Binance viole-t-elle les sanctions contre la Russie ?

Exit les banques russes – Il ne fait pas bon être la plateforme Binance dans le contexte répressif actuel à l’encontre du secteur des cryptomonnaies. Une situation complexe à l’origine d’un véritable exercice d’origami réglementaire de la part du leader des exchanges centralisés. Et de toute évidence, la figure visée par ce pliage artistique semble porter le nom de “conformité.” En effet, c’est le terme employé par ses porte-paroles dans le cadre de sa dernière décision emblématique dans le domaine. Au programme : une expulsion – un peu tardive – des banques russes sanctionnées de son service peer-to-peer.

Binance viole-t-elle les sanctions contre la Russie ?

La plateforme Binance est actuellement sous le feu des régulateurs. Une position bien inconfortable pour cet exchange identifié comme le leader incontesté du secteur des cryptomonnaies. Car le succès s’accompagne visiblement d’obligations pas toujours consenties, en particulier lorsque la structure impliquée est installée dans la partie centralisée de cet écosystème. Et ce n’est pas son fondateur Changpeng Zhao (CZ) qui va dire le contraire…

Une situation à l’origine de récentes révélations effectuées il y a quelques jours par le Wall Street Journal (WSJ). Cela au sujet d’une possible implication de la plateforme Binance dans une violation des sanctions internationales émises contre la Russie.

Un jeu dangereux auquel elle se serait risqué par le biais de son service de trading peer-to-peer, permettant ainsi à ses utilisateurs russes d’échanger des roubles contre des cryptomonnaies en passant par des banques sanctionnées.

Le problème ? Au lieu de régler immédiatement cette situation la plateforme Binance aurait continué à offrir ce service sous une forme détournée. En effet, ces opérations seraient restées disponibles grâce à l’utilisation de noms de code pour désigner les banques sanctionnées. Une mauvaise idée, compte tenu de l’enquête en cours menée à son encontre par le ministère de la Justice (DOJ) des États-Unis depuis mai dernier sur le sujet précis d’une possible violation des sanctions américaines contre la Russie.

>> Vous préférez garder vos cryptos à l’abri ? Choisissez un portefeuille Ledger (lien commercial) <<

Binance “s’efforce” de remédier au problème

Selon les portes-parole de Binance ce délai de traitement ne remettrait pas en cause sa volonté affirmée de “mettre régulièrement à jour (ses) systèmes pour garantir la conformité avec les normes réglementaires locales et mondiales.” Une affirmation accompagnée de la suspension – cette fois manu militari – des banques russes sanctionnées mises en évidence par le Wall Street Journal.

Dans le même temps, la plateforme Binance tente de minimiser cette affaire en parlant simplement de “lacunes signalées” qu’elle s’empresserait de résoudre une fois détectées. Le tout en appliquant une stratégie qui consiste, selon ses propres termes, à “s’efforcer d’y remédier le plus rapidement possible.” Difficile toutefois de croire que cette déclaration d’intention suffira à calmer les velléités agressives de la justice américaine dans ce dossier.

Binance annonce vouloir “respecter les règles du jeu”

Une récente affaire qui ne va pas être classée en faveur de la plateforme Binance. Cela dans un contexte actuel où certains partenaires de longue date comme MasterCard semblent sur le point de quitter ce navire en perdition. Car les attaques semblent venir de toutes parts. Cela même si certaines destinations restent encore favorables comme par exemple le Salvador qui vient de faire de Binance son premier exchange entièrement régulé.

Quoi qu’il en soit, la plateforme Binance pourrait bien être en train de réagir sur le terrain de la communication. En effet, elle vient de publier ce matin même sur son compte X (anciennement Twitter) une longue intervention de son directeur général Kyrylo Khomyakov implanté en Ukraine. Hasard de calendrier ? Il est en tout cas question de l’importance du KYC (Know Your Customer) afin de “respecter les règles du jeu.”

Il s’agit d’un mécanisme par lequel les banques, les bourses de cryptomonnaies et d’autres acteurs du secteur financier collectent et analysent les données d’identification de leurs clients. L’objectif n’est pas seulement d’assurer un contrôle adéquat des individus, mais également de prévenir le financement du terrorisme, le blanchiment d’argent et d’autres types d’activités illégales.”

Kyrylo Khomyakov

Est-ce que la plateforme Binance assimile ses récentes errances russes aux “autres types d’activités illégales” mentionnées par son responsable ukrainien ? Rien n’est moins sûr. Toutefois, ce leader des exchanges ne cesse de se cogner dans les limites imposées par les régulateurs afin de contrôler son modèle de développement. Et de toute évidence, d’autres heurts sont à envisager.

Pour conserver vos cryptos,  rien ne vaut un wallet Ledger. Les Nano S et Nano X procurent sécurité et facilité d’utilisation. En effet, ils sont compatibles avec l’immense majorité des cryptos et des réseaux. Ils constituent une alternative absolument essentielle à tous les exchanges qui proposent de conserver vos avoirs à votre place. Rappelez-vous, “Not your keys, not your coins” (lien commercial) !

Hugh B.

Passionné depuis de nombreuses années par l’univers décentralisé des cryptomonnaies et le développement du Web3 j’attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Je suis également un auteur publié.