La Chine durcit (encore) sa réglementation

La Chine avait déjà réalisé un tour de vis supplémentaire sur sa régulation (répression ?) des cryptomonnaies fin août, mais manifestement, les autorités chinoises souhaitent encore en remettre une couche, notamment vis-à-vis des ICO.

Bis repetita :  les ICO et les cryptos, c’est pas bien !

La Banque Populaire de Chine (PBoC) a publié mardi un avis public rappelant aux investisseurs les risques associés au trading de cryptomonnaies et aux Initial Coin Offering (ICO). D’après un extrait de l’avis de la PBoC, cité par Cryptovest :

« [Les ICO] sont soupçonnés de vendre illégalement des tokens, d’émettre illégalement des titres financiers, d’activités criminelles illégales, de fraudes financières, d’être des systèmes pyramidaux, et d’autres activités illégales et criminelles ».

La totale en somme. Même si c’est vrai qu’il y a pas mal de scams/escroqueries parmi les ICO, les mettre toutes dans le même sac est un abus de vérité. Cette nouvelle mise en garde intervient à peine plus d’un an après que la Chine ait annoncé l’interdiction des ICO, motivant sa décision en les décrivant, déjà à l’époque, comme une pratique illégale de collecte de fonds.

La PBoC a d’ailleurs souligné que « la part mondiale des transactions en monnaie nationale (chinoise) est passée de 90% à moins de 5% », comme le rappelle Bitcoin.com. Rien de neuf en somme, ce qui explique peut-être la non-réaction totale des cours du marché crypto.

Répression, contournements et hypocrisie

Car de toute façon, comme la PBoC le concède elle-même, les investisseurs chinois ont simplement continué à faire du trading de cryptodevises sur des plateformes offshore (hors de Chine en l’occurrence).

Les solutions de contournement sont nombreuses : les exchanges s’adressant aux investisseurs chinois changent fréquemment leurs noms de domaine pour rester indétectables, et les traders de cryptos chinois utilisent l’USDT de Tether via des réseaux privés virtuels (VPN) pour contourner les règles gouvernementales oppressives. Comme le précise Cryptovest, la Banque Populaire de Chine a également déclaré que :

« En outre, l’autorité de régulation d’Internet a également renforcé l’élimination des sites Web, les numéros publics, les médias sociaux, etc, relatifs aux ICO et cryptodevises (…) ».

Les nouvelles répressions appelleront certainement de nouveaux contournements. Au final, il sera difficile d’empêcher les investisseurs chinois, qui ont réalisé le potentiel énorme des cryptomonnaies, d’accéder à ce qu’ils convoitent.

L’hypocrisie continue donc de plus belle en Chine, où le jeu du chat et de la souris entre les autorités et les investisseurs s’intensifie. D’autant plus tristement que, même si elles éliminent toute concurrence, les autorités chinoises chérissent la technologie des blockchains et préparent leur propre projet de cryptomonnaie d’État.

Sources : Cryptovest ; Bitcoin.com || Images from Shutterstock

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Commentaires

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.


Recevez un condensé d'information chaque jour