G20

Communiqué de presse du G20

Trading du CoinTrading du Coin

Les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales affiliés au G20 se sont récemment rencontrés à Buenos Aires, afin d’échanger au sujet des défis à venir pour le système financier mondial. De cette rencontre est issu un rapport, où le G20 précise encore un peu plus sa position face aux cryptomonnaies. Si ces dernières ne posent aucun risque quant à la stabilité financière internationale, il va être nécessaire d’imposer certains standards en terme de procédures KYC/AML.

« Les innovations technologiques, y compris celles sous-jacentes aux crypto-actifs, peuvent apporter des bénéfices significatifs au système financier, et plus largement à l’économie. Les crypto-actifs soulèvent cependant certains problèmes concernant le respect du consommateur et la protection de l’investisseur, l’intégrité du marché, l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Les attributs principaux des monnaies souveraines font défaut aux crypto-actifs. » Extrait du rapport.

Le rapport publié par le G20 nous montre encore une fois que l’organisme international a une approche tempérée par rapport aux cryptomonnaies. En effet, le G20 persiste et signe : les cryptomonnaies ne posent pas de vrais risques pour la stabilité financière mondiale. En revanche, ce rapport mentionne le fait que les cryptomonnaies pourraient apporter des bénéfices importants au système financier, tout en précisant également que des dispositions précises en matière d’anti-blanchiment d’argent (AML), de lutte contre le financement du terrorisme et autres procédures KYC devraient être formalisées d’ici octobre.

G20-2018-argentine

« Bien que les crypto-actifs ne soient pas, pour l’instant, un risque pour la stabilité financière mondiale, nous restons vigilants. […] Nous réitérons nos engagements de mars concernant l’implémentation des normes de la GAFI, et nous demandons à la GAFI de clarifier comment ses standards s’appliqueront aux crypto-actifs en octobre 2018. » Extrait du rapport.

Pour procéder à une large intégration des mesures KYC/AML, le G20 fait appel au GAFI (Groupe d’Action Financière International, ou FATF pour les anglophones), un organisme international dont le président fraîchement élu (le 01/07/18) est M. Marshall Billingslea, un Étasunien qui n’est autre que le secrétaire adjoint du Département du Trésor des États-Unis. Le GAFI est un organisme œuvrant pour l’élaboration et la promotion de normes « en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et les autres menaces liées pour l’intégrité du système financier international. »

Le G20 n’est donc pas inquiété par l’existence des cryptomonnaies (ou crypto-actifs, comme ils préfèrent les appeler), il reste à voir la façon dont le GAFI se penchera sur le sujet.

Sources : Gafi ; Communiqué de presse || Image from Shutterstock

Avatar
Tombé dans le domaine des cryptomonnaies durant l’été 2017, je m’intéresse particulièrement aux projets novateurs et aux relations dans la communauté. Chasseur de scam à mes heures perdues, vous pouvez me retrouver tous les matins dans notre newsletter !

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
cryptoamtometrader44
Invité
cryptoamtometrader44

Ils me font rire (jaune) avec leur soi-disant intégrité immuable et indiscutable de leur système financier actuel il n’y a pas si longtemps, nous apprenions que HSBC faisait rentrer des millions de $ en billet a Hong Kong. Une petite vieille venait déposer son liquide chaque jours avec un camion de déménagement rempli a ras bord ! SI HSBC l’a fait, d’autre le font également. Et le feront encore. Faut-il rappeler l’affaire Clearstream et les fameuses “chambres de compensations” ? Et le Shadow Banking, qu’est-ce donc ? Et je ne parle même pas des trucages des banques centrales qui continuent d’injecter massivement des liquidités depuis le merdier de 2008 avec les subprimes. Il est fort dommage que les européens membres de la zone Euro ne sachent pas exactment comment fonctionne cette banque centrale selon un système voulu par les allemands ou les banques centrales de chaque pays se prêtent les… Lire la suite »