Mark-Kapeles-MagicalTux-MtGox-1

Mark Karpelès sur Reddit : “Je ne veux pas de ce milliard de dollars”

Trading du CoinTrading du Coin

Mark Karpelès – aka MagicalTux sur les réseaux – est certainement un des hommes les plus détestés du monde des cryptomonnaies. Il est accusé par la communauté d’être responsable de la faillite de Mt Gox. Histoire d’en rajouter, le tribunal japonais a jugé que le remboursement des victimes se ferait en fonction du cours de Bitcoin… au jour de la faillite. Mark Karpelès se retrouve ainsi, après remboursement de ses anciens client, avec une plus-value significative de 1 milliard de dollars en crypto-actifs, et ça, la communauté a encore plus de mal à le digérer. Dans cet AMA publié sur Reddit, Mark l’affirme, “je ne veux pas de ce milliard de dollars”.

L’AMA de Mark Karpelès sur Reddit

Beaucoup d’entre vous me connaissent ou se souviennent de moi, surtout depuis qu’on dit que la faillite de MtGox serait liée aux baisses de prix de Bitcoin de décembre 2017 à février 2018 [NDLR : En raison des différentes ventes du liquidateur de Mt Gox]. Depuis que j’ai repris la bourse Bitcoin la plus active en 2011, j’ai dirigé MtGox jusqu’au dépôt de la demande de réhabilitation civile le 28 février 2014 (qui a fait faillite moins de 2 mois plus tard) parce qu’une grande quantité de bitcoins a disparu. Depuis, quatre années se sont écoulées et MtGox est toujours en faillite aujourd’hui. J’ai été arrêté, libéré sous caution après un peu moins d’un an, et j’essaie maintenant d’aider à la réhabilitation civile de MtGox.

J’ai fait de mon mieux pour faire croître l’écosystème en dirigeant la plus grande plateforme d’échange de l’époque. Elle avait de gros problèmes, mais elle a quand même réussi à tenir. Pendant un moment. Un temps assez long, même, pendant que le reste de l’écosystème rattrapait son retard. Au final, les méthodes que j’ai utilisées pour essayer de sortir MtGox de ses problèmes se sont révélées insuffisantes, insuffisamment exécutées ou tout simplement erronées.

Je sais que je n’ai pas très bien géré les derniers jours stressants de l’effondrement de Gox. Je ne peux qu’être humble à ce sujet avec le recul. Encore une fois, je suis désolé.

La loi japonaise sur la faillite a un résultat particulièrement gênant, et je veux immédiatement aborder cette question. Comme les créances des créanciers ont été enregistrées, ces créances ont été enregistrées en yen japonais à la date de la faillite. C’est la seule façon dont la loi japonaise sur la faillite peut être appliquée (la plupart des lois sur la faillite dans le monde fonctionnent de cette façon d’ailleurs). Cela signifie que les créances peuvent être remboursées intégralement et qu’il y aura encore plus de 160 000 bitcoin et bitcoin cash dans les actifs de la succession de Gox. La loi sur la faillite fonctionne de la façon suivante : s’il reste des actifs après le paiement intégral des créanciers, ces actifs sont distribués aux actionnaires dans le cadre de la liquidation.

C’est la seule façon dont une loi sur la faillite peut raisonnablement fonctionner. Et pourtant, dans ce cas, cela a un résultat terriblement désagréable en ce sens que les actionnaires de MtGox s’en sortiraient avec une valeur de plus de 160 000 bitcoins à la suite de ce qui s’est passé.

Je ne veux pas de ça. Je ne veux pas de ce milliard de dollars. Dès le premier jour, je ne m’attendais pas à recevoir quoi que ce soit de cette faillite. Le fait qu’il s’agisse aujourd’hui d’une possibilité est une aberration et je crois qu’il est de ma responsabilité de m’assurer que cela ne se produise pas. L’un des moyens d’y parvenir serait la réhabilitation civile, et comme il semble que la plupart des créanciers sont d’accord avec cela, je fais de mon mieux pour aider à ce que cela se produise. Je ne veux pas devenir instantanément riche. Je ne demande pas de pardon. Je veux simplement que cela se termine le plus rapidement possible, chacun recevant sa part de ce qu’il avait sur MtGox, afin que tout le monde, moi y compris, puisse tourner la page.

Je suis ingénieur dans l’âme. Je veux construire des choses. J’aime voir ce que je construis être utile, et les gens heureux d’utiliser ce que je construis. Ma motivation, dès le premier jour, a été de repousser les limites de ce qui est techniquement possible, et c’est la principale raison pour laquelle j’ai aimé et j’ai été impliqué avec Bitcoin en premier lieu. Quand j’ai repris MtGox, je n’aurais jamais imaginé que les choses se termineraient de cette façon et je suis à jamais désolé pour tout ce qui s’est passé et tout l’effet que cela a eu sur toutes les personnes impliquées.

J’espère que ce que j’ai appris au cours de cette expérience pourra être utile à l’ensemble de la communauté, pour qu’il y ait au moins quelque chose de positif à la fin.

Avatar
Directeur de publication du média que vous lisez en ce moment même, je quitte mes fonctions stratégiques de temps en temps, pour écrire des billets d'analyse financière du marché des cryptomonnaies.

5
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
Marck karpeles 2
Invité
Marck karpeles 2

Je soutien Marck karpeles il a fait avancé les choses et fait prendre conscience de la ampleur des crypto actifs dans le futur merci Marck.

bibish
Invité
bibish

La solution est tellement simple….il redistribue cette somme aux victimes liées au piratage de sa plateforme…

Pas besoin d’être ingénieur pour faire plus simple !

Bobosh
Invité
Bobosh

C’est vrai que dit comme ça, ça a l’air très simple !

trackback

[…] La dernière apparition de Mark Karpelès sur Reddit avait entrainé beaucoup de réactions au sein de la communauté crypto avec sa fameuse déclaration “je ne veux pas de ce milliard de dollars”. Encore en jugement, Mark vient d’être embauché en tant que directeur technique pour London Media Trust. […]

trackback

[…] hier que 8200 bitcoins et 8200 bitcoins cash ont été déplacés des portefeuilles de Mt Gox. Mt Gox est une place de marché qui a été piratée, puis mise en liquidation judiciaire en février 2014. Depuis, Nobuaki Kobayashi, le mandataire […]