QuadrigaCX : la veuve du CEO disparu va rembourser 9 millions de dollars

Trading du CoinTrading du Coin

La veuve du CEO de l’échange QuadrigaCX, Jennifer Robertson a annoncé rendre 9 millions de dollars provenant de ses actifs personnels. Parmi ces actifs, une bonne partie avait été financée avec les fonds de l’entreprise.  

L’affaire QuadrigaCX

Rappelons le contexte de notre affaire avant d’entrer dans le vif du sujet. La plateforme d’échange de cryptomonnaies canadienne QuadrigaCX fermait ses portes en janvier suite au décès de son fondateur et CEO, M. Cotten.

Malheureusement pour les utilisateurs, le CEO avait alors à priori emporté avec lui les clés privées permettant d’accéder aux fonds de la plateforme, entraînant le gel de près de 200 millions de dollars.

L’enquête concernant cette affaire a révélé peu de temps après que la plateforme connaissait des problèmes financiers et que le CEO utilisait ses fonds personnels pour tenter de la renflouer. Bien que cette action ait pu paraître louable à certains, les problèmes connus par l’entreprise étaient également entretenus par le patron lui-même, qui utilisait les fonds des utilisateurs pour faire du trading crypto.

Remboursement de 9 millions

Jennifer Roberston, la veuve de M. Cotten, vient d’annoncer par le biais de son avocat le remboursement de 9 millions de dollars provenant d’actifs personnels : sont notamment concernés des propriétés en Colombie-Britannique et Nouvelle-Écosse, des voitures, un bateau et un jet privé. Une grande partie de ces biens avait été payée grâce à des fonds provenant de la plateforme de change.

Ainsi, Cotten aurait récupéré d’importantes sommes d’argent sur les trois dernières années, avant sa disparition et la mise en liquidation de la plateforme.

Selon ses déclarations, elle n’était pas au fait des agissements de son mari.

« Je n’avais aucunement connaissance de la façon dont Gerry dirigeait l’entreprise avant sa mort, et je n’étais pas au courant de ses actions inappropriées dans la gestion de l’entreprise QuadrigaCX. », Jennifer Robertson.

Elle serait finalement parvenu à un accord avec les créanciers divers de QuadrigaCX, en restituant l’ensemble des actifs ayant été achetés grâce aux fonds “détournés” de la plateforme d’échange. Ces actifs liquidés, le fruit de leurs ventes devra être versé au cabinet Ernst & Young, mandataire judiciaire désigné dans cette affaire.

« En retour, ce compromis me permettra de passer au chapitre suivant de ma vie. », Jennifer Robertson.

La question de l’implication (ou non) de Mme Robertson dans les affaires de QuadrigaCX n’est pas évoquée dans le communiqué, elle qui avait été accusée de ne pas tout dire par des utilisateurs ayant eu des contacts avec elle dès 2016. De plus, ces 9 millions de dollars sont encore loin de représenter la somme réelle qui pourrait être versée un jour aux clients lésés : beaucoup d’autres créanciers devront encore récupérer leur dû, notamment les services fiscaux canadiens.

Renaud H.
Étudiant ingénieur en software et en systèmes distribués, crypto-enthousiaste depuis 2013. Touche à tout, entre mining et développement, je cherche toujours à en apprendre plus sur l’univers des cryptomonnaies et à partager le fruit de mes recherches à travers mes articles.

Poster un Commentaire

avatar