading du CoinTrading du Coin

Nous vous rapportions hier que la plateforme de trading de Goldman Sachs n’était toujours pas arrivée, alors qu’elle était annoncée sous 6 mois par tous les médias en décembre dernier (elle aurait donc dû sortir dès juin). On apprend aujourd’hui que ceux qui qualifiaient cela « d’abandon du projet » auraient propagé une « fake news » (terme très à la mode en ce moment).

L’importance de Goldman Sachs, toujours montée en épingle

Manifestement, que ce soit en décembre 2017 ou hier, certains titres de médias étaient exagérés ou trop optimistes/pessimistes sur les intentions de Goldman Sachs.

Bloomberg était fier d’annoncer un « scoop » le 21 décembre 2017 : « Goldman met en place un bureau de trading de cryptomonnaie » (le temps utilisé dans le titre était même le présent !), et le lendemain en France, Les Echos titraient « Goldman Sachs, première banque à se lancer dans le trading de bitcoin ».

Tous les médias concordaient sur une période de 6 mois, certains parlant donc de juin 2018 pour voir mis en place ce trading de cryptos signé Goldman Sachs.

Etant donné l’absence de résultat manifeste, de nombreux médias se sont demandé si cela serait dû à un désintérêt de Goldman Sachs pour les cryptomonnaies. Il n’en fallait pas plus pour créer une bombe médiatique.

Les propos de Michael DuVally (porte-parole de Goldman Sachs) pour Reuters étaient à l’origine : « À ce stade, nous ne sommes pas arrivés à une conclusion sur la portée de notre offre d’actifs numériques ».

Il est effectivement évident qu’il y a un retard, ou un report indéfini (sans date précise), de la réelle mise en place de ce bureau de change crypto par la méga-banque, mais le mot « abandon » a été utilisé pour qualifier le projet par certains médias en quête de sensationnalisme.

Déclarer que l’abandon du projet est une fake news : un moyen de noyer le poisson sur le retard bien réel ?

Goldman Sachs a fait une promesse en l’air, et tout ce que l’on retiendra, ce n’est pas que la méga-banque a pris du retard sur son projet, mais que son « abandon » est une fausse information, d’après les propos même de Martin Chavez, CFO (Chief Financial Officer) de Goldman Sachs :

« Je pense que l’une des choses merveilleuses à propos de nous est qu’on écrit beaucoup à notre sujet. Je n’ai jamais pensé que je m’entendrais utiliser ce terme mais je dois vraiment décrire cette nouvelle comme une Fake news. »

Et Martin Chavez rajoute selon CNBC :

« Le Bitcoin physique est quelque chose d’extrêmement intéressant, et d’extrêmement compliqué. Du point de vue de la garde (custody), nous ne voyons pas encore de solution de garde de qualité institutionnelle pour Bitcoin, nous souhaitons que cela existe et c’est un long chemin. »

Autrement dit, nous étions sûrement les plus proches de la vérité en disant dans notre précédent article que la plateforme de trading de Goldman Sachs serait « reportée aux calendes grecques ». Car même si parler « d’abandon » est exagéré et sensationnaliste, il reste que Goldman Sachs – tout comme la SEC avec les ETF – refuse de se brûler les mains avec les cryptomonnaies, mieux vaut attendre et jouer la montre, manifestement.

Sources : CoinTelegraph ; Bloomberg ; FinanceMagnates || Image from Shutterstock

RECEVEZ NOS OPPORTUNITéS CRYPTOS

Vous pouvez encore recevoir gratuitement nos analyses exclusives en privé :

PARTAGER
Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.