Financer le terrorisme en bitcoin, une (très) mauvaise idée – Al-Quaïda, l’État Islamique et le Hamas piégés par les USA

Trading du CoinTrading du Coin
4.7
(30)

Les USA ripostent avec succès – C’est un vaste coup de filet anti-terroriste que viennent d’opérer les États-Unis. La justice américaine vient en effet de révéler un document, où l’on apprend que des millions de dollars en Bitcoin (BTC) ont été saisis à des organisations terroristes.

Notre avis sur Bitcoin (BTC) »

Des campagnes de financement du terrorisme en Bitcoin

Ce 13 août, le Department of Justice américain a émis un communiqué de presse expliquant que la plus grosse saisie de comptes en cryptomonnaies appartenant à des groupes terroristes avait eu lieu.

Ce sont en fait 3 campagnes de financement du terrorisme mené sur internet qui ont été démantelées. Elles impliquaient chacune une organisation terroriste différente :

  • Al-Quaïda ;
  • Les Brigades Al-Qassam, la branche militaire du Hamas ;
  • L’État islamique (ISIS).

Ces campagnes de financement du terrorisme s’appuyaient sur la sollicitation de dons par cryptomonnaies dans le monde entier.

« Cela ne devrait surprendre personne que nos ennemis utilisent la technologie moderne, les plateformes de réseaux sociaux et les cryptomonnaies pour faciliter leurs plans malveillants et violents (…). Nous saisirons les fonds (…) chaque fois que cela sera possible. », William P. Barr, Procureur général des États-Unis

300 wallets de cryptos saisis

Les autorités américaines annoncent avoir saisi des millions de dollars en crypto-actifs, à travers plus de 300 wallets, 4 sites web et 4 pages Facebook.

Les fonds confisqués avec succès seront redirigés vers le Fonds américain pour les victimes du terrorisme.

« Ces saisies importantes reflètent notre détermination (…) à démanteler ces acteurs sophistiqués du cyber-terrorisme et du blanchiment d’argent (…). Bien que ces individus pensent opérer de manière anonyme dans l’espace numérique, nous avons la compétence et la résolution de trouver, d’arrêter et de poursuivre en justice ces acteurs (…) »,  Michael R. Sherwin, procureur du District de Columbia

En effet, les transactions sur Bitcoin étant par défaut pseudonymes (et non anonymes), le FBI et l’IRS (le fisc américain) ont pu infiltrer et remonter la piste des organisateurs et des donateurs de ces campagnes de financement du terrorisme.

Dans le cas de la campagne de la branche armée du Hamas, les forces de l’ordre US sont même allées jusqu’à piéger les donateurs en continuant d’exploiter secrètement le site alqassam.net saisi aux terroristes. Les fonds étaient en fait dirigés vers des wallets Bitcoin sous le contrôle des États-Unis.

Même si les groupes terroristes se sont rapidement adaptés aux transactions via les blockchains, la riposte américaine est plus que sévère. Plus le temps passe, et plus les dispositifs de surveillance rendront difficiles les tentatives de dissimulation d’activités malveillantes via les cryptomonnaies.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 4.7 / 5. Nombre de votes : 30

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici