Craig-Wright_Justice-1

Consultation de la CFTC : Craig Wright répond “Ethereum est une pauvre copie de Bitcoin”

Trading du CoinTrading du Coin

Début décembre, une consultation publique au sujet d’Ethereum (ETH) avait été lancée par la CFTC (Commodity Futures Trading Commission). Un des acteurs les plus controversés de la cryptosphère, Craig Wright (alias “Fake Satoshi” pour certains), a apporté sa contribution personnelle à cette consultation. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est très critique !

Craig-Wright-Satoshi

La contribution de Craig Wright – scientifique en chef de nChain et fervent supporter du Bitcoin Satoshi Vision (BSV) – est visible ici, sur le site de la CFTC.

Nous passerons rapidement sur sa présentation personnelle, qui va faire grincer des dents les supporters de Bitcoin (BTC) avec cette phrase : « Je suis le Dr Craig Wright et sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto (…) ».

Sa contribution est une charge violente contre le projet Ethereum. Dans le document PDF joint à son commentaire, Craig Wright qualifie Ethereum de « pauvre copie mal conçue de Bitcoin », ce qui est représentatif du ton général de sa contribution.

Il considère également que le réseau Ethereum « a déjà atteint ses limites informatiques », et qu’il ne serait pas évolutif (certainement en allusion à la taille de bloc infinie du BSV).

Quant à la décentralisation et la gouvernance d’Ethereum, l’homme qui a provoqué le nouveau schisme de Bitcoin Cash (BCH) avec sa volonté d’apporter (d’imposer ?) le Bitcoin Satoshi Vision devrait se faire discret, mais ce n’est pas du tout le cas :

« Le modèle de gouvernance d’Ethereum est contrôlé par un groupe central, qui utilise des déclarations trompeuses disant qu’ils sont décentralisés, pour couvrir la création frauduleuse d’une valeur mobilière numérique [digital security]. Tous les choix sont faits par un groupe central ».

Même si cette déclaration est une illustration parfaite de l’expression “c’est l’hôpital qui se moque de la charité”, force est de reconnaître que l’évolution d’Ethereum repose effectivement sur un nombre assez réduit de développeurs. Mais la vraie question est : quel projet crypto ne repose pas actuellement sur des équipes assez réduites ? Cela n’en fait pas pour autant automatiquement des securities, pas sur ce seul critère du moins, n’en déplaise à Craig Wright.

PARTAGER
Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

6 Commentaires

  1. Le gars à une réputation auprès des développeurs blockchain mais il est très loin d’être un abruti.

    Voilà la chaîne Medium du bonhomme, pour comprendre les recherches et instruire le “public”, pour les non-bilingues et donc pour traduire je suggère google chrome + extension google traduction ou deepl.com

    https://medium.com/@craig_10243

    Son twitter est: https://twitter.com/ProfFaustus accès privé, cela dit, il accepte tout le monde si vous en faite la demande sauf si vous devenez insultant le gars exclu direct … Il y poste des informations cohérentes très régulièrement et des idées innovantes toutes les semaines.

    Un de ses brevets contre Jp Morgan bank coin et d’autres (copies ?) :

    https://github.com/bitcoin-sv/bitcoin-sv/files/2859947/WO2017145048A1.pdf
    https://github.com/bitcoin-sv/bitcoin-sv/files/2859948/EP3295350B1.pdf
    https://github.com/bitcoin-sv/bitcoin-sv/files/2859949/US20190043048A1.pdf
    https://patents.google.com/patent/WO2017145048A1/en
    https://patents.google.com/patent/WO2017145048A1/fr

    Il reste + de 1242 brevets en cours de délivrance concernant des idées et la blockchain, oui c’est du lourd.

    L’une de ses première action consiste visiblement à “freiner” JP Morgan banque […] légalement.

    Un de ses message est de rendre la blockchain universelle dans son application pour permettre de déployer des systèmes incorruptibles auprès des entreprises et des administrations. […]

    Voici un exemple synthétisé d’une de ses communication :
    “Dans presque tous les pays, on dit en plaisantant que les gouvernements au pouvoir sont inefficaces et, dans de nombreux cas, gaspillent leurs ressources. Vers la fin de l’exercice, les ministères dépenseront plus d’argent que prévu pour maintenir ou augmenter leurs affectations budgétaires, dépenseront inutilement et coûteront énormément d’argent aux contribuables. Pour palier ceci, concevez la création d’un gouvernement en tant que service; et qui comprend un ensemble d’applications capables de fournir une chaîne de blocs à un certain nombre de services gérés par le gouvernement. La technologie de la chaîne de blocage peut rendre les gouvernements “extrêmement efficaces, peu coûteux et incapables de se corrompre eux-mêmes”.

    Tous les pays pourraient vraiment bénéficier de la nouvelle conception d’un gouvernement sans failles et incorruptible qu’avec six ordinateurs portables il est possible de créer non seulement une société fonctionnelle, mais aussi une société avec les systèmes gouvernementaux les plus avancés dans le monde”. Il est tout à fait possible de créer une banque centrale universelle sur Internet. Tout le monde télécharge une application gratuite et vous obtenez soudainement le système monétaire le plus avancé de la planète pour un coût d’énergie considérablement réduit grâce à la technologie Bitcoin SV qui peut être audité, offrir une confidentialité (levable) et est un système de preuve immuable, un registre qui empêche la fraude dans lequel chaque nœud pourrait remplacer le système comptable et financier global entier dès maintenant !”.

    Voici une chaîne de l’une de ses allocutions: https://www.youtube.com/watch?v=5rgaU3sd-zE

    Après qu’on n’aime pas le personnage ou ses idées c’est a chacun de choisir.

    Bonne découverte !

  2. Désolé, Rémy, mais je trouve ton billet particulièrement malhonnête, ou alors tu ne comprends pas toi même ce que tu écrit.
    Je ne ferait pas de commentaire sur Craig Whrigt, mais ce qu’il écrit dans l’extrait que tu cites est parfaitement exact : Ethereum est centralisé (mentionné 3 fois dans sa citation) et ne peux absolument pas prétendre au qualificatif “décentralisé”. Bitcoin est décentralisé.
    Dans cette citation, Craig Whright ne fait nullement allusion au nombre petit ou grand de développeurs : il affirme avec justesse que ces développeurs sont sous la gouvernance d’une hiérarchie que la communauté Ethereum n’a pas choisie et n’a pas le pouvoir de modifier.
    Ce n’est pas en semant le doute avec ta question “quel projet crypto ne repose pas actuellement sur des équipes assez réduites” que tu peux t’opposer à la critique de Craig Whright : la centralisation du pouvoir autour de Ethereum, sa centralisation, comme pour toute crypto, n’est pas une question de nombre de développeurs. C’est une question de gouvernance.
    Il y a très peu de cryptos vraiment décentralisées : Bitcoin, bien sur, mais aussi BTCz, pour sa version protection de la vie privée… et quelques rares autres (mais vérifiez bien tout de même dans les détails, nombre de cryptos centralisées cachent cette tare afin de pouvoir se comparer à Bitcoin).

  3. Tfacon, CSW est un gros mytho qui passe sa vie sur tweeter à basher tout ce qui n’ est pas son BSV et à bloquer tous ceux qui ne sont pas d accord avec lui. Faudrait ne plus faire attention à lui, et le laisser délirer avec son pote Calvin.

  4. VOICI LA TRADUCTION DE LA LETTRE QUE VOUS CITEZ CFTC (pour bien comprendre le contexte)

    https://comments.cftc.gov/PublicComments/ViewComment.aspx?id=61969

    RFI virtuelle
    Soumission ICO, produits de base, etc.
    Ceci est une réponse en format généralisé à la Commodity Futures Trading Commission,
    demande de contribution sur la mécanique des actifs cryptographiques et les marchés. Je m’appelle Craig Wright et sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, j’ai terminé un projet que j’ai commencé en 1997
    qui a été déposé auprès du gouvernement australien en partie dans le cadre d’un projet AusIndustry enregistré auprès du département de l’innovation sous le nom BlackNet.
    La quantité d’informations erronées et fallacieuses qui ont été propagées concernant Bitcoin et tout système dérivé basé sur une blockchain (telle que et y compris Ethereum) a amené mon choix à devenir plus public. Le système que j’ai créé a été conçu en partie pour mettre fin à la fraude aussi bien que cela peut être fait avec la technologie. Le manque de compréhension sur le fonctionnement des blockchains a entraîné
    dans la désinformation généralisée et la diffusion de vieilles escroqueries. Beaucoup des anciens
    Les escroqueries USENET et Web IPO ont été propagées avec le re-badging en tant que ICO.
    Je compte me rendre disponible pour des interrogations auprès de la CFTC en dehors du cadre de la présente réponse. Je note en particulier que lorsque je parle de bitcoin et d’autres systèmes, je fais référence à ce qui a été défini dans le livre blanc original et la publication du code.
    Dans toute itération de Bitcoin et Ethereum, la nature du système est celle d’un groupe de
    entreprises cherchant un paiement en réponse à l’application active des règles. Notez, quand un
    le système a été modifié par une fourche pour introduire de nouvelles règles l’effet est d’un air
    aux détenteurs antérieurs de l’actif numérique. En cela, les parties reçoivent généralement une
    montant équivalent du nouvel actif. Il y a eu beaucoup de fraude fausse déclaration concernant la promotion du terme décentralisé. Les cryptomonnaies ne sont décentralisées que de la même manière que tout actif est décentralisé. Tout les actifs, y compris bitcoin, sont émis par une seule partie ou un groupe.
    Les mineurs n’agissent pas en tant qu’émetteurs. La question d’une crypto-monnaie numérique telle que Bitcoin ou Ethereum se produit lorsque le produit est lancé. Toute modification des règles de ce système doit être considéré comme la création d’un tout nouveau système conçu pour imiter l’original et pour émettre des quantités équivalentes d’un jeton aux parties qui détiennent à l’origine cet ancien actif. Dans le réseau Ethereum, moins de 20 nœuds contrôlent l’ensemble du système. En cela, je discute de la situation en mettant l’accent sur Bitcoin, car c’est un protocole et quand occurrence, l’existence de protocoles multiples ne forme pas un équilibre stable.

    Compensation et règlement
    Bitcoin (et Blockchain en général) modifient la méthode de négociation. L’utilisation de
    Bitcoin agit pour éliminer la nécessité d’un intermédiaire ou d’un intermédiaire. Ce système intermédiaire
    est la fonction de règlement et de compensation. Dans le passé, une transaction était généralement conclue en deux phases, la première phase consistant à accord pour acheter et vendre. En Bitcoin, il s’agit de l’aspect du système entre utilisateurs. Un particulier ou une entreprise peut traiter avec un autre particulier ou même un échange. Cela permet de l’échange homogène et intégré de biens numériques et même d’articles à jetons, y compris titres. Cela ne diffère en aucun cas d’un système financier ou commercial existant. À l’heure actuelle, les ventes les courtiers électroniques sont conduits en utilisant le mouvement des jetons numériques. Bitcoin diffère en ce qu’il résout des problèmes avec la deuxième couche de ce système; la clairière et règlement.
    L’existence de chambres de compensation permet d’assurer que l’échange entre pairs n’entraîne pas le “double dépenses “d’un bien numérique (ou jeton).
    L’aspect où Bitcoin a résolu un problème réside dans le règlement d’un échange. Dans la vente,
    Alice et Bob sont d’accord pour échanger 100 articles d’un bien numérique particulier, disent qu’Alice veut échanger un jeton qui a une valeur en USD pour une action détenue par Bob.
    Cet accord est une promesse réciproque de livrer et de payer. C’est là que Bitcoin et le concept de ” Blockchain “entrent en jeu. Cette prochaine phase qui est dénommé règlement. Un échange commercial effectué dans une banque ou un échange est créé à partir d’un
    combinaison de ces deux états combinés. Les parties procèdent à un échange contractuel et
    promettent de livrer une quantité précieuse d’objets marqués et ils seront ensuite exécutés (c’est-à-dire,
    les parties) les accords qui ont été conclus.
    En général, nous trouvons des intermédiaires qui facilitent et agissent pour compléter chaque phase. Un pair
    transaction comprendrait une vente directe ou un marché de gré à gré sans intermédiaire. Avec ICO basé
    ventes de jetons, ce n’est pas différent. Les ventes d’un ICO ou d’un autre jeton sont effectuées soit par un
    intermédiaire ou en échange direct. Encore une fois, cette exécution est équivalente à la vente de
    marchandises de marchandise et se reflète dans l’échange de tous les titres et autres
    argent ou note. Une banque émettant une “” lettre de crédit “” et facilite le paiement ultérieur de
    bénéficiaire lorsque les documents conformes sont soumis à l’échange.
    Ceci s’applique aux marchands de commissions de contrats à terme, aux bourses d’actions et à tout
    n’implique pas le troc direct d’une marchandise contre une autre.
    On peut appeler ces phases, le front-end où un marché pour le jeton (que ce soit une action, un lien ou
    la marchandise est échangée). L’utilisation de registres électroniques et d’échange n’est pas nouvelle. À l’heure actuelle, le
    la dématérialisation des obligations et des actions est effectivement achevée. Ces enregistrements sur un ordinateur
    base de données sont des jetons. À l’heure actuelle, l’utilisation de jetons est répandue et date du déménagement
    vers le commerce électronique à partir des années 1980. Les marchés sont gérés par le commerce électronique
    les plates-formes avec des traders de marché ayant été remplacées par des canaux de communication électroniques le
    NYSE, CME et autres, sont des marchés qui échangent des jetons d’une manière analogue à tout
    échange “crypto”.
    Bitcoin (ou tout autre “Blockchain”) ne peut pas et ne remplace pas le processus frontal. le
    L’exécution des ordres d’achat et de vente est un tel processus en amont. Bitcoin (comme avec tous les “Blockchains”)
    facilite la suppression de classes sélectionnées d’intermédiaires “back-end”.
    Les ordres qui ont été conclus dans le back-end sont transférés dans la phase suivante pour
    “” règlement “. Il s’agit du processus contrôlé par les” mineurs “” ou les nœuds d’une Blockchain.
    Les mineurs agissent comme une chambre de compensation distribuée et une fonction de règlement. Pour un actif numérique, le
    le transfert effectif des actifs peut être conclu et réglé. Pour les produits qui ont été
    titrisés et échangés à titre de jeton, le règlement des promesses transférées peut être
    exécuté sur une blockchain, mais le règlement final des marchandises physiques nécessite toujours une fonction de règlement d’arrière-plan.
    Lorsque des actifs financiers, des actions et des valeurs sont échangés, la blockchain agit pour éliminer
    nécessité d’une fonction de chambre de compensation officielle.
    Il s’agit du back-end, et le transfert effectif d’actifs symboliques ou désignés électroniquement est
    une chaîne de chaînes sous la même forme qu’un centre d’échange dans le cadre de l’échange de
    actifs financiers symbolisés (tous les actifs proposés électroniquement sont des jetons. C’est une condition
    qui existe depuis les années 1980).
    La fonction de l’intermédiaire principal est de s’assurer que le transfert des droits a bien été effectué.
    terminé. L’investisseur échange un actif avec un autre investisseur contre un actif convenu
    sera assuré d’avoir reçu par les deux parties, c’est-à-dire que tous les échanges et les fonds auront
    effacé et réglé.
    Cette fonction d’arrière-plan est négligée et sort généralement du cadre de la notification pour
    beaucoup / la plupart dans le grand public.
    La fonction finale consiste à s’assurer que les droits acquis par les investisseurs sont émis
    sans se préoccuper de la qualité, de la qualité marchande, de la liquidité ou du risque de ces actifs. Le back-end
    fournit les mécanismes pour échanger également des obligations indésirables ou des actions penny également
    échange d’obligations souveraines notées AAA ou d’actions de sociétés de niveau S & P500.
    La blockchain, comme les intermédiaires de règlement, est un simple mécanisme permettant de garantir que
    Les investisseurs qui ont effectué un échange reçoivent les droits sur ce qu’ils ont échangé.
    Bitcoin, et en fait, toute Blockchain joue le rôle d’intermédiaire principal.
    Les dépositaires centraux, y compris la Depository Trust Company (DTC), Central
    Contreparties, y compris la chambre de compensation CME, le système de transfert de fonds de grande valeur
    (LVFTS) et les banques de la Réserve fédérale américaine sont les entités qu’une Blockchain remplace.
    Aucune de ces entités d’arrière-plan n’exploite un marché de négociation. Ils agissent pour fournir le
    plomberie qui sous-tend les métiers et prendre les métiers exécutés dans le front-end et assurer
    sont réglés et que les droits et / ou les actifs sont livrés entre les parties dans le
    Commerce.
    Bitcoin ne remplace en aucun cas la fonction frontale. Il agit en complément pour permettre
    pour un moyen plus simple, plus rentable et économiquement viable de compléter le frond-end
    métiers.
    Bitcoin (et toute blockchain) ajoute une couche de données privées en rationalisant le processus principal. le
    L’erreur est que Bitcoin facilite la suppression de tous les intermédiaires, ce n’est pas et ne pourrait pas
    une blockchain espère tenir cette promesse agrandie. La rationalisation du back-end et
    la capacité de fournir une fonction globale intégrée et transparente de compensation et de règlement à tous
    les droits électroniques est une innovation plus que significative. L’idée que cela permet aux actions d’être
    négociés sans règles ou contrôles est simplement un appel de ceux qui cherchent à se livrer à “seau illégale
    magasin “activités avec une promotion fausse et invalide de la théorie du grand imbécile sous le couvert de
    “démocratiser la finance”. Comme on l’a noté, la chambre de compensation agit sans égard à la qualité de
    les actifs échangés. C’est simplement ainsi que N. Aubry (2008) a déclaré la plomberie financière de l’Europe.
    L’introduction d’une “blockchain” dans un système financier n’a aucun impact sur ou atténue,
    ou pour ce faire, élimine le besoin de réglementations et de contrôles de la fonction “” front-end “.
    En fait, Bitcoin simplifie la réglementation de tous les échanges effectués sur un marché financier.
    la possibilité d’ajouter une date définissant l’échange permet aux parties de simplifier la conformité
    et abaisse les coûts pour les marchés “frontaux” de la fourniture de services tout en réduisant les coûts pour les marchés “frontaux
    permettant simultanément aux parties à une bourse de régler plus rapidement et à moindre coût. Le
    Il en résulte une accélération des échanges et des échanges tant nationaux que mondiaux.
    Nous pouvons illustrer ce processus comme suit. Si nous prenons un échange hypothétique en USD pour Apple
    entre Alice et Bob, nous pouvons parvenir à un accord où Alice achètera 1 000
    des actions d’Apple Corp de Bob à un prix de 150 $US l’action. Cet échange est terminé
    sur le back-end après qu’il ait été convenu sur le front-end. Le système frontal, l’installation de gré à gré ou le
    l’échange d’actions ne change en rien du fait de l’introduction d’une chaîne de blocs.
    Le processus est plus rapide et les parties s’entendent sans délai, mais le processus d’échange lui-même existe.
    en dehors de Bitcoin (ou de toute chaîne de blocage).
    Dans un scénario traditionnel, les fonctions de chambre de compensation et de règlement-livraison permettront à Alice
    dépose les 150.000 USD requis et que BOB renonce à ses 1.000 actions Apple. Le
    le back-end s’assurera qu’Alice a les fonds disponibles et que les actions de Robert sont déposées.
    et détient les droits sur ces actions permettant la réalisation de l’échange.
    Bitcoin simplifie ce processus back-end. Cela permet à Alice de mettre ses fonds de côté et d’être placée
    dans une fonction de règlement, soit à titre d’administrateur, soit à titre d’échange atomique et pour faire vérifier les actifs de Bob.
    La nature pseudonyme du système signifie que les identités d’Alice et de Bob sont seulement connues
    l’une envers l’autre et envers toute partie liée à l’échange et à l’opération. L’identité de la
    Les parties peuvent être enregistrées de manière immuable sur la chaîne de blocs et tout changement de valeur peut être enregistré dans la chaîne de blocs.
    de la loi permettant de noter une opération sur actions si elle contrevient à la loi ou à d’autres lois et règlements.
    la réglementation.
    Bob et Alice s’installent simplement en quelques minutes et directement sans les coûts, les frais généraux et les déchets supplémentaires.
    d’une chambre de compensation tierce. C’est le processus introduit et mis en œuvre par Bitcoin et qui
    est copié par d’autres chaînes de blocs.
    Avant et arrière
    Le début d’un processus d’échange financier diffère grandement de celui de l’arrière-plan. Le
    Le processus initial comprend l’échange de contrats d’achat ou de vente de titres ou de marchandises.
    contrats. Le back-end est traditionnellement basé sur un système de portes fermées préétablies.
    relation. Cette relation existe sous la forme d’un compte qui est géré par le
    intermédiaire. Cet intermédiaire détient des droits et des obligations qui ne peuvent se rapporter à un moment précis
    et le contrat circonscrit à une transaction. Le front-end est donc un scénario intégrant un
    contrat conclu entre acheteurs et vendeurs.
    Le backend modifie une relation entre les parties intermédiaires. Par exemple, si Alice a vendu
    Les actions Apple utilisant Morgan Stanley, et Morgan Stanley crédite le compte de Bob de ces actions.
    l’échange en back-end a été un transfert de compte sur lequel Morgan Stanley a transféré des fonds.
    a porté au crédit de Robert le même montant qu’il a porté au débit du compte d’Alice. Alice a maintenant un solde plus bas
    détenu chez Morgan Stanley et Bob a une participation accrue.
    C’est le même processus que celui que la chaîne de blocs remplace. Au lieu que la fonction de compte soit
    complétée et vérifiée par Morgan Stanley dans leur centre d’échange d’informations sur Internet, Bitcoin permet à la
    Le ledger doit être mis à jour et géré directement.
    Un contrat intelligent ou même un simple modèle de transaction est négocié en dehors de la chaîne d’approvisionnement.
    est ensuite imputé à l’aide de la chaîne de blocage pour s’assurer que l’échange est valable (la vérification a lieu).
    en utilisant le processus d’exploitation minière) et qu’il n’y a pas eu de ” double dépense ” (par exemple, un faussaire).
    tenter de vendre le même certificat d’actions une deuxième fois).
    Bitcoin agit en tant que système back-end qui détient le certificat. L’utilisateur a un enregistrement qui est
    validé par l’utilisation d’un message signé cryptographiquement qui est enregistré sur le site Web du
    le grand livre.
    Bitcoin est une écriture une fois, lisez beaucoup de livres. Cela reflète de nombreuses bases de données comptables existantes. Si
    une erreur se produit, le ledger peut être modifié mais une transaction de contre-passation doit être écrite pour noter
    l’erreur.
    Dans le cas de l’action symbolique offerte par une société, si un tribunal constate qu’un échange d’actions particulier est
    invalide, telle qu’une vente à une partie restreinte, même sur un grand livre immuable, la société
    peut rectifier cela.
    Le processus consiste à émettre une annulation publique. Les parties à la transaction restent pseudonymes
    dans le monde entier, mais l’entreprise ou le groupe qui tient le grand livre et les registres publiera les documents suivants
    une opération de contre-passation.
    Si, par exemple, Alice vend 100 actions de Bob dans Apple, mais qu’un tribunal estime que les actions de Bob sont les suivantes
    s’il ne peut pas détenir en vertu de la loi, l’opération est annulée en invalidant l’opération.
    Si Robert ne signe pas l’opération pour permettre que cela se produise, la société émet simplement une révocation.
    officiellement sur le registre et maintenant, bien que Bob ait une entrée ” registre cryptographique “,
    l’entrée est n’est plus associé à aucun droit. Bob ne peut pas l’utiliser pour racheter une marchandise, il ne peut pas
    vendre cette vente comme toute vente sera également invalide et le registre notera en permanence que non seulement
    L’entrée de Bob, mais aussi tous les arbres de transactions créés à partir de cela sont maintenant invalides.
    La chaîne de blocs permet l’introduction d’un simple tableau de révocation. Si un certificat ou
    est annulée sans effet, ce qui donne lieu à une action en justice d’Alice contre la société.
    Bien que les enregistrements dans une chaîne de blocs soient immuables, ceci agit comme un ver de vase ou écrit une fois lu.
    de nombreux systèmes de comptes et ne laisse pas les documents inaltérables.
    Objectif et fonctionnalité
    1. Ether et le réseau associé que nous avons conçu et développé en raison d’un ensemble de contraintes
    imposée par le groupe de développeurs du noyau bitcoin. Bitcoin a toujours été conçu avec
    une capacité de scénarisation robuste et complète. Bitcoin est en fait Turing complète et complète
    sans les limites qu’il s’impose, est capable de faire plus que de l’éthéréum.
    sur le plan du calcul.
    a. Ethereum est un concept imparfait basé sur le bitcoin. Le concept est que tous les nœuds
    et des logiciels informatiques, ce qui les rend “décentralisés”. La réalité, c’est que
    cela limite simplement les calculs et arrête la mise à l’échelle.
    b. Le réseau Ethereum a déjà atteint ses limites informatiques. Comme il
    chaque utilisateur doit être répliqué par tous les autres utilisateurs.
    c. A l’inverse, Bitcoin peut laisser des vérifications simples sur la chaîne, ce qui permet à un système qui
    à l’échelle mondiale et en fournissant une méthode de calcul distribuée.
    d. La seule raison pour laquelle bitcoin a été mis à ne plus être à l’échelle et à rester à une échelle de
    la limite temporaire de 1 Mo a été de forcer les utilisateurs à s’éloigner du grand livre immuable.
    Le détournement de bitcoin a commencé avec l’échec de Silk Road. Depuis l’effondrement
    de ces marchés de médicaments et la prise de conscience que la chaîne de blocs immuables permet
    pour mieux tracer les fonds, les développeurs au sein de bitcoin ont
    a cherché d’autres moyens de forcer les gens à quitter la chaîne. Ceci est conduit au développement
    de sidechains et d’éclairs. Ces réseaux sont conçus de manière à permettre des échanges périodiques
    l’accroissement de l’anonymat grâce à la suppression de dossiers.
    e. Un système similaire, appelé plasma, est en cours de développement pour Ethereum.
    f. Le seul but de retirer ces documents de la chaîne est d’accroître la capacité à
    utiliser la cryptocurrence sur les sites Web sombres comme les marchés de la drogue.
    g. La question des contrats sur Ethereum est analogue à celle d’un groupe utilisant une Amazonie.
    Service de cloud computing et en attente des résultats. Le problème, c’est que chaque
    client d’Amazon aurait besoin d’exécuter le code de tous les autres clients sur un système
    simultanément.
    2. Ethereum est une copie mal conçue d’un bitcoin conçu dans le but de compléter
    la promesse de contrats et de scripts intelligents qui ont été livrés avec bitcoin, mais…
    qui ont été entravés par les principaux développeurs de bitcoin qui cherchaient à permettre à
    les transactions anonymes qui existent dans le système.
    3. Ce réseau a déjà atteint ses limites et n’est effectivement utilisé que pour lever des capitaux.
    en utilisant des ateliers de seaux illégaux qui sont conçus de telle manière qu’ils peuvent tromper les parties non techniques. Aucune technologie n’a été libérée dans Ethereum pour l’approvisionnement en
    de calcul ou d’ICO qui n’existaient pas auparavant et qui n’existaient pas de manière plus efficace.
    avant le lancement de ce réseau.
    4. En général, la plupart des parties déposent des documents pour rendre compte de la monnaie, en faisant valoir qu’il est difficile d’effectuer des paiements en espèces.
    record. C’est trompeur et faux. Toutes les cryptocurrencies sont incroyablement simples pour
    compte.
    5. Ce marché est peu échangé et facile à manipuler, et aucune donnée n’est digne de confiance.
    6. –
    Technologie –
    7. Ethereum est une copie de bitcoin avec une machine virtuelle et un langage de haut niveau construit.
    autour d’elle. C’est une mauvaise copie en ce sens qu’elle ne peut pas être validée sans avoir tous les nœuds.
    exécuter tous les calculs, ce qui limite la capacité de mise à l’échelle et réduit son utilité.
    8. L’éthéréum ne peut pas s’écailler. Si 10 personnes cherchent à exécuter 10 applications, les 10 nœuds auront tous les 10 nœuds.
    pour exécuter ces applications. Si 1 million de personnes exécutent 1 million d’applications, toutes les applications de 1 million d’utilisateurs.
    devront exécuter simultanément toutes les applications. Il s’agit d’un effet global
    ordinateur qui est copié 1 million de fois. Dans bitcoin, les nœuds sont seulement requis pour
    valider le résultat et des oracles peuvent être mis en place permettant une mise à l’échelle infinie.
    9. J’ai testé l’équivalent d’une preuve de mécanismes de mise entre les années 2003 à 2007.
    Toutes les preuves des mécanismes de mise en jeu s’effondrent en un seul utilisateur et permettent la modification.
    plutôt que la création d’un dossier immuable.
    10. L’économie de la preuve de l’enjeu est imparfaite et repose sur un jeu d’oligopole.
    11. Il n’y a pas de preuve de travail du modèle de pieu.
    12. La seule façon pour Ethereum d’évoluer est de dépendre de la modification du modèle pour copier le bitcoin. I
    ont breveté la plupart de ces techniques.
    Gouvernance
    13. Le modèle de gouvernance d’Ethereum est contrôlé par un groupe central qui utilise les ressources de l
    des déclarations trompeuses indiquant qu’elles sont décentralisées pour dissimuler la fraude
    la création d’une sécurité numérique. Tous les choix sont faits par un groupe central.
    a. La version originale de bitcoin ne bifurque pas le protocole, il s’agit d’un fichier
    inaltérables autres que des vulnérabilités de sécurité majeures.
    b. La nature de toute chaîne de blocs est d’un système et d’un protocole immuables.
    c. Le groupe des noyaux bitcoin (BTC) a subverti ce processus dans un vain effort pour créer
    un système anonyme permettant l’utilisation et la vente de drogues sur le marché noir.
    14. Blockchain ne bifurque pas comme la communauté essaie de tromper les régulateurs pour qu’ils y croient. A
    une copie complète et une nouvelle copie est créée sur tout fractionnement avec un largage de pièces de monnaie en cours de distribution
    au nouveau protocole.
    a. Les chaînes Blockchain sont des protocoles de la même manière que l’Internet et l’IP sont des protocoles.
    par rapport aux alternatives précédentes telles que NetBIOS et IPX.
    b. Il n’y a pas de modèle de consensus distribué à l’œuvre ici, il y a un nouveau protocole.
    comme dans Ethereum Classic vs Ethereum, où la création d’un tout nouveau site Web de l
    qui reflétait le protocole original avec quelques changements a été lancé.
    Autre
    Bitcoin et tous les systèmes dérivés résolvent un problème, la chambre de compensation et le règlement d’une transaction numérique.
    en utilisant un processus d’exploitation minière concurrentiel qui agit pour régler la première transaction vue et qui détient
    ceci pour être valide.
    Il n’existe pas de nœud de validation ni de concept de démocratisation.
    la décentralisation. Le mythe de la décentralisation s’est répandu avec le seul concept de
    permettre l’existence de marchés illégaux. Le contrôle du bitcoin ou de l’éthéréum est limité à ceux qui
    qui gèrent des nœuds et ce sont des personnes qui gèrent de grands centres de données et non des réseaux domestiques.
    Chaque contrat et chaque échange sur n’importe quel système de chaîne de blocs a été conçu pour être complètement
    analogue à la structure financière et juridique existante au sein du marché commun.
    Il est très simple de tracer chaque cryptocurrency et de mapper chaque vente sur un système.
    comme Ethereum. Les personnes impliquées dans la promotion des systèmes cherchent à promouvoir une vision trompeuse.
    de la fonctionnalité d’un système basé sur une chaîne de blocs afin de contourner la loi existante. Dans n’importe quel
    toutes les transactions sont effectuées entre les personnes de la même manière qu’un système de chaîne en bloc.
    L’échange se fait entre particuliers lorsqu’il est effectué sur les marchés à terme de Chicago. Le
    La seule innovation de bitcoin est la capacité de s’assurer que les transactions ne sont pas réordonnées et ne peuvent pas être réordonnées.
    sans avoir besoin d’une chambre de compensation et d’un système de règlement-livraison.
    Bitcoin ne distribue pas les échanges et ne modifie pas le processus. Aucune chaîne de blocage ne diffère
    y compris Ethereum.
    Si quelqu’un vous dit séparément que la chaîne de blocage peut fonctionner en dehors de la législation, des statuts et de la réglementation en vigueur.
    les règles qu’ils cherchent à induire en erreur et à frauder dans le seul but d’éviter la réglementation, et
    la création de boutiques de seaux non réglementées et de marchés obscurs sur le Web.
    Je suis prêt à témoigner sous serment.
    Salutations,
    Dr Craig S Wright, LLM, PhD

  5. Si si Rom1, Craig Wright est un abruti. Au bas mot.
    Cela ne remet en rien son intelligence en question, mais lorsque l’on est justement aussi intelligent et incapable de s’adresser correctement à une tiers personne sans l’agresser, l’insulter et la rabaisser, alors oui, pour moi on est un abruti.

  6. Salut J.C même si le gars semble solitaire et être un asociale en puissance ça n’en fait pas un abruti pour autant, je crois savoir que Steve Jobs et Albert Einstein étaient tout aussi concernés par l’asociabilité en puissance et par la solitude… Pourtant il n’y avait pas encore Twitter à cette époque; et pis peut-être que le gars bouffe du chacal au pti dej va savoir?? Perso je ne lui ai jamais parler ni de près ni de loin, le gars est milliardaire et moi à découvert mais bref, a chacun son avis 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici