ApeCoin et NFT Bored Ape : les nord-américains interdits de singeries

In SEC we trust – Ils ont loin les rêves de décentralisation, d’anonymat voire de liberté individuelle sur la blockchain ! Petit à petit, les régulateurs du monde entier resserrent l’étau autour des cryptos et à moins d’être à l’aise avec les VPN ou autres joyeuseries du même genre, il va devenir compliqué d’échapper à la régulation voire à la censure pour le grand public. Le dernier exemple en date vient de Consensys et de son wallet superstar Metamask qui a annoncé vouloir collecter les adresses IP. Aujourd’hui, c’est le régulateur américain qui prive ses concitoyens du staking d’ApeCoin au nom du respect de la loi sur les valeurs mobilières.

Les Etats-Unis sur la même liste qu’une partie de ses adversaires politiques à cause du ApeCoin

Pour comprendre cette décision, il faut remonter un tout petit peu en arrière et plus précisément au mois de mars dernier quand la SEC a commencé à s’intéresser officieusement aux créateurs de NFT. Puis en octobre, c’est Bloomberg qui révèle que la Securities and Exchange Commission (SEC) a bel et bien diligenté une enquête pour savoir si les rétributions en NFT violent les lois fédérales sur les émissions de titres. Et il existe le même genre de soupçons sur les récompenses liées au staking avec les protocoles fonctionnant avec la preuve d’enjeu ou preuve de participation (proof of stake en anglais).

D’ailleurs, même le géant Coinbase a été embêté avec ça et a dû revenir sur certains de ses protocoles. Mais revenons à Yuga Labs et au lancement de sa plateforme ApeStake.io. L’équipe derrière le projet a clairement préféré éviter toute ambiguïté vis-à-vis de son régulateur national et a donc mis son propre pays sur la liste des régions géobloquées. Et comble de l’ironie, les Etats-Unis se retrouvent ainsi sur la même liste qu’une grande partie de ses adversaires géopolitiques et diplomatiques.

Voyez plutôt la liste en question : la Corée du Nord, la Syrie, l’Iran, Cuba, la Russie et les zones sous contrôle russe de l’Ukraine à savoir la Crimée, la région de Donetsk et de Louhansk. Et puis ? Les Etats-Unis et le Canada !

Les internautes ont découvert hier les modalités du lancement du projet ApeCoin mais ce qui a fait réagir est le géo blocage des utilisateurs américains et canadiens. Mais dans la mesure où il est impossible d'empêcher l'utilisation d'un smart contracts, il ne sera pas compliqué de contourner cette règlementation, du moins pour les plus bricoleur des afficionados des monnaies de singe !
Les internautes déplorent la décision mais s’y attendaient – Source : Twitter

>> Pour vos achats crypto, inscrivez-vous sur la plateforme AscendEX, 10 000 SATs offerts  (lien commercial) <<

Yuga Labs regrette la situation mais n’a pas vraiment le choix

La nouvelle est venue de la société d’infrastructure blockchain Horizen Labs qui a développé le site pour le compte de la DAOOrganisation Autonome Décentralisée du projet ApeCoin. Elle a publié la liste des pays bloqués en même temps que les modalités de participation au projet. Puis les équipes de Yuga Labs ont dû faire une déclaration pour éclairer la situation :

« Nous sommes conscients que le blocage géographique de certains utilisateurs en Amérique du Nord est gênant pour de nombreux membres de la communauté Apecoin. Malheureusement, dans l’environnement réglementaire actuel, nous n’avions pas de meilleure alternative. »

Mais loin d’en rester là, certains utilisateurs ont déjà commencé à chercher des solutions pour contourner la loi américaine et elles ne manquent pas. Que ce soit l’utilisation d’un VPNréseau privé virtuel – qui modifie votre géolocalisation ou encore l’utilisation d’une autre interface pour interagir avec le protocole, il existe différents moyens de s’affranchir de la règlementation. C’est d’ailleurs ce que recommande de manière indirecte Yuga Labs à ses utilisateurs malheureusement privés du site internet officiel :

« Nous voulons rappeler à la communauté que l’un des avantages de la finance décentralisée est que n’importe qui peut interagir avec un contrat intelligent ou développer des interfaces qui permettent aux utilisateurs d’interagir avec des contrats intelligents. »

Le bras de fer continue donc entre le régulateur américain et une multitude de protocoles du Web3 qui cherchent à développer leur projet dans un cadre légal loin d’être clair. Valeur mobilière déguisée ou non ? La SEC n’a toujours pas tranché sur le statut des cryptos et une partie du secteur est suspendu à cette décision. Mais, pendant ce temps-là, certains continuent de s’amuser avec leurs NFT au nez et à la barbe du régulateur impuissant et à s’échanger les plus rares pour des petites fortunes.

Les cryptos et la technologie blockchain sont des secteurs encore jeunes et volatiles. Tout investissement comporte un risque. En investisseur averti, vous avez fait vos propres recherches, et décidé de franchir le pas ? Inscrivez-vous sur AscendEX, et bénéficiez de 10 000 Satoshis (SATs) offerts en suivant ce lien (lien commercial).

Ben Canton

Prof à la ville comme à la scène, vulgariser et expliquer c'est mon quotidien. Crypto-agnostique pratiquant, je cherche la lumière dans les ténèbres des internets en essayant d'éviter les querelles de chapelles ! En attendant la révélation, j'achète du Bitcoin pour mes enfants et je m'enthousiasme pour les projets à destination du grand public.

Recevez un condensé d'information chaque jour