Il gagne des millions avec une ICO douteuse – Un influenceur crypto épinglé par la SEC

Des ententes opaques – La SEC américaine poursuit un influenceur qui aurait promu l’ICO des tokens Sparkster (SPRK) il y a environ quatre ans.

ICO Sparkster : un influenceur dans le viseur de la SEC

Ces vidéos de l’époque risquent de lui coûter cher. Selon une plainte déposée le 19 septembre dernier auprès du tribunal de district de la division d’Austin du district ouest du Texas, la SEC reproche au youtubeur et investisseur Ian Balina, d’avoir fait la publicité d’une offre de titres non enregistrés pour les tokens Sparkster, sans avoir divulgué la rémunération qu’il a perçue pour promouvoir cette ICO.

Sparkster se présente comme une plateforme de développement low code. L’ICO qu’il avait menée entre avril et juillet 2018 avait permis à la startup de lever 30 millions de dollars. La SEC s’attaque désormais aux campagnes de communication promotionnelle réalisée par Ian Balina en faveur de cette ICO, aussi bien sur YouTube que sur Telegram.

Découvrez )lus de vidéos éducatives sur les cryptos en suivant la chaine YouTube du Journal du Coin

Pour l’agence, l’influenceur n’a pas été transparent sur les négociations qu’il avait menées en privé avec l’équipe de Sparkster, pendant qu’il tenait un discours élogieux sur l’entreprise.

Ces discussions visaient à permettre à Ian Balina, d’acheter des tokens SPRK d’une valeur de 7 143 ethers (ETH), soit environ 5 millions de dollars au moment de la vente. Ces tokens étaient destinés à la revente. Le youtubeur aurait également reçu un bonus de 30 % pour promouvoir l’ICO.

>> Jouez la sécurité, inscrivez-vous sur FTX la référence des exchanges crypto (lien commercial) <<

Tokens Sparkster : d’une offre non enregistrée à l’autre

La SEC poursuit également Ian Balina, pour les tokens SPRK qu’il avait revendus en se servant « d’un pool d’investissement qu’il a organisé ». En procédant à cette revente, l’investisseur aurait ainsi mené sa propre offre non enregistrée de tokens SPRK.

Le document déposé par la commission contient en outre des passages qui tentent de justifier sa compétence à entamer ces démarches judiciaires, visant l’ICO et les transactions effectuées dans ce pool d’investissement.

L’agence précise que l’ICO de Sparkster avait vu la participation de près de 4 000 investisseurs basés aux États-Unis et à l’étranger. Le pool d’investissement d’Ian Balina contenait environ cinquante personnes, dont des résidents américains.

Des transactions en ETH lors de la revente des tokens SPRK

En outre, les nœuds qui ont validé les transactions en ether dans ce pool, auraient été « regroupés de manière plus dense aux États-Unis que dans n’importe quel autre pays ». Le régulateur a aussi souligné qu’au moment de l’ICO, Ian Balina résidait aux États-Unis, à Potomac, dans le Maryland.

Les années passent, mais la SEC continue de s’attaquer aux acteurs qui auraient participé à de vieilles ICO transgressant les règles sur les valeurs mobilières. Au mois d’août de cette année, elle s’est attaquée à trois dragons impliqués dans une ICO de 2017.

Restez loin des spammeurs et escrocs. Fuyez comme la peste les propositions trop belles pour être vraies et prenez l’habitude de faire preuve d’une saine méfiance. En revanche, apprenez également à accorder une confiance raisonnable aux acteurs respectables et reconnus de l’écosystème. La plateforme FTX rentre sans l’ombre d’un doute dans cette seconde catégorie. Venez acquérir et trader vos premiers bitcoins et autres cryptomonnaies. Inscrivez vous sur FTX. Vous y bénéficierez d’une réduction à vie sur vos frais de transaction (lien commercial).

Le Journal Du Coin

Un article de la rédaction. Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone sur la cryptomonnaie, Bitcoin, et les protocoles blockchain.

Recevez un condensé d'information chaque jour