QuadrigaCX acte 5 : cold wallets retrouvés & potentiel mensonge de Jennifer Robertson

Trading du CoinTrading du Coin

L’affaire QuadrigaCX n’en finit pas de se complexifier. Si un pas en avant a été effectué quand un analyste a déclaré avoir identifié des colds wallets associés à Quadriga, le progrès risque de se trouver ralenti par de nouvelles avaries. Jennifer Robertson – la veuve du CEO décédé en décembre – pourrait en effet avoir diminué son implication dans les affaires de l’exchange. Qui plus est, certains utilisateurs rapportent avoir reçu leurs retraits en cash, ce qui complique d’autant plus la traçabilité des fonds. 

Jennifer Robertson aurait-elle menti ?

Dans sa déclaration sur l’honneur, Jennifer Robertson, la femme de Gerard Cotten, affirmait n’avoir eu aucune implication dans QuadrigaCX tant que son mari était vivant.

“Je n’étais pas impliquée dans les affaires de l’entreprise quand Gerry (Gerard Cotten) était vivant.” – Jennifer Robertson

Pourtant, de plus en plus d’utilisateurs commencent à notifier des problèmes avec cette déclaration.

Certains utilisateurs rapportent en effet avoir reçu des virements attribués à “Robertson Nova Consulting Inc” (une entreprise absente du registre public Canadien) d’autres auraient procédés à des échanges de mails au sujet de retraits avec une certaine [email protected]

Le nom complet de Robertson était Jennifer Kathleen Margaret Griffith (changé en Robertson en 2016), et cette dernière est née à Halifax, Nouvelle-Écosse (ou Nova Scotia) il ne s’agit donc probablement pas d’une coïncidence.

Ainsi, dès 2016, Jennifer Robertson a procédé à de nombreux échanges avec divers clients de QuadrigaCX, et l’entreprise nommée “Robertson Nova Consulting” aurait été mentionné et dans les mails, et en tant qu’expéditeur des retraits.

Personne ne peut garantir que c’était véritablement Jennifer Robertson qui procédait à ces transactions, après tout, son mari (ou qui que ce soit ayant suffisamment d’informations sur elle) aurait pu revêtir sa personnalité sans l’en informer, ou simplement “emprunter” son nom. Mais ces nouvelles contribuent a jeter un nouveau trouble sur la situation.

Vous pouvez trouver une liste des clients déclarant avoir eu des contacts avec Jennifer Robertson depuis 2016 sur ce thread Reddit.

Des retraits envoyés en cash

Si certains utilisateurs ont reçu des retraits de la part de RNC Inc., d’autres les ont reçus sous forme d’argent liquide. Cela n’a en fait rien de nouveau pour l’exchange, qui en faisait publiquement la promotion sur son site internet.

Source

Le cofondateur de QuadrigaCX, Michael Patryn, a déclaré à Bitcoin Magazine que “les dépôts/retraits de main-à-main sont assez communs dans l’industrie crypto.”

Le problème, c’est que l’argent liquide est difficilement traçable. Qui plus est, les échanges de cash de main-à-main sont certes plutôt commun dans l’industrie, mais entre particuliers. Quand on parle d’un exchange fort de plus de 100 000 clients, cela devient douteux.

Ça l’est encore plus quand on connait le fonctionnement de QuadrigaCX. La plateforme a toujours peiné à décrocher un partenaire bancaire, et comptait donc sur de multiples processeurs de paiement fiat (au sein desquels sont actuellement bloqués plus de 30 millions de CAD) pour s’y substituer.

Ainsi, rajouter à ce système déjà plutôt précaire un vaste flux d’argent liquide soulève beaucoup de questions. Comment l’exchange pouvait s’assurer d’avoir suffisamment de liquide pour répondre aux demandes ? D’où vient cet argent ? Est-il déclaré ? Où était-il stocké ? Tant de questions qui se rajoutent encore à la longue liste de celles déjà posées.

Colds wallets identifiés ?

On aura au moins une bonne nouvelle : il semblerait qu’une partie des colds wallets de l’exchange aient été découverts.

L’analyse a été réalisée par un utilisateur de Reddit, nommé dekoze, qui a réussi à identifier cinq adresses apparemment liées à Quadriga.

Il semblerait que les adresses qu’il a identifié soient celles où près de 500 000 $ ont été envoyés par inadvertance le 6 février. Les adresses étaient en effet inactives depuis Avril 2018, mais ont reçu à elles cinq un total de 104 BTC le 6 février, le jour de la “transaction par erreur”.

La saga Quadriga se poursuit donc, et ne semble pas prête de s’essouffler. Entre les colds wallets manquants, le problème de l’argent liquide et les déclarations contradictoires de Jennifer Robertson, l’affaire n’a sans doute pas fini de nous occuper !

PARTAGER
Avatar
Tombé dans le domaine des cryptomonnaies durant l’été 2017, je m’intéresse particulièrement aux projets novateurs et aux relations dans la communauté. Chasseur de scam à mes heures perdues, vous pouvez me retrouver tous les matins dans notre newsletter !

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici