BlackRock-Aladdin

Blackrock, le géant de la gestion d’actifs, réfléchit à la technologie blockchain

Trading du CoinTrading du Coin

Mais ne compte pas devenir de sitôt une entreprise Bitcoin-maximaliste – Le 17 juillet 2018, la sphère crypto s’emballait suite aux bruits de couloir rapportés par Financial News puis Bloomberg : BlackRock, un des plus grands fonds d’investissements mondiaux supervisant près de 6 000 milliards d’avoirs financiers divers, s’intéresserait à la cryptosphère !

Fusee

Mais que dit réellement BlackRock ?

Par l’intermédiaire de son CEO Larry Fink, la compagnie n’a pas tout à fait pris une position aussi explicite. Dans les faits, le CEO a plutôt évoqué la surveillance prudente des comportements des marchés de cryptomonnaies, tout en ajoutant plusieurs (gros) bémols. Le milieu crypto semble s’être assez vite emballé, peut-être du fait de l’impatience latente de beaucoup de ses acteurs à l’entrée des fameux “investisseurs institutionnels”censés être les précurseurs d’une explosion espérée de la demande et du prix des cryptomonnaies. D’abord, “Financial News” précisait que ce groupe de travail désormais formalisé existait en réalité de façon plus informelle depuis 2015.

SAD-DOCTOR-WHO

En prêtant plus attentivement l’oreille aux propos de Larry Fink, on apprend par exemple qu’à ses yeux, il n’y aurait pas de réelle demande de la part des clients de BlackRock pour une exposition aux cryptomonnaies. Le grand patron prend même la peine de préciser que si le fonds d’investissement suit plus précisément la cryptophère, ce n’est pas tellement pour les cryptomonnaies en tant que telles, mais plutôt pour monitorer la “révolution blockchain”.

KILL-ME-NOW-BARNEY-STINSON

Il faut noter que BlackRock n’a – à priori – pas encore d’infrastructure dédiée pour permettre d’offrir des futures sur le bitcoin ou bien d’offrir des solutions d’achats réels, et que Larry Fink a clairement stipulé qu’il n’en voyait “pour le moment” pas l’intérêt. BlackRock envisagerait plutôt de se servir de la technologie blockchain afin d’optimiser sa solution propriétaire de gestion d’avoirs financiers (entre autres) : Aladdin.

Aladdin permet à l’heure actuelle à BlackRock de gérer près de 15 000 milliards d’avoirs financiers à travers le monde indirectement, et ses 6 000 milliards d’avoirs propres. Travaillant déjà à l’implémentation de fonctionnalités en lien avec les progrès dans le domaine de l’IA, il n’est donc pas tellement surprenant de voir émerger la rengaine habituelle de la blockchain comme facteur d’innovation dans le discours de la compagnie. Cela n’a pas empêché les marchés cryptos de réagir au quart de tour, avec une remontée quasi concomitante à l’annonce de BlackRock.

Sources : Financial Times ; unblock ; Cryptovest ; Coinspeaker ; FinanceMagnates ; CCN ; Coindesk || Images from Shutterstock & Giphy

Grégory Guittard
Bitcoin Maximaliste, Blockchain-sceptique. Je doute très fortement que la sacro-sainte Blockchain qu'on nous vend à tout bout de champ nous sauvera tous, façon délire christique. La perspective d'un moyen de paiement pair-à-pair, décentralisé et non censurable (Bitcoin) est ce qui me semble réellement révolutionnaire dans la cryptosphère. Je disrupte des articles à l'occasion sur mon temps libre, et souvent, aux dépends de vos shitcoins préférés. Je privilégie les sources vérifiables et le cynisme à la neutralité plate, mais je suis ouvert à la discussion : si j'ai écrit une énormité, n'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires, remarques ou vos vociférations directement à [email protected]

Poster un Commentaire

avatar