BlockFi contre la SEC : une nouvelle équipe juridique en charge

Coup de PressionBlockFi coupe peut-être dans son budget du personnel à cause de la crise mais parallèlement, l’entreprise investit dans le lobbying. La plateforme de prêt en cryptomonnaies veut apparemment être plus proactive sur les questions liées à la réglementation du secteur.

Réglementation des cryptomonnaies : un alter ego pour BlockFi

BlockFi se lance dans le lobbying pour mener la bataille de la réglementation des cryptomonnaies aux États-Unis. Elle a recruté pour cette mission, cinq personnes issues du cabinet d’avocats et de lobbying Arnold & Porter Kaye Scholer.

BlockFi s’offre via ce recrutement, les services de Kevin O’Neil. Ce dernier est le président du groupe de pratique législative et de politique publique. Il travaillera de concert avec Porter Kaye Scholer même, et Mark Epley, associé au sein du cabinet.

Comment cette équipe peut-elle aider BlockFi à faire entendre sa voix sur questions liées à la réglementation des cryptomonnaies ? Concrètement, cette équipe se penchera sur « la politique réglementaire et fiscale pour les fournisseurs de services financiers en matière d’actifs numériques ».

Selon Mark Epley, le cabinet peut en outre servir d’ « alter ego » de BlockFi lors des discussions avec les décideurs politiques.

>> Une plateforme sûre pour acheter vos cryptos ? Inscrivez-vous sur PrimeXBT (lien affilié) <<

Investissement dans le lobby après une amende record

BlockFi met la main au portefeuille pour peser dans ces discussions sur la réglementation des cryptomonnaies. Et l’entreprise a 100 millions de raisons, ou plutôt de dollars, de s’engager sur cette voie.

Elle avait en effet dû payer 100 millions de dollars pour mettre un terme à la bataille l’opposant aux régulateurs. Ces derniers considéraient les comptes d’épargne rémunérés proposés par BlockFi, comme une offre de titres non enregistrés. Ce produit crypto violerait dans ce cas, les lois sur les valeurs mobilières.

Les régulateurs avaient-ils raison ? La seule certitude est que la plateforme de prêts en cryptomonnaies fut victime du flou réglementaire encadrant le secteur.

À la suite à cette mésaventure, la société adopte désormais une approche plus proactive de la réglementation sur les cryptomonnaies.

Elle rejoint à cet effet le rang des autres entreprises cryptos s’engageant dans le lobbying. Selon les données, le secteur a dépensé en 2021, 9 millions de dollars dans les groupes de pression.

Le lobbying exercé par les entreprises cryptos porteront-elles leurs fruits ? Les actions des groupes de pression sont théoriquement nécessaires pour que le secteur puisse peser sur les questions réglementaires. Un lobby a par exemple porté la voix de l’écosystème crypto concernant les projets de régulation des stablecoins aux États-Unis.

Votre capital est plus modeste que celui de Greenidge ? Vous pouvez quand même investir dans le Bitcoin ! Inscrivez-vous dès maintenant sur la plateforme PrimeXBT (lien affilié).

Le Journal Du Coin

Un article de la rédaction. Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone sur la cryptomonnaie, Bitcoin, et les protocoles blockchain.

Recevez un condensé d'information chaque jour